Endométriose

Comment diminuer naturellement la fatigue provoquée par l'endométriose ?

Publié le 2 novembre 2020
Aline Demolin, naturopathe, accompagne les femmes souffrant d’endométriose à gagner en confort de vie grâce à des méthodes naturelles (en complément d’un suivi médical).
Retrouvez votre vitalité grâce à ces conseils naturopathie.
Retrouvez votre vitalité grâce à ces conseils naturopathie.
© all_who_wander

Vivre avec l’endométriose est bien souvent synonyme de vivre fatiguée. Fatiguée pour sortir avec les ami.es, fatiguée d’aller au travail, plus d’énergie pour faire du sport, bref : tout tourne autour de ce manque de vitalité.

Une femme sur dix est touchée par l’endométriose. C’est une maladie à la fois hormono-dépendante c’est-à-dire qu’elle est en lien avec les niveaux d’hormones (les œstrogènes et la progestérone). On parle d’hyperoestrogénie dans le sens où il y a trop d’œstrogènes dans le corps par rapport à la progestérone. Mais l’endométriose c’est aussi une maladie inflammatoire. Cette inflammation cause à la fois des douleurs de vive intensité et une très grande fatigue.

Beaucoup de femmes se plaignent de cette immense fatigue car cela les empêche d’avoir une vie « normale ». Elles doivent sans cesse adapter leur activité à leur fatigue physique et cela les lasse. Et ce qu’il se passe souvent, c’est que cela vient impacter considérablement leur moral.

Il faut savoir que cette fatigue n’est pas une fatalité quand on a de l’endométriose. Il existe des solutions pour retrouver sa vitalité.

Comprendre d’où vient la fatigue chronique

Cette fatigue chronique est multifactorielle.

L’inflammation est la première cause de fatigue chronique en cas d’endométriose. L’inflammation est un des mécanismes de défense du système immunitaire, ils sont comme des soldats gardiens de notre équilibre de santé. Nécessaire à la base pour éliminer les cellules endométriales à l’extérieur de l’utérus, l’inflammation va consommer aussi beaucoup d’énergie lorsqu’elle est permanente et ainsi engendrer de la fatigue.

>> A lire sur FemininBio Endométriose : ce que les pays du monde ont à nous appendre sur la maladie 

La faiblesse hépatique est un des autres causes de la fatigue chronique. Le foie est comme notre centrale énergétique. Il remplit pleins de fonctions : par exemple, c’est lui qui nous aide à bien digérer ou synthétiser des vitamines. Mais surtout c’est lui qui aide à « éliminer » une partie des « déchets » de l’organisme. S’il est faible, comme souvent en cas d’endométriose, il n’arrive pas bien à « éliminer » ce qui doit l’être. Ces « déchets » accumulés viennent alors encombrer le corps, ce qui a pour conséquence de réduire l’efficacité de son fonctionnement. A l’image d’une voiture que l’on n’aurait pas très bien entretenue, elle consommera plus d’essence qui si l’huile avait été renouvelée. C’est ainsi que la faiblesse hépatique engendre de la fatigue.

D’autres facteurs sont en jeu comme la carence en minéraux, en vitamines, le stress chronique, la qualité du sommeil, la sédentarité, etc. Comprendre d’où vient la fatigue va nous permettre d’agir dessus. Voici 3 clefs pour retrouver sa vitalité en cas d’endométriose.

Agir sur la fatigue chronique pour retrouver sa vitalité

1. Adapter son alimentation

Identifier dans l’alimentation les aliments qui entretiennent l’inflammation et surchargent le foie va permettre de les réduire voire de les supprimer un certain temps, le temps que l’inflammation se calme et que la sphère digestive soit relancée. Parallèlement, on introduira des aliments qui viennent apporter de la vitalité.

2. Gérer ses émotions et son stress

Les émotions et le stress sont énergivores ! Travailler sur ses émotions négatives et le stress va être indispensable. Et notamment sur la colère bien souvent présente. Car, les émotions et le stress, en plus de consommer notre énergie, ont un impact sur l’inflammation.

>> A lire sur FemininBio Endométriose : les techniques complémentaires pour soulager les douleurs

3. Soutenir l’organisme

Pour retrouver sa vitalité, il est important d’apprendre à mettre en place des cures pour soutenir le bon fonctionnement de son corps. Elles permettent de venir prendre soin des émonctoires (organes chargés de « l’élimination des déchets » en dehors de l’organisme) et lui redonner les moyens de faire son travail. Ce qui permet de gagner en énergie. Pour cela différentes méthodes peuvent être utilisées comme des plantes, des monodiètes ou des jeûnes, cela dépend de chaque femme.

Le résultat est souvent très satisfaisant car la vitalité remonte ! Et ces résultats vont même au-delà grâce à cette approche globale du corps et de l’endométriose. Perte de poids, diminution des douleurs, sérénité sont aussi souvent au rendez-vous. Parce que lorsque la vitalité est de retour, cela laisse bien plus de place pour autre chose, quelque chose de meilleur !

>> Retrouvez Aline Demolin en conférence en ligne le mardi 17 novembre à 12h, sur le thème "Comment faire en sorte que l'endométriose ne dirige plus ma vie ?" Inscriptions juste ici <<

Notre experte 

Retrouvez Aline Demolin sur son site, sa page Facebook, le groupe Facebook Vivre apaisée avec l'endométriose ou son Instagram @naturoauxfourneaux.

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Gynécologie naturelle
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte