Santé

Coaching: mincir avec les neurosciences

Publié le 8 novembre 2017
Membre du Comité éthique et scientifique de FemininBio, Clotilde Poivilliers est praticienne enseignante en shiatsu quantique, consultante en gestion du stress et des émotions et de l'apprentissage en entreprises et en milieux scolaires. Elle est également l'auteur de "L'ÉNERGIE CORPS-ESPRIT pour vivre en harmonie" et de "J'ARRÊTE DE ME TROUVER NUL(LE)" aux éditions Eyrolles. Conférencière, elle propose des conférences sur le développement personnel, le mind-Mapping et sur l'approche quantique
Et si mincir, c'était dans la tête ?
Et si mincir, c'était dans la tête ?
© Pixabay

La réalité du surpoids est beaucoup plus complexe qu’un déséquilibre alimentaire. On grossit car on stocke ce qu’on ne digère pas, qu’il s’agisse de nourriture mais aussi de pensées ou d’émotions. Si vous avez du mal à maigrir, c’est que votre cerveau est d’accord avec votre surpoids, sinon il aurait activé des stratégies métaboliques pour y parvenir.

Les neurosciences décrivent scientifiquement l’homme comme un être global au sein duquel le corps, le mental et les émotions sont en interaction permanente. Ainsi, pour maigrir, il faut tenir compte de l’individu dans sa globalité, car aucun régime ne peut donner de résultats durables tant que l’alimentation reste la première préoccupation.

Si on force le corps à maigrir sans "se mettre d’accord" avec le cerveau, celui-ci va "se braquer" et, à la reprise alimentaire, il va réagir en le faisant stocker davantage : c’est le fameux effet yo-yo. Il s’agit d’une réaction réflexe de survie : si on le prive de nourriture, dès qu’il en a l’occasion l’organisme fait des réserves pour les éventuelles pénuries à venir. Plus on fait de régimes et plus on incite son corps à développer le processus de stockage et à limiter celui de déstockage. Donc, pour maigrir, il faut avant tout reprogrammer son cerveau pour en faire un allié, en l’amenant à autoriser puis à déclencher la perte de poids.

Découvrez notre hors-série Mincir avec l'IG

Un lien étroit entre nos émotions et notre façon de nous nourrir 
Dès les premiers jours de vie, l'être humain associe la sensation de faim à la souffrance psycho-émotionnelle (pensées, émotions), relationnelle (abandon, rejet) ou neurophysiologique (manque d’énergie, excès de toxines), et la satiété, aux plaisirs. Donc, en cas de stress, d’émotions ou de pensées perturbatrices, notre cerveau nous pousse à manger pour compenser.

Les kilos en trop correspondent au poids du stress dans le cerveau
Pour des raisons diverses – stress, anxiété, problèmes relationnels, tensions émotionnelles ou nerveuses, frustration, harcèlement – le corps-esprit se dérègle et l’homéostasie (équilibre du corps) diminue : on digère moins bien, on s’affaiblit, on se retrouve en perte d’énergie, donc le corps stocke davantage et déstocke moins.

Les "fausses faims" apparaissent alors, car le centre de contrôle de la satiété n’est plus capable de dire "stop, l’énergie que tu as dépensée est à présent compensée par ce que tu as mangé". Puis vient le cercle vicieux : plus on stresse, plus on grossit, et plus on grossit, plus on culpabilise de ne pas réussir à maigrir, donc plus on stresse…

Une méthode pour reprogrammer votre cerveau minceur
Les neurosciences démontrent que tout ce qui est vivant respire, se nourrit, élimine des déchets, pense et ressent des émotions. Le programme de psycho-neuro-minceur agit sur ces 5 facteurs du vivant en même temps et à parts égales.

La première étape consiste à rééquilibrer prioritairement les 4 facteurs non alimentaires pour acquérir une "sérénité métabolique" et pour que votre cerveau devienne votre partenaire minceur :
1-la respiration-minceur, pour favoriser la satiété, réduire les fausses faims, lutter contre le stress et les coups de barre, retrouver le moral (quand on est heureux, on maigrit) ;
2-la détox-minceur, pour éliminer les polluants industriels et les déchets corporels en relançant l’activité des émonctoires (organes d’élimination) : un organisme encrassé, intoxiné et pollué stocke plus et déstocke moins ; 
3-la visualisation guidée, pour court-circuiter les pensées obsédantes et éloigner le stress, rééquilibrer le métabolisme lipidique, reprogrammer un schéma corporel plus mince ;
4-la gestion-minceur des émotions, pour vous débarrasser de ce qui vous a blessé et vous reprogrammer
à la joie. Ainsi, votre corps n’aura plus besoin de régler le déséquilibre émotionnel par la nourriture ;

La seconde étape consiste à intégrer quelques règles d’hygiène alimentaire de base qui n’ont rien d’un régime restrictif.

5-l’alimentation-minceur : après avoir bien préparé votre cerveau et votre corps à développer votre espace-minceur, ces quelques conseils alimentaires sont suffisants pour accompagner la perte de poids. La part de la volonté et de la privation est minime, il suffit juste d’un petit élan en conscience pour commencer à maigrir et retrouver votre poids de forme, avec la collaboration de votre cerveau.

Vous devez choisir vos aliments selon leur slim data (force de stockage), respecter l’équilibre acide-base (l’acidification est préjudiciable à la santé et à la minceur), tenir compte des moments de la journée pour manger tel ou tel aliment (la chronodiététique) et consommer des plantes et tisanes détox-minceur. Voic 2 exercices qui aideront à débloquer vos verrous-minceur.

A lire aussi : le point sur l’équilibre acido-basique

Votre respiration coupe-faim
Les deux carburants du cerveau sont le sucre et l’oxygène. Or, les sécrétions répétées d’insuline liées au grignotage et une mauvaise respiration le mettent en état de souffrance, car il n’a plus assez d’énergie. Le corps traduit cela comme un manque de sucre et enclenche des fausses faims. En pratiquant la respiration coupe-faim, scientifiquement démontrée, le cerveau, satisfait de ce nouvel apport en oxygène, dissout la sensation de faim.

Installée confortablement, bouchez votre narine gauche et inspirez par la narine droite pendant 3 secondes, puis soufflez par la bouche, lèvres pincées, pendant 6 secondes, trois fois de suite. Puis, bouchez votre narine droite et inspirez par la narine gauche pendant 3 secondes, et bouchez la gauche, puis soufflez par la droite, pendant 6 secondes, trois fois de suite. À faire trois à cinq fois par jour, pendant 21 jours.

Votre film-minceur
Quand on visualise une image dans sa tête, le cerveau déclenche des réactions métaboliques en lien direct avec celle-ci. En vous voyant mince, votre corps-esprit va s’organiser sur les plans physiologique et inconscient pour vous aider à le devenir. Imaginez clairement le corps que vous aimeriez avoir et mettez-le en mouvement en vous visualisant dans des scénarios de vie précis (avec votre conjoint, vos enfants, vos collègues, etc.). À faire trois fois par jour, pendant 21 jours.

Pour aller plus loin : Programmez votre cerveau minceur, Dr Yann Rougier

Articles du dossier Votre semaine minceur
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte