Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Huile de palme

Huile de palme et cosmétique : problème pour l'environnement

plantation huile de palme malaisie
Plantation en Malaisie. By Marco Schmidt (Own work) via Wikimedia Commons
Anne-Marie Gabelica
Anne-Marie Gabelica
le 23 avril 2014
Présente dans beaucoup de produits alimentaires comme les pâtes à tartiner ou les biscuits, l'huile de palme est aussi très utilisée en cosmétique bio et non bio. Si aucun effet négatif ou positif n'est avéré pour la peau, l'exploitation de l'huile de palme pose un grave problème de déforestation. L'huile de palme durable ? Greenwashing, nous dit Anne-Marie Gabelica, fondatrice de la marque oOlution.

Partenaire

Depuis plus de 20 ans, l'huile de palme est devenue la véritable coqueluche des industriels de l'agro-alimentaire. Elle leur permet en effet de remplacer à moindre coût la matière grasse plus chère qu'est le beurre, en raison de sa viscosité particulièrement élevée pour une huile végétale. L'huile de palme est désormais présentes dans d'innombrables produits alimentaires industriels tels que les chips, biscuits, cakes et pâtes à tartiner du commerce, y compris dans des produits labellisés AB.

L'huile de palme cause des problèmes cardio-vasculaires

Ainsi consommée au quotidien, l'huile de palme est accusée d'être responsable de problèmes cardio-vasculaires importants. Ceci s'explique par sa richesse en acides gras saturés (acide palmitique, acide stéarique...) qui favorisent la survenue de cholestérol et d'athérosclérose (source). L'huile de palme consommée trop souvent pose donc un véritable problème de santé publique, en particulier pour les populations sédentaires que nous sommes. 

La catastrophe écologique de l'huile de palme

Autre problème majeur que pose l'huile de palme : la véritable catastrophe écologique que sa surproduction entraîne dans les pays où les palmiers à huile sont cultivés, principalement l'Indonésie et la Malaisie. En Asie du Sud-Est, ce sont chaque année des millions d'hectares de forêts qui sont saccagés. Cette déforestation est d'autant plus déplorable qu'elle touche des forêts primaires, c'est-à-dire non transformées par l'Homme, qui sont d'une extraordinaire richesse en espèces vivantes. Véritables sanctuaires pour des millions de plantes et d'animaux, la biodiversité des forêts primaires d'Asie du Sud-Est est encore plus importante qu'en Amazonie. Les pertes de biodiversité liées à l'huile de palme sont donc gigantesques, sans oublier les graves conséquences sociales pour les populations locales.

Fort heureusement, les méfaits de la surexploitation d'huile de palme sont relayés par les media, et le grand public prend de plus en plus conscience de ce problème majeur. Même si une vaste opération de communication a été lancée visant à faire croire qu'il existe une filière d'huile de palme durable, peu de gens sont dupes de cette tentative de greenwashing. Un excellent reportage : L'huile de palme, une huile qui fait tache diffusé en 2013 sur France 5, a d'ailleurs parfaitement démasqué cette tentative de manipulation. 

Méfiez-vous des mentions "matières grasses végétales" et "huile végétale"

La présence de l'huile de palme est donc un véritable problème à la fois de santé publique et écologique. Pour éviter de consommer de l'huile de palme dans votre alimentation, c'est assez simple : regardez la liste des ingrédients entrant dans la composition de vos aliments. Dès que vous voyez noté : "matières grasses végétales" ou "huile végétale" sans autre précision, cela signifie que ce produit contient de l'huile de palme. 

L'huile de palme omniprésente en cosmétique

Malheureusement, l'industrie agro-alimentaire n'est pas la seule à faire un usage immodéré d'huile de palme. L'industrie cosmétique est aussi une consommatrice effrénée de cette huile. Qu'ils soient naturels ou conventionnels, tous vos produits cosmétiques, de vos shampooing à vos crèmes, contiennent des dérivés d'huile de palme. Les dérivés d'huile de palme jouent de nombreux rôles dans les cosmétiques : colorants, agents qui stabilisent les formules ou leur donnent la consistance voulue... Sous des formes multiples, l'huile de palme est ainsi devenue omniprésente, et jusqu'à récemment considérée même comme incontournable en cosmétique. 

Certes, les dérivés d'huile de palme qui composent les cosmétiques ne présentent pas en eux-même de risques avérés pour la peau. Cependant l'huile de palme et la plupart de ses dérivés n'ont pas non plus d'action cutanée bénéfique. Ils ne servent que comme ingrédients "fonctionnels", c'est-à-dire comme des additifs qui servent à faciliter la formulation des produits. En réalité, s'ils occupent souvent une grande partie des formules, c'est uniquement en raison de leur faible coût de revient. 

Contrairement aux produits alimentaires, il est extrêmement difficile de démasquer les dérivés d'huile de palme en cosmétique tant ils en existent sous de multiples formes et avec des nombreux noms différents. Pour vous aider à débusquer l'huile de palme dans vos cosmétiques, je vous donnerai quelques astuces dans la deuxième partie de cette article, à découvrir le mois prochain dans FemininBio. 

En tous les cas, que ce soit dans vos aliments ou dans vos cosmétiques, nous pouvons tous faire le choix d'arrêter la catastrophe que représente l'huile de palme. Chaque geste compte !

L'experte : Anne-Marie Gabelica  est ingénieure agronome diplômée en biochimie. Elle a créé oOlution, la 1ère de gamme de soins visage sur-mesure, à base de plus de 65 actifs 100 % bio, certifiée vegan, sans dérivés d'huile de palme et éco-conçue.

>> Retrouvez cet article et un mode de lecture optimisé dans le magazine iPad gratuit du mois d'avril

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire