Job

C'est quoi un job qui rend heureux ? La chronique de Caroline Renoux

Publié le 20 janvier 2019 - Mis à jour le 21 janvier 2019
Fondatrice et présidente du cabinet de chasseurs de tête Birdeo, spécialisé dans les métiers du développement durable et da la RSE. Depuis 2010, elle accompagne les grandes entreprises françaises dans leur processus de recrutement.
"Et puis les choses ont évolué. Ils ont commencé à vouloir donner du sens à leur métier. Ce qui devenait crucial pour eux, c’était l’impact social et environnemental de leur job."
"Et puis les choses ont évolué. Ils ont commencé à vouloir donner du sens à leur métier. Ce qui devenait crucial pour eux, c’était l’impact social et environnemental de leur job."

Caroline Renoux s'interroge sur l'impact du bonheur au travail, sa définition, ses conditions, et comment ce bien-être individuel pourrait transformer la société de façon collective.

Retrouvez cette chronique dans le magazine FemininBio #19 d'octobre-novembre 2018

Pour plus de contenus comme celui-ci, abonnez-vous à FemininBio (version papier ou PDF)

 

 

 

Chasseuse de tête depuis dix-huit ans, j’ai vu les attentes de mes candidats évoluer. 

Dans les années 2000, ce qui les intéressait, c’était un titre, un salaire, une évolution de carrière.
Et puis les choses ont évolué. Ils ont commencé à vouloir donner du sens à leur métier. Ce qui devenait crucial pour eux, c’était l’impact social et environnemental de leur job. Aujourd’hui, je constate que leurs exigences sont encore montées d’un cran : ils sont en quête de "bonheur au travail" !

>> A lire sur FemininBio : Changer de job, confiance en soi, par où commencer ?

On peut s’interroger. Est-ce la responsabilité de l’entreprise que ses collaborateurs soient heureux au travail ?
Regardons plutôt les choses sous un autre angle : quel estl’impact du bonheur au travail ? Les études sont très claires : davantage d’innovations et de coopération, une meilleure santé des collaborateurs et une meilleure efficacité, de la motivation et de la responsabilisation. C’est donc dans l’intérêt de l’entreprise !

Attention, on fait souvent l’amalgame entre bien-être et bonheur au travail !

Le bien-être, c’est par exemple proposer un service de crèche ou des massages à ses collaborateurs. C’est important, certes, mais cela ne participe qu'au bien-être, qui est quelque chose d’individuel.

Le bonheur au travail englobe quelque chose de plus grand, de collectif. Il impacte l’individu et aussi l’organisation, les parties prenantes. Il donne un sens supérieur, une vision, des valeurs. L’entreprise et donc le collaborateur ne sont plus là pour réaliser une tâche et du profit, mais pour contribuer au mieux-vivre ensemble, créer et délivrer de la valeur partagée.
Pour le philosophe Patrick Viveret, vivre le bonheur c’est l’art d’être à la "bonne heure". Vivre pleinement sa vie, sa relation à l’autre et à la nature. C’est grandir en humanité.

Pour moi, le bonheur au travail, c’est un formidable mouvement. C’est la bonne heure qui permet, grâce au travail de chacun dans un collectif, de réinventer notre rapport au monde, à la société. C’est en ce sens que chaque jour je tente de détecter les talents qui vont permettre de transformer la société.

 

 

Caroline Renoux est l'auteure de l'ouvrage "Comment faire carrière dans les métiers de la RSE et du développement durable", paru aux éditions VA Press.
Elle a fondé Birdéo : le premier cabinet de recrutement spécialiste des nouveaux enjeux sociétaux (contact@birdeo.com).

 

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier ou pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque près de chez vous !

Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte