Cosmétique récup'

Eau de riz, pépins de concombre, pelures d'oignons... Gardez-les pour vos cosmétiques maison

Publié le 21 octobre 2020
Sylvie Hampikian, docteur vétérinaire et expert pharmaco-toxicologue pratique la cosmétique naturelle depuis une vingtaine d’années. Son activité professionnelle l’a amenée à travailler notamment sur les plantes et les actifs naturels.
"À la lumière des progrès en phytochimie, on sait que les déchets végétaux, peu ou pas comestibles, sont sources de fibres, tanins, minéraux, acides gras insaturés riches de bienfaits pour la peau et les cheveux."
"À la lumière des progrès en phytochimie, on sait que les déchets végétaux, peu ou pas comestibles, sont sources de fibres, tanins, minéraux, acides gras insaturés riches de bienfaits pour la peau et les cheveux."
© Apostolos Vamvouras/Unsplash

La citation de Lavoisier « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » peut aussi s’appliquer aux cosmétiques maison. L’idée ici est de transformer, ou plutôt de recycler, les dérivés végétaux injustement qualifiés de "déchets".

Cet article a été publié dans le magazine #30 septembre-octobre 2020

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

 

 

Le recyclage des déchets alimentaires est courant en cosmétique industrielle : la glycérine animale provient des carcasses d’animaux de boucherie, le collagène marin des peaux de poisson et le chitosan des carapaces de crustacés. Heureusement, tout n’est pas aussi peu ragoutant. En 1993, un professeur de pharmacie déclara à la fille d’un vigneron bordelais : «Savez-vous que vous jetez des trésors ?» Il parlait des polyphénols contenus dans les pépins de raisins, qui finissaient alors au compost. C’est ainsi que naquit la marque Caudalie. Aujourd’hui, d’autres pépins de fruits issus de la filière industrielle sont exploités pour en extraire des antioxydants et des huiles cosmétiques précieuses (pamplemousse, cassis, framboise, tomate, etc.).

Et à la maison ?

Avant l’ère de la gabegie organisée, l'économie ménagère s’est toujours montré inventive pour «utiliser les restes». On ne compte pas les recettes maison et trucs de beauté à base de pelures (pomme, banane), noyaux (abricot, amande), eaux de cuisson (riz, avoine, pomme de terre), marc de café, etc. À la lumière des progrès en phytochimie, on sait que ces déchets végétaux, peu ou pas comestibles, sont néanmoins sources de fibres, tanins, minéraux, acides gras insaturés riches de bienfaits pour la peau et les cheveux.

Voici donc quelques recettes pour mettre à profit certains de ces fameux «trésors».

Macérat huileux de pépins de concombre

Hydratant, adoucissant, lissant, tonifiant, antiâge, il convient aux soins du visage au quotidien. Il apaise les peaux sensibles et tonifie les peaux sèches ou matures.

Réalisation avec les pépins tendres (immatures) : coupez le cœur d’un concombre en dés. Étalez ceux-ci sur un linge très propre (pas de papier absorbant) et faites-les sécher pendant 24 à 48heures. Lorsque les morceaux ont perdu environ deux tiers de leur volume et ont une consistance caoutchouteuse, décollez-les du linge et placez-les dans un bocal. Recouvrez avec 3 fois leur volume d’huile de tournesol bio désodorisée. Laissez macérer 3semaines en agitant chaque jour. Filtrez, puis transvasez dans un flacon en verre teinté.

Réalisation avec les pépins durs : faites sécher les pépins à plat sur un linge. S’il reste un peu de pulpe autour, ce n’est pas grave. Une fois les pépins secs, réduisez-les en poudre au moulin ou dans un mortier. Mélangez 20g de poudre et 100ml d’huile de tournesol bio désodorisée. Laissez macérer 2 semaines et procédez comme ci-dessus.

>> A lire sur FemininBio Les épluchures : tout ce que vous pouvez en faire

Macérat huileux de tomate

Très riche, il convient aux soins quotidiens des peaux matures et à la prévention du vieillissement cutané.

Réalisation : conservez les pépins de tomate, en éliminant la gelée qui les entoure à l’aide d’une passoire. Faites sécher les pépins à plat sur un linge. Une fois secs, réduisez-les en poudre. Mélangez 20g de poudre et 100ml d’huile de tournesol bio désodorisée. Laissez macérer 2 semaines et procédez comme ci-dessus.

Rinçage capillaire aux pelures de pommes de terre 

Ce rinçage apporte de la brillance, du volume et du tonus à la chevelure.

Réalisation : récupérez environ 30 cl d'eau de cuisson de pommes de terre soigneusement nettoyées et non pelées (cuisson à l’eau pas trop salée, sans épices ni matière grasse). Vous pouvez aussi faire bouillir à feu doux pendant 15 minutes les peaux lavées de 5 pommes de terre dans environ ½ litre d’eau. Effectuez un shampooing, rincez et essorez vos cheveux. Faites coulez très lentement la décoction tiède de pomme de terre sur les cheveux, en malaxant bien la chevelure, puis essorez et procédez au séchage. 

>> Notre recette du masque hydratant au concombre

Gommage au marc de café

Plus connu, ce gommage corporel est employé traditionnellement en Russie. Il laisse la peau toute douce, mais la baignoire ou la douche très sales !

Réalisation : récupérez le marc dans le filtre de votre cafetière (dose pour 6 tasses) et employez-le sans trop attendre. Humectez-le si nécessaire d’eau tiède, pour former une pâte granuleuse. Prenez de petites quantités de cette pâte dans la main et gommez la peau, en effectuant des mouvements circulaires. Insistez sur la cellulite. Rincez à l’eau claire. À faire 1 fois par semaine.

Rinçage reflets aux pelures d’oignon

Riche en tanins, il donne de beaux reflets blond vénitien ou roux clair aux cheveux clairs.

Réalisation : faites bouillir dans 30 à 40 cl d’eau les pelures de 2 ou 3 oignons. Filtrez et procédez comme ci-dessus.

Après-shampooing à l’eau de cuisson du riz et de l’avoine

Ces deux eaux douces et onctueuses constituent un après-shampooing nourrissant, gainant, lissant. Elles donnent de la brillance et de la souplesse aux cheveux.

Réalisation : récupérez l'eau de cuisson du riz ou de l’avoine, complets ou non (cuisson à l’eau pas trop salée, sans épices ni matière grasse). Passez à travers une passoire fine. Après le shampooing, essorez vos cheveux, imprégnez-les d’environ un verre d’un de ces soins, tiède de préférence. Malaxez et laisser poser au moins 5minutes avant de rincer. 

Ces trois soins capillaires peuvent se faire 1 à 2 fois par semaine, sans limite dans le temps.

Notre experte

Pharmaco-toxicologue, Sylvie Hampikian est l’auteure de Créez vos cosmétiques bio (éditions Terre Vivante) dont une nouvelle édition paraîtra en fin d’année 2020.

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Soin bio des cheveux
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte