Perception

Etre "éponge" : comprendre sa sensibilité à l'énergie

Publié le 4 janvier 2019
Charlotte Tisserant est Energéticienne, elle donne des soins énergétiques et anime des stages en Magnétisme à Paris. Son blog lesnouveauxguerisseurs.com parle de nos capacités intrinsèques de guérison et aide chacun(e) à prendre confiance et développer son propre potentiel énergétique.
La personne éponge "capte" les charges émotionnelles qui s’échappent de leurs expéditeurs
La personne éponge "capte" les charges émotionnelles qui s’échappent de leurs expéditeurs
© Chairulfajar / Unsplash

l vous arrive de vous sentir "pompée", "vidée" ou carrément terrassée après avoir baigné dans une ambiance tendue qui brasse les tensions intérieures de chacun ? Ou encore après avoir écouté avec empathie votre ami(e) faire l’inventaire de ses chagrins ? Vous êtes sûrement très perméable aux énergies qui vous entourent.

Dans ce type de contexte, vous ressortez assortie d’une étrange impression que le cours de votre énergie s’est effondré et vous avez désormais une seule envie : qu’on vous laisse tranquille dans votre petite bulle. Cette sensation d’être vidée de sa substance dans certaines situations, reviendrait-elle régulièrement ? Vous reconnaissez-vous en la description de cet être sensible, affecté par les affres du monde, véritable réceptacle des énergies ambiantes ?

L'éponge : une capacité à absorber toutes les émotions qui vous entourent

L’éponge, ce mot sied à merveille à celui ou celle qui subit sa réceptivité, son ouverture béante au monde. Quel autre animal peut se caractériser par "sa structure poreuse", attribut qui lui confère une forte capacité d’absorption atteignant vingt-deux fois sa masse sèche.  Cette première caractéristique qui parle d’elle-même revient à penser qu’en tant qu’ éponge, vous seriez en permanence en train d’absorber les informations à charge émotionnelle véhiculées dans l’air pour refléter les états intérieurs du monde.

C’est souvent le cas dans les endroits bondés, que ce soit dans les transports en commun, les salles de réunion, les fameux open space où les "informations" de nature invisible circulent au mieux.

Se sentir « éponge », c’est être en relation directe avec les flux énergétiques présents dans l’environnement.

Nous sommes tous plus ou moins réceptifs, mais la personne sensible se distingue par sa grande porosité, sa perméabilité aux multiples champs d’informations avec lesquelles elle entre en interaction. Disons les choses : inconsciemment, ceux et celles qui ont une sensibilité exacerbée flirtent sans avoir donné leur accord avec toutes sortes d’émissions énergétiques générées par les êtres et les choses qui les entourent.

Souvent, ils n’ont pas appris à endiguer, maitriser et faire le tri dans tous ces éléments d’information qui les traversent et peuvent fragiliser leur espace vital. L’air de rien, au contact des autres, la personne éponge "capte" les charges émotionnelles qui s’échappent de leurs expéditeurs. Une émotion de colère qui flotte par ci, une tristesse plombante par là.

Bien sûr, l’être sensible réserve un accueil chaleureux dans son champ à ce florilège d’énergies en déshérence. En un sens, son système interne de filtrage des énergies ou son pare-feu intérieur n’est pas activé. Ce type de sensibilité peut vite finir par être harassante et déstabilisante à vivre au quotidien.

L’énergie est la réalité insubstantielle, invisible, vibratoire de ce monde. Le non-manifesté.  Ce plan de la réalité se situe au niveau ondulatoire.

C’est le monde des idées, de "l’air du temps" de l’inconscient collectif, du corps émotionnel. Tout ce qui ne se voit pas, ne se touche pas mais se sent, se canalise, se capte au même titre que des microbes s’infiltrent en nous et attaquent notre système immunitaire. L’hypersensible "capte" sans s'en rendre compte les ondes, les champs vibratoires qu’il traverse comme si ces canaux énergétiques étaient plus ouverts que la moyenne : une vraie passoire !

Cette hypothèse est hautement plausible :  notre corps énergétique reçoit en permanence les informations présentes dans le champ vibratoire. Ainsi, plus notre corps énergétique est spongieux, ouvert, et réceptif, plus nous ramassons d’informations au gré de nos interactions avec le monde. Et ce, sans avoir le mode d’emploi pour les digérer, les évacuer ou les recycler. Les antennes de l’hypersensible sont saturées par toutes ces informations sensorielles et émotionnelles.

S'ancrer pour maîtriser sa sensibilité aux énergies

Pour sortir de cette impression d’envahissement, il lui faut d’abord intégrer qu’il est branché avec cette réalité vibratoire et apprendre à vivre en paix avec cette part du réel. En d’autres termes, la reconnaissance de l’existence de cette réalité énergétique est la première étape avant de mettre en œuvre des moyens pour ne plus être balloté par les émotions et pollutions électro-magnétique présentes. Plus la sensibilité, la réceptivité sont importantes, plus il est nécessaire de développer son ancrage, son centrage, sa stabilité par une pratique du corps et de l’esprit.

Que faire de toutes ces énergies qui vous traversent ? Vous trouverez les réponses dans l'article de Charlotte Tisserant : 4 clefs pour maitriser sa porosité aux énergies

 

Charlotte Tisserant, Thérapeute Energéticienne.
Pour les consultations : charlottetisserant.com
Le blog : lesnouveauxguerisseurs.com

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !