Epidémie

Comment bien dormir et éviter les insomnies naturellement en période de confinement

Publié le 15 avril 2020
Amalia Boxberger est naturopathe et olfactothérapeute. Elle accompagne les actifs super-héros qui ont soif d’oxygène et de mieux-être. Elle est également auteure du e-book Naturo Green Routine. Son site : www.orangedouce.bio
L’une des raisons principales d’un sommeil perturbé, c’est le syndrome du petit vélo dans la tête. Avec des rituels de méditation, extériorisez ce qui vous tracasse.
L’une des raisons principales d’un sommeil perturbé, c’est le syndrome du petit vélo dans la tête. Avec des rituels de méditation, extériorisez ce qui vous tracasse.
© Kinga Cichewicz

Stress, mauvaise alimentation, déséquilibre hormonal... En ces temps troubles de confinement, notre sommeil peut être altéré par de multiples facteurs. Il suffit pourtant de quelques gestes simples et de bonnes habitudes pour tomber dans les bras de Morphée. Avec ces conseils, c'est certain, vous allez faire de beaux rêves.

Pleine lune, stress, voisinage bruyant… Bénéficier d’un sommeil de qualité avec ce que nous traversons est un vrai défi. Voici des astuces naturelles pour des nuits sereines.

Stress et ruminations

L’une des raisons principales d’un sommeil perturbé, c’est le syndrome du petit vélo dans la tête. Une fois tranquillement allongé.e dans le noir, les pensées vous assaillent ? Alors prenez le problème à la racine avec de nouveaux rituels relaxants : méditation de 5 minutes, écriture instinctive… extériorisez ce qui vous tracasse. Rappelez-vous : quand on a le nez sur l’arbre, on ne voit plus la forêt. Prenez de la hauteur sur les informations qui circulent. Pourquoi ne pas mettre en place un jour  par semaine de « digital detox » ?
Enfin : profitez des bienfaits d’une douche le soir avant le coucher. Cela permet de se reconnecter au corps, de court-circuiter le cortisol (hormone du stress) avec de l’ocytocine, hormone du bonheur et ainsi d’apaiser le mental.

>> A lire sur FemininBio Fabriquer son masque de protection en tissu : 4 tutos faciles à réaliser

Le manque d’exercice

Le postulat est très simple : le muscle est le contrepoids du nerf. Ainsi, pratiquer une activité physique même modérée contribue activement à votre sérénité, à votre équilibre nerveux et à l’oxygénation de vos cellules. Alors réalisez quelques postures de yoga chaque matin, démarrez ce grand ménage de printemps qui vous démange, organisez un concours du plus grand nombre de pompes avec vos enfants…

Une mauvaise digestion

Un dîner trop riche, ou au contraire trop frugal, peut entraîner une insomnie ou des réveils nocturnes. L’abus d’excitants en journée perturbe également vos nuits.
Individualisez votre alimentation et écoutez-vous : si vous avez faim le soir, mangez, si vous n’avez pas faim, ne vous forcez pas. Et si vous avez tendance à grignoter dans la soirée, mangez suffisamment afin de ne pas passer par la case « petits biscuits devant la télévision » ce qui entraînera inévitablement une digestion perturbée et un pic de glycémie juste avant le coucher…

Les carences alimentaires

C’est le moment de redoubler d’imagination dans votre assiette ! Déjà pour ne pas vous lasser des mêmes menus chaque semaine, ensuite parce que c’est le meilleur moyen de faire le plein d’acides gras, de vitamines et d’oligo-éléments pour booster votre immunité et votre résistance au stress.
Mettez à l’honneur le cru, le cuit, les protéines chaque jour, les céréales demi-complètes ou complètes (et une à la fois)… Piochez quelques oléagineux pour le petit déjeuner, créez des marinades de petits poissons gras en bocaux, travaillez vos légumes favoris à la vapeur et dégustez-les légèrement croquants, bref, improvisez et faîtes-vous plaisir sainement.

>> A lire sur FemininBio Arrêt des règles et confinement : l'effet du stress sur le cycle menstruel

L’importance de l’équilibre hormonal pour bien dormir

Impossible de dormir des nuits entières ou au contraire, sensation d’être collé.e à votre lit chaque matin malgré des nuits longues ? Cela peut être les conséquences d’un dérèglement hormonal : carence en sérotonine, hyperthyroïdie, excès de cortisol… N’hésitez pas à demander à votre médecin, dès la fin du confinement, des analyses sanguines pour vérifier que tout va bien de ce côté-là. Attention : ne vous supplémentez jamais sans preuve physiologique d’une carence.

Brume d’oreiller « Pimprenelle »

Quiétude du soir & douceur
Dans un flacon spray de 30 ml :

  • 25 ml de vodka ou d’alcool à 70°
  • 15 gouttes d’huile essentielle de lavande fine (Lavandula angustifolia)
  • 10 gouttes d’huile essentielle d’orange douce (Citrus sinensis)
  • 3 à 5 gouttes d’huile essentielle de néroli (Citrus aurantium var. amara)
  • Recette déconseillée pour les enfants de moins de 3 ans et pour les femmes enceintes ou allaitantes.

Amalia Boxberger est naturopathe et olfactothérapeute. Fondatrice du cabinet Orange Douce, elle accompagne les actifs super-héros qui ont soif d’oxygène et de mieux-être. Elle est également auteure du e-book Naturo Green Routine disponible juste ici.

Son site : orangedouce.bio

Son Instagram : Orange Douce

Articles du dossier DOSSIER COMPLET : Coronavirus et confinement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte