Relations

Et moi dans mon couple ?

Publié le 11 mai 2018
Sophrologue, réflexologue et coach professionnel, j’accompagne particuliers et professionnels à mieux vivre avec eux-mêmes et les autres, dans leur corps et leurs actions, leurs émotions et leurs pensées, par la santé et l’aide à la relation.
© Everton Vila

Quelle est ma place dans le couple ? Quelle est ma place en dehors du couple ? Comment continuer à naviguer sur mon propre épanouissement quand le couple semble être une ancre ? Et si mon partenaire n’évolue pas de la même manière que moi…

Le sentiment qu’un fossé se creuse parfois ou que les directions sont de moins en moins parallèles… Que vous avez changé et que lui ou ne change pas ou peu, voire pas de la bonne façon. Le bilan des années qui passent et les besoins de l’un ou de l’autre rendent parfois la compréhension et les échanges difficiles.

Fréquent aussi en ce moment, la démarche de développement personnel qui a été engagée par un des partenaires, qui tente alors de convaincre l’autre, voire de le coacher, ou qui ne se retrouve plus sur les mêmes valeurs.

Le fantasme de ce que l’on n’a pas, de ce que l’on croit mériter et de ce que l’on pourrait avoir. Il est souvent plus facile de venir le reprocher à notre partenaire que de se poser la question de notre propre responsabilité, de ce que nous faisons ou non, ou d’aller l’imaginer seul ou avec quelqu’un d’autre.

Identifier ses besoins

La frustration est le déséquilibre entre un désir et une attente. Elle n’est pas toujours bien identifiée mais est potentiellement génératrice de souffrances, état dépressif, comportements inadaptés et peut être à l’origine de conflits et de tensions dans le couple.

Quand vous êtes en couple et que vous ressentez cela, il est utile de faire un bilan personnel sur vos envies et vos besoins. Faites le à tête reposée, seul(e) ou accompagné d’un professionnel. Posez cela sur le papier pour ne pas tourner en boucle dans votre tête et vous aider à clarifier ces éléments.

Posez vous également cette question : "Et si je n’avais aucune contrainte ?"

Que feriez vous de plus ? Que feriez vous différemment ? Qu’est-ce que je n’ai pas et que je veux ?

La sur-sollicitation de notre société est génératrice de nombreuses frustrations, souvent matérialistes ou idéalisées dont la contribution à notre épanouissement est toute relative ou alors souvent éphémère.

Ça a été une des révélations pour Danièle. Elle accablait son mari de nombreux maux à l’origine de son mal être et de sa frustration. Après s’être prêtée à l’exercice de rédiger ses propres envies et besoins, ce qu’elle pourrait faire si… , elle a réalisé que rien ne l’empêchait aujourd’hui. Ses propres envies étaient bien floues et celles qui étaient identifiées largement accessibles. La prise de conscience fut salvatrice, bien que douloureuse sur le moment. Elle identifie maintenant ses envies réelles et chemine pour les réaliser.

Apprendre à les exprimer

Il y a plusieurs manières d’exprimer ses besoins. Vous pouvez décider d’accuser l’autre : "Tu ne me dis jamais rien !" ou d’exprimer vos propres besoins "J’ai besoin de savoir ce que tu ressens."

L’impact sur votre relation et la manière dont l’autre va accueillir votre demande va changer vos échanges. D’une agression, vous exprimez vos émotions, vos besoins ou vos envies. Cela vous obligera également à vous interroger sur vous-même et ce que vous attendez véritablement de l’autre quand vous vous adressez à lui.

Alors, de la même manière prenez l’habitude d’exprimer vos besoins en parlant de vous et non sous forme d’injonction. Petit à petit, mettez du JE dans vos demandes :

"J’ai envie de rester à la maison." plutôt que "Tu es certain de vouloir sortir ?"
"J’ai besoin d’aide." plutôt que "Tu peux pas m’aider non ?"
"J’ai besoin que tu m’encourages." plutôt que "Jamais tu me supportes toi ?"
"Je veux qu’on se fasse un week-end à deux." plutôt que "On va encore se faire un week-end à la maison ?"

Ecouter l’autre

Ecouter l’autre, c’est aussi la meilleure manière de recevoir à votre tour de l’écoute.

On parle souvent de l’écoute, on en parle partout même, tout comme la bienveillance. On en parle tellement que ces termes deviennent galvaudés et sont souvent absents des échanges au quotidien. Force est de constater que si tout le monde en parle c’est qu’il en manque cruellement et que le besoin est présent.

Ecouter l’autre, c’est le faire sans chercher à répondre, mais pour chercher à comprendre. Cela implique déjà d’être totalement présent, peut être de poser des questions de précision si besoin, d’éclaircissement, afin de comprendre sa réalité et ne pas rester dans votre propre interprétation de ses propos.

Ecoutez sans couper la parole, en vous intéressant à votre partenaire, à ce qu’il exprime, sans chercher à juger ou savoir si vous avez plus raison ou non. S’il parle de son ressenti, c’est sa propre vision, dans sa réalité.

Vous n’êtes pas obligé d’être d’accord d’ailleurs et de partager son point de vue. Vous avez peut être des besoins ou des envies différentes. Une des forces des couples qui durent et qui savent se parler d’égal à égal réside justement dans cette capacité à accepter le désaccord et les différences.

Ne pas tout partager

"Mariage plus vieux, mariage heureux !" (et non mariage pluvieux comme on se rassure lorsque la fête est un peu gâchée par la météo).

Sans statistiques sur cet adage et sur le degré de bonheur qui en découle, il y a cependant une explication à cette maxime. Un couple qui se forme plus tardivement réuni deux personnes qui savent déjà combler leurs propres besoins. Leur attente vis-à-vis du couple est différente, c’est le moment ensemble qui sera privilégié et il y aura pas ce besoin que l’autre vienne combler des manques, affectifs ou matériels d’ailleurs.

Ne pas tout partager, c’est ne pas tout attendre de l’autre dans la satisfaction de ses propres besoins. C’est aussi prendre en charge son épanouissement personnel et tout ce qui va pouvoir l’alimenter. C’est avoir une vie satisfaisante au-delà du couple ou de la famille.

Cela permet aussi de faire des moments en couple des instants privilégié. Les moments à deux seront plus centrés sur ce que chacun peut s’apporter, sur le plaisir de l’instant et les discussions des moments de partage et de sincérité et non l’expression des frustrations individuelles.

Prenez soin de votre couple.

Julien est sophrologue, réflexologue et coach certifié. Il accompagne entreprises et particuliers dans l’amélioration de leur quotidien : gestion du stress, difficultés, de sommeil, santé au quotidien… sous forme de conférences, d’ateliers et de suivis individuels.
Manager de grandes équipes opérationnelles pendant presque 20 ans et plusieurs fois champion de France en combat martial, il partage aujourd’hui ses compétences et son expérience en s’appuyant sur les ressources de chacun et les aide à devenir le meilleur d’eux-mêmes.
Ses différentes pratiques lui permettent d’adapter son approche Tête-Coeur-Corps aux besoins de ses clients et à leur sensibilité.
Il intervient en cabinet et en entreprise sur Paris et ses environs.

Le site de Julien Bodin

Articles du thème Vie de couple
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte