Partenaire
Inspirer, Faire du bien

#FreeBoobs

Cet été, je me mets au "slow-bra"! 

Cet été, je me mets au " slow-bra " ! 
"Les poitrines habituées à être très maintenues ont tendance à perdre leur capacité de maintien naturel"
Samantha Montalban
Samantha Montalban
le 13 juillet 2020
La liberté du corps féminin est parfois dissimulée derrière des siècles de carcans. Accessoire de protection de la poitrine ou objet de désir, le soutien-gorge fait partie de ces sujets que l'on prend pour acquis avant de réaliser qu'il peut oppresser plus qu'il ne supporte. Et si on réalisait qu'il serait même bénéfique pour nos seins d'évoluer sans armatures ni bonnets ? 

Partenaire

Cet article a été publié dans le magazine #29 juillet-août 2020

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

 

 

Commençons par la base : qu'est-ce que le “slow-bra” ? On parle de “slow-bra” pour définir le fait de porter des soutiens-gorge confortables, légers et sans armatures. À ne pas confondre avec le “no-bra”, qui définit tout simplement le fait de ne pas porter de soutiens-gorge. Depuis plusieurs mois (années diront certaines !), les rayons se remplissent de lingerie sans armatures. Dentelle, coton, tulle, microfibre, peu importe, on voit fleurir des nouvelles marques et des gammes autour de ce nouveau concept. Le sans-armatures auparavant réservé aux jeunes filles devient le truc à la mode. Bon, par contre, cette mode-là, on préfère vous prévenir, est plutôt faite pour durer. Selon les adeptes, il n’y a pas de retour en arrière possible une fois que vous avez découvert le bonheur du “slow-bra”.

Confinement, armatures et liberté

Pendant la période de confinement que nous venons de traverser, de nombreuses femmes ont osé abandonner leur soutien-gorge à la maison. Ce fut un vrai cri du cœur sur les réseaux sociaux : “ENFIN! Je n’ai plus besoin de porter un soutien-gorge tous les jours, mais ça ne va pas durer malheureusement”. D'un côté, c'était assez rigolo d’assister à cette prise de conscience commune. Mais d’un autre cela veut quand même dire que la plupart des femmes ne se rendent pas compte de l’inconfort de leur soutien-gorge ! 

"Nous avons la liberté de choisir"

Nous remarquons qu’une femme qui décide de ne plus porter de soutiens-gorge à armatures n’en portera probablement plus jamais de sa vie. Tout simplement parce qu'elle aura réalisé qu'elle était libre de faire autrement. Psychologiquement, c'est une révélation ! Nous avons la liberté de choisir.

6 bonnes raisons de se mettre au “slow-bra”

1. Préférez les soutiens-gorge au maintien léger pour des seins plus fermes

Contrairement à la croyance héritée de nos mères et grands-mères, les armatures n’empêchent pas nos seins de tomber (à répéter tous les matins pendant 1 mois). Selon de nombreuses recherches mais aussi selon Manon, ostéopathe, ce serait même le contraire! Les poitrines habituées à être très maintenues ont tendance à perdre leur capacité de maintien naturel. Tout simplement car les ligaments s’atrophient lorsqu’ils sont remplacés par un soutien-gorge au maintien trop élevé. Résultat : les ligaments ne remplissent plus leur fonction de support et les seins tombent.

2. Le “slow-bra” n’est pas réservé aux petites poitrines​

"Ok, mais moi j’ai plutôt ce qu’on appelle une forte poitrine, donc les armatures c’est obligatoire pour le maintien.” Pourtant, les soutiens-gorge avec le meilleur maintien sont les brassières de sport … sans armatures ! Les douleurs que nous pouvons ressentir dans nos seins lorsque nous passons au “slow-bra” correspondent simplement au travail des ligaments qui réapprennent à soutenir notre poitrine. Laissez-vous tenter quelques semaines pour avoir un avis définitif. Si vous hésitez encore, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil aux témoignages sur YouTube.

3. Évitez, pour votre santé, les soutiens-gorge trop serrés et les armatures

Il paraît que les armatures peuvent être reliées au cancer du sein. Et rien que ça, ça nous donne envie de les laisser au fond de notre tiroir. Les armatures compriment la poitrine en empêchant la circulation de la lymphe ; celle-ci étant l’armée de notre corps, si elle ne circule plus les toxines ne s’évacuent plus. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire Le Soutien-gorge et le cancer du sein : une lingerie de séduction dangereuse, de Sydney Ross Singer.

>> A lire sur FemininBio Seins : pourquoi adopter le mouvement du "no bra", même après le confinement

4. Assumez votre corps au naturel, prenez confiance !

Le mouvement Body positive est très à la mode et a pris une vraie ampleur aujourd’hui : les marques montrent de plus en plus de corps non retouchés et des morphologies variées. On rééduque notre œil aux courbes naturelles de nos corps. Oubliez la forme de vos seins avec des armatures et du push-up, découvrez et apprenez de nouveau à aimer votre corps au naturel.

5. Sans en faire une revendication féministe, acceptez vos tétons

"MAIS LES TÉTONS ?" Aaah ! La fameuse question ! Avec un soutien-gorge sans coques on risque de voir mes tétons. Inspirez, expirez, laissez-vous envahir par la possibilité d’entrevoir quelque chose de nouveau pour vous. Après tout, les hommes n’ont aucun problème à nous dévoiler leurs tétons, et c’était même assez à la mode dans les années 1980.

6. Dites bye-bye à vos armatures

“Slow-bra”? “No-bra” ? Je choisis quoi, au final ? Eh bien, comme vous voulez ! Portez, ou ne portez pas de soutien-gorge. Mais quand vous en portez un, choisissez-le tellement confortable que vous oublierez que vous êtes en train de le porter. Par contre, on vous aura prévenues, choisir le “slow-bra” c’est comme découvrir les baskets alors que vous auriez passé votre vie en talons, vous ne reviendrez pas sur votre décision ! 

"Je milite en douceur pour que les femmes prennent confiance en elles et osent se libérer de tout ce qui les entrave. Je suis aussi no-bra 50% du temps, les autres 50% je porte évidemment des brassières Mina Storm.

Notre experte

Samantha Montalban, passionnée de nature, de mode et de santé, est la cofondatrice de la marque de lingerie sans armatures Mina Storm.

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire