Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Spiritualité

Eveillées, vous l'êtes déjà !

Dids/Pexels
Marie-Laurence Cattoire
Par Marie-Laurence Cattoire
Publié le 22 juillet 2022

Et si l'éveil spirituel tant recherché était déjà en nous ? Connectées à leur sagesse, les femmes auraient un pied dans le monde matériel, et l'autre dans le spirituel. Mais comment découvrir et vivre cet éveil pleinement ?


Partenaire

De la même manière que nous séparons notre corps de notre esprit, en bonnes héritières cartésiennes, nous opposons trop souvent le matériel au spirituel. Immergées dans une vie très active, en prise directe avec un quotidien affairé, nous pensons qu’il nous faudrait faire tout autre chose pour atteindre la dimension spirituelle de l’existence. Comme si la spiritualité relevait d’un ailleurs un peu abstrait. Et que les chemins spirituels étaient réservés aux personnes libres de contingences et supérieures intellectuellement… Et si l’éveil se logeait au cœur du plus concret de nos existences ?

Se réaliser c’est s’incarner

Or, si nous voulons laisser fleurir notre pleine capacité spirituelle, c’est en osant s’incarner (pour reprendre l’invitation de Marie-Pierre Dillinseger) que nous le pourrons le faire. Se réaliser, c’est s’incarner. C’est laisser se déployer notre pleine présence au monde, corporelle, charnelle, matérielle. Tant que nous restons dans nos têtes, enfermé.e.s dans notre mental, nous n’avons qu’une idée restreinte de ce qui se passe autour de nous. Mais dès que nous réinvestissons notre corps, notre compréhension devient plus large. Dès que nous habitons notre présence corporelle, notre vision devient panoramique. Notre action s’ajuste. Notre capacité d’empathie se déploie… S’éveiller, c’est ainsi s’autoriser à redevenir un être corporel. Un être qui interagit avec tous les aspects concrets de l’existence. Un être qui s’intéresse aux détails de la vie matérielle jusqu’à développer une réelle intelligence de chaque situation.

La vie matérielle

Dans son très beau livre La vie matérielle, Marguerite Duras fait la démonstration que l’inspiration d’une écrivaine se déploie dans l’intendance quotidienne. Elle raconte notamment le soin qu’elle prend de sa petite maison à Neauphle. Marguerite Duras y évoque les après-midi où, seule, elle prépare à manger pendant qu’amis et enfants sont au travail ou à la sieste « Alors j’avais à moi tout le rez-de-chaussée de la maison et le parc. C’était à ces moments-là de ma vie que je voyais clairement que je les aimais et que je leur voulais du bien […] Lentement, avec soin, pour que ça dure encore, je faisais la cuisine pour ces gens absents pendant ces après-midi-là ».

A lire aussi 7 règles pour guérir grâce à l'énergie

Ces phrases résonnent avec un souvenir où je pliais le linge sec d’une lessive faite la veille. Je n’aime pas du tout plier le linge. Je trouve cela long et fastidieux. J’étais pressée d’en finir. Quand soudain, entre mes mains, j’ai reconnu le pull de mon fils et j’ai senti un vaste élan d’amour. Cela est arrivé par surprise. J’ai soudain compris combien ma manière de prendre soin du linge pouvait être un geste d’amour. Et comment, en le réalisant, je devenais plus douce envers moi-même, moins irritée, plus souple. Plier le linge m’ennuie toujours, je préfère nettement aller au bureau ! Sauf quand parfois, revenant à mes sensations corporelles, je me laisse émerveillée par une étoffe qui ravive ce lien tendre et me ramène à ceux que j’aime. Je me sens alors un peu plus posée dans ma vie, un peu plus sage…

S’émerveiller

L’éveil passe par la merveille des choses ordinaires. Il s’agit de redécouvrir notre quotidien avec un regard neuf, aiguisé, posé, intelligent. Dans son essai S’émerveiller, Belinda Cannone décrit cet état intérieur propice à la « saisie émerveillée du monde ». Cette saisie « n’est pas liée au caractère exceptionnel du spectacle que nous contemplons : c’est notre vigilance poétique, notre concentration qui peut rendre spectaculaire (visible) un objet intrinsèquement humble. Je m’intéresse à cet état parce qu’il relève d’une sagesse – d’un savoir-vivre à conquérir contre l’agitation du monde. »

Ainsi, tout est déjà là d’une certaine manière. Notre sagesse est déjà là, attendant notre conquête d’elle-même. Partout autour de nous, dans la rue, au travail, dans le métro, à la maison, dans un couloir, au café du coin, dans notre évier ou sur notre balcon, s’offre la possibilité de l’éveil, de l’émerveillement, d’une vie pleine et sage. Il suffit d’ouvrir les yeux. Il suffit d’en prendre conscience. Et pour cela, plutôt que de rester coincées dans un idéal trompeur de la spiritualité, nous pouvons commencer à nous réjouir de tout ce que nous savons accomplir dans notre quotidien, avec agilité, dextérité et aisance ! S’engager dans notre vie corporelle est une force dont nous pouvons nous emparer. Sans délai.

L’action juste

Dans mon livre Éclore, enfin, je raconte l’expérience que j’ai faite lors de mon premier séminaire de méditation, il y a 20 ans. À l’époque j’étais persuadée que mon aisance avec les choses matérielles (élever les enfants, gagner de l’argent, faire le ménage, planifier des événements pour mes clients…) étaient un frein à mon développement spirituel. Que la vraie vie était ailleurs. Mais en arrivant sur place, je vois tout de suite qu’il faut beaucoup d’organisation pour qu’un tel stage se déroule bien. Il faut que les participants mettent la main à la pâte au même titre que tous les bénévoles qui font fonctionner le centre qui nous accueille. Cela m’interpelle immédiatement. Alors j’observe comment les bénévoles coordonnent. Comment les pauses-thé se mettent en place. Comment la préparation des repas s’effectue. Je décode tout cela très facilement. C’est un jeu pour moi. Je suis tellement à l’aise avec tous ces aspects concrets. Je suis dans mon monde. Et je comprends comment aider à mon niveau : je constitue de nouvelles équipes pour que les tâches quotidiennes aillent plus vite. Je sais motiver les gens pour que la salle de pratique soit préparée vite et avec bonne humeur. Et cela me donne beaucoup de joie. Je peux mettre les choses en ordre avec douceur et habilité, en prenant soin de ne brusquer personne. Ici le résultat n’est pas validé par des indicateurs de performance mais par les sourires et la détente qu’on peut lire sur les visages. Je sens une grande satisfaction quand les choses s’accomplissent avec harmonie. Je commence à découvrir la dimension spirituelle qui réside au cœur de la vie matérielle. Organiser l’intendance ne permet pas seulement que les enseignements aient lieu : l’aspect matériel du séminaire EST DÉJÀ l’enseignement spirituel ! Car sont alors requises toutes les qualités que nous enseigne la spiritualité : l’attention, l’ouverture, l’accueil inconditionnel, l’improvisation, la présence à soi et aux autres…

Génération X, des femmes prêtes pour l’éveil !

Les femmes de ma génération ont appris à jongler avec leur quotidien. Je dirais même à jongler avec plusieurs quotidiens. Car nous avons appris à mener plusieurs vies chaque jour. Nous sommes d’une compétence et d’une inventivité exemplaires. Nous sommes capables de danser avec les situations de manière remarquable, formées que nous avons été à savoir tout faire ! Cela n’a pas toujours été simple ni facile, bien au contraire. Mais nous avons acquis une aisance au monde qu’il s’agit aujourd’hui de reconnaître. La vie matérielle ne nous fait pas peur. Nous avons donc le meilleur tremplin qui soit pour nous éveiller et nous émerveiller. Pour rendre notre monde plus grand.

Entrer pleinement dans notre vie matérielle, c’est aussi reconnaître l’amour que nous manifestons chaque jour concrètement dans nos gestes : en famille, en société, au travail, entre amis... Si, au lieu d’avoir honte d’être « matérielles » nous commencions à comprendre que nous pouvons en être fières, c’est toute notre sagesse qui se libérerait. Une sagesse compassionnée, tranchante, claivoyante, bienfaisante.

L'autrice

Eclore enfin ! Editions Leduc

En allant à la rencontre des femmes de sa génération, Marie-Laurence Cattoire met à jour le mécanisme de la double contrainte dans Eclore enfin ! qui, tant qu’il reste non visible, empêche de trouver leur juste place et de s’épanouir. Le livre offre de nombreuses clés concrètes et des exercices pour se libérer, se réjouir et éclore enfin.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire