Développement personnel

Etes-vous aussi libre que vous le souhaitez ?

Publié le 7 février 2018
Communicatrice et formatrice hors-pair, Lise Bourbeau est auteur de 22 best-sellers qui ont déjà aidé des milliers de personnes à améliorer leur qualité de vie en devenant conscientes de ce qui se passe à l'intérieur d'elles-mêmes, grâce à sa philosophie de vie simple, accessible et applicable dans le quotidien de chacun.
© Unsplash.com/Ashim D'Silva

Pour répondre à cette question, il faut commencer par s'interroger sur ce qu’est la liberté. La plupart des gens en ont une fausse conception et cela les empêche d'avancer dans la réalisation d'eux-mêmes.

Vous croyez-vous libre parce que vous vivez seul, parce que vous avez atteint une certaine liberté financière ou bien parce qu’enfin les enfants sont maintenant adultes et ont quitté la maison ? Ces situations n’ont rien à voir avec la vraie liberté. La liberté véritable ne peut venir que de l’intérieur de soi. Les gens confondent souvent être libre et être libéré de contraintes.

Il est probable que si vous aviez de moins en moins de contraintes dans la vie, vous vous sentiriez plus libre. Cependant, je peux vous assurer que c’est rarement le cas. Prenons l’exemple que vous décidiez de vivre seule pour avoir plus de liberté. Cette situation créerait d’autres contraintes, comme des moments de solitude ou des difficultés financières, car vous seriez seule à tout assumer.

Si d’un autre côté, vous vous croyez libre parce que vous êtes dans une situation financière très agréable, vous sentez-vous vraiment si libre que ça ? Cette situation peut causer des problèmes relationnels, comme des désaccords avec le conjoint et les enfants au sujet des finances, des peurs d’être aimé surtout pour votre argent, de la frustration de savoir qu’on profite de vous, des peurs de perdre votre argent… Vous voyez que la vraie liberté ne peut pas être atteinte sur le plan matériel.

Je faisais partie des mamans qui se disaient : « les enfants sont partis de la maison, je suis enfin libre». J’ai dû me rendre compte que ce n'était pas le cas. La majorité des parents sont d’accord pour dire que même quand les enfants vivent ailleurs, ils ont de la difficulté à les laisser complètement libres et ne plus s’en faire pour eux. Pourquoi ? Quand les parents n’ont pas encore atteint le vrai état de liberté en eux-mêmes, ils ne peuvent laisser leurs enfants être libres de TOUTES leurs décisions, sans vivre aucune émotion de frustration, colère, déception, etc.

Je me souviens des émotions que je vivais lorsque mon fils aîné ne m’appelait pas ou ne me rappelait pas pendant plus d’un mois par exemple. J’imaginais des scénarios qui alimentaient ma peur, au point de croire qu’il ne devait pas m’aimer beaucoup pour agir ainsi. Alors que la réalité était toute autre, il se disait que je devais préférer ne pas avoir de ses nouvelles qui n’étaient pas très bonnes. J’ai fini par réaliser qu’il aimait m’appeler et me voir surtout lorsqu’il avait de bonnes nouvelles à m’annoncer. Il voulait donc me faire plaisir.

Même les personnes de troisième âge – l’âge où l'on devrait vraiment profiter de la vie – ne vivent même pas pour eux-mêmes, n’écoutent pas leur âme qui veut vivre d’une façon sereine, sans s’en faire pour les autres. Ils continuent à s’en faire pour leur propre santé, le bonheur de leurs enfants, leurs petits enfants. On peut voir qu’à tout âge et dans différentes situations, nous pouvons nous créer beaucoup de contraintes qui briment notre liberté.

C’est quoi au juste être libre ? C’est se donner le droit d’être soi-même.

C’est oser écouter nos besoins même s’ils ne correspondent pas aux attentes des autres. C’est sentir que nous sommes le seul maître de notre vie. Par exemple, durant mon premier mariage, je n’ai jamais été libre. Je me croyais vraiment libre, car j’avais une belle carrière de commerciale, je gagnais très bien ma vie et c’est moi qui dirigeais tout à la maison. Par contre, je justifiais toujours mes décisions et quand mon mari n’était pas d’accord, je vivais de la colère et je tenais à avoir raison. Quand nous avons besoin de l’accord des autres pour nous autoriser à écouter un besoin, nous sommes dépendants de leur opinion, ce qui est à l’opposé de la liberté.

Dans la relation avec mon second conjoint, j’ai compris la différence. Lorsque je voulais partir seule pendant une à deux semaines pour me retrouver, je lui faisais part de mon besoin. Je ne lui demandais pas son accord, je vérifiais comment il se sentait et s’il avait besoin que je fasse quelque chose pour lui avant de partir. Il me disait toujours qu'il préférerait venir avec moi, mais que si c’est ce que je voulais véritablement, il le comprenait. Il savait d’ailleurs que j’aimais beaucoup voyager avec lui, mais que parfois, je préférais être seule. C’est ainsi que je savais que je me sentais vraiment libre dans ma relation conjugale. S’il avait été en réaction à ma décision, soit en étant en colère, soit en essayant de me culpabiliser, j’aurais su que je n’étais pas libre intérieurement, sa réaction m'aurait montré ma propre culpabilité.

Je peux seulement imaginer la réaction de ceux qui lisent cet article et qui ne vivent que pour les autres. Ils doivent penser qu’agir comme je le décris, c’est être égoïste. Je me dois donc de répéter la définition d’être égoïste : c’est vouloir que l’autre écoute nos besoins avant d’écouter les siens. Si vous faites partie de ceux qui vivent pour les autres, je vous suggère de relire cette définition au moins trois fois.

En vous empêchant d’être libre, vous faites probablement partie de ceux qui SONT ÉGOÏSTES. Pourquoi ? Parce que vous avez beaucoup d’attentes envers les autres. Vous croyez que s’ils agissaient de la façon qui vous plaît, vous seriez libre de soucis, d’émotions, de peurs. Vous voulez donc qu’ils écoutent vos besoins avant les leurs.

Vous voulez vivre dans la paix, la liberté, avec le moins de contraintes possible ? Alors, commencez à devenir conscient de vos besoins et faites les actions nécessaires pour les manifester, sans vous sentir coupable. Cela ne peut venir que de vous et non des autres.

Vous saurez que vous devenez de plus en plus libre quand vous respecterez les besoins de ceux que vous aimez, quand vous pourrez accepter qu’eux aussi, ils ont le libre arbitre de manifester tout ce qu’ils veulent, car ils seront les seuls à en assumer les conséquences.

LISE BOURBEAU
Lise Bourbeau est fondatrice de l’école Écoute Ton Corps et auteure de 25 livres dont son tout nouveau "Écoute Ton Corps-version homme". Découvrez son site Web à www.lisebourbeau.com et consultez le site www.ecoutetoncorps.com pour plus d’information sur les ateliers de l’école qu’elle a fondée.

Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte