Agir pour la planète

Rencontre avec Isabelle Susini, directrice de 1% for the planet France

Publié le 1 octobre 2018
De la jungle tropicale à la jungle urbaine, la connexion à la nature m'est indispensable. Je suis curieuse des possibles pour l'humain.e et des petits bonheurs du quotidien. Chef de projet édito @FemininBio.
Isabelle Susini de 1% for the planet France nous parle de leurs projets
Isabelle Susini de 1% for the planet France nous parle de leurs projets
© DR

1% for the Planet est le seul collectif international qui rassemble les entrepreneurs philanthropes actifs dans la protection de l’environnement. Ils reversent 1% de leur chiffre d’affaires annuel dans des projets d’associations environnementales de terrain. A l'occasion de leur rendez-vous annuel les 9 et 10 octobre 2018 nous avons rencontré Isabelle Susini, la Directrice France de l'association.

FemininBio est membre du 1% pour la Planète et sera représenté par Anne Ghesquière, notre fondatrice, à l'occassion de soirée de clôture des Rencontres Associations & Philanthropes 2018, qui se déroulera le 10 octobre à La Bellevilloise cette année. Nous remettrons le prix de la catégorie "Pédagogie Active au contact de la nature". 

1. Pouvez vous nous présenter 3 projets inspirants financés par 1% for the planet France ?

Il m'est très difficile de mettre en avant l'un ou l'autre projets, tous les projets portés par les associations du collectif 1% for the Planet sont inspirants, portés par des personnalités incroyables, que ce soit des bénévoles ou des experts de leur cause environnementale. Nous soutenons 7 grandes thématiques, qui ont toutes une importance capitale à mes yeux même si chacun peut avoir une sensibilité différente : l'Agriculture & l'Alimentation ; la Biodiversité ; le Climat ; les Mouvements Eco-citoyens ; la Pédagogie Active au Contact de la Nature (thématique soutenue par Féminin Bio); les Rivières et Océans ; enfin la Santé et l'Environnement.

L'année dernière, lors de la 2ème édition des Rencontres Associations & Philanthropes, nous avons soutenu 3 associations qui concourent à nouveau cette année, à savoir :

Bloom

Nous avons soutenu leur campagne pour lutter contre la pêche électrique. Ils étaient à un moment clef et avaient besoin d'un soutien financier pour porter l'attention sur cette pratique de pêche qui n'a rien de juste et qui porte atteinte à la ressource. Cette année, ils se focalisent sur les subventions européennes liées à la pêche, dont le manque de transparence pénalise la transition vers la pêche durable.

Graines de troc

C'est une association qui milite pour que chacun d'entre nous puisse multiplier ses semences et les échanger. N'est-ce pas la base de tout que de savoir reproduire les plantes à la base de notre alimentation ? C'est un exemple de projet, comme tous d'ailleurs, d'utilité publique, et qui permet à chaque citoyen, très facilement, de s'impliquer.

Earthwake

est une association qui travaille sur un système Low-Tech de recyclage des déchets plastiques pour les transformer en carburant. En donnant de la valeur aux déchets, ces derniers seront plus facilement ramassés et transformés, donnant ainsi l'accès à une ressource énergétique permettant le développement des pays du Sud.

2. Quel est l'objectif de ces deux jours de rencontre en octobre ?

Nous sommes partis de deux constats : l'environnement est le "parent pauvre" de la philanthropie, c'est hélas l'une des causes les moins soutenues. Et pourtant les défis à relever sont majeurs et ne touchent pas que la "nature" au sens propre mais l'éco-système dont nous faisons partie. Aussi, les associations environnementales, comme les autres, passent beaucoup de temps à chercher des financements. Cette recherche perpétuelle de financement est très chronophage et les détourne de la cause qu'elles défendent.

Nous avons voulu les aider à trouver des financements, en rassemblant autour de la table les acteurs clefs du mécénat environnemental et en collectant des fonds au préalable.

Ainsi, en facilitant la levée de fonds des associations, nous augmentons leur impact sur le terrain.

3. Que conseillez vous à ceux qui souhaitent se mettre en action mais ne savent pas trop par où commencer ?

Tout le monde a 1% ! Nous militons pour la culture du don, chacun avec ce qu'il a entre ses mains. Vous êtes entrepreneur ? Donnez 1% de votre Chiffre d'affaires. Vous êtes un individu, donnez 1% de votre salaire. Et nous avons tous, plus ou moins, du temps à donner. Le mécénat de compétences est clef aussi pour aider les associations à se développer. En bref, il est temps de passer à l'acte, il faut s'engager, et la mobilisation doit être générale.

A lire sur FemininBio Fanny Vismara, Plastic Attack : "L’écologie n’est plus réservée aux activistes"

4. Quel est votre parcours et qu'est ce qui vous a poussé à rejoindre 1% for the planet  ?

Ma prise de conscience de l’existence de problèmes environnementaux et de la nécessité d’agir s’est faite par étapes : la première étant un tour du monde que j’ai eu la chance d’effectuer juste après mes études. C’est à ce moment, au bout du monde, en découvrant à la fois les merveilles de la nature et sa fragilité, que j’ai décidé – et pris note dans un carnet, comme une promesse – de travailler pour la protection de l’environnement.

Juste après ce voyage, comme après un instant d'amnésie et alors cadre marketing à 23 ans pour une grande entreprise française de l’alimentaire, j’ai retrouvé ces notes. J’ai alors quitté mes fonctions pour reprendre mes études et suivre un cursus (équivalent d’un master 2) en Génie et Gestion de l’Environnement à Paris 7. C’est probablement l’une des meilleures décisions que j’ai prises, car cela a été déterminant pour travailler dans le secteur de la protection de l’environnement. Suite à cela, j'ai rejoins l'entreprise pionnière sur le sujet de la responsabilité environnementale et la philanthropie : Patagonia. J’y ai passé 13 ans, en tant que responsable RSE pour l'Europe. Et Patagonia étant à l'origine de la création du 1% for the Planet (Yvon Chouinard est l'un des co-fondateurs du 1% for the Planet), j'ai vécu "à la source" les début du réseau dans le monde et rencontré beaucoup d’associations militantes et très actives pour la protection de l’environnement.

Après Patagonia, travailler pour une ONG environnementale était une suite logique dans l'avancée de mon engagement, et l'opportunité de développer l'antenne française de l'association américaine s'est présentée.

Infos pratiques
Les 9 et 10 octobre 2018 , l’événement annuel du réseau 1% - les RAP Rencontres Associations & Philanthropes - va pour sa 3ème édition transformer les euros des mécènes en solutions concrètes pour accélérer le changement de cap.
Et retrouvez aussi en ligne la liste des projets financés par 1% for the planet 

Je m'abonne au bimestriel FemininBio magazine en version papier, ou en version pdf à partir de 15€ par an

Articles du thème Protection de l'environnement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte