Alimentation

Ce qu'il faut savoir sur l'alimentation cétogène, le régime pauvre en glucides et riche en lipides

Publié le 28 novembre 2019
Corinne Dewandre est naturopathe à Aix-en-provence et anime son site La Vie en céto, qui accompagne des centaines de personnes dans la pratique du régime cétogène. Elle a également publié son livre de recettes, 30 desserts céto, paru aux éditions Thierry Souccar.
"Lorsqu'on mange cétogène, le corps apprend à carburer à partir des graisses. Il transforme les graisses de l'alimentation mais aussi les graisses corporelles."
"Lorsqu'on mange cétogène, le corps apprend à carburer à partir des graisses. Il transforme les graisses de l'alimentation mais aussi les graisses corporelles."
© David B Towns/Unsplash

Prônant une alimentation très pauvre en sucre et en glucides, et riche en bons gras, le régime cétogène, exigeant dans sa mise en application, aurait des vertus thérapeutiques dans les cas d'épilepsie mais aussi de diabètes, cancers et maladie neurodégénératives comme Alzheimer et Parkinson. Version stricte du régime Atkins ou "low carb", il serait également efficace pour maigrir. Qu'en est-il vraiment ?

Cet article a été publié dans le magazine FemininBio #25 octobre-novembre 2019

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

 

 

Notre corps carbure normalement en convertissant les sucres et glucides en glucose. Mais lorsqu’il ne dispose pas de glucides, le corps peut passer sur le mode "carburant alternatif", qui lui permet de convertir les lipides (graisses) en ce qu’on appelle des "corps cétoniques" ou "cétones", d’où le nom d'"alimentation cétogène".

1- Il ne date pas d’hier

Si l’on en parle beaucoup en ce moment, le régime cétogène n’est pas nouveau pour autant. Il est vraisemblable de penser que nos ancêtres du paléolithique adoptaient une alimentation contenant du glucose une partie de l’année, lorsqu’ils trouvaient des fruits, à la belle saison, et avaient une alimentation cétogène le reste du temps, lorsqu’ils trouvaient plus d’animaux que de végétaux, à la saison froide.

>> A lire sur FemininBio Régime cétogène : 5 conseils pour démarrer

Plus près de nous, c’est au XIXe siècle que cette alimentation fut conseillée aux personnes épileptiques ou diabétiques. Malgré son ancienneté, ce type d’alimentation gagne en popularité ces dernières années, probablement car de plus en plus de personnes souffrent de l’alimentation d’aujourd’hui, beaucoup trop riche en glucides par rapport à ce qui est prévu pour nos gènes de chasseurs-cueilleurs.

2- Il est conseillé dans les pathologies liées au sucre

Bien sûr, les diabétiques sont les premiers concernés et de très nombreuses personnes en sont atteintes sans le savoir. Et n’oublions pas ceux qui souffrent de ce qu’on appelle une "résistance à l’insuline", la phase juste avant le diabète. Le corps produit de l’insuline, mais les cellules se sont fermées à cette hormone, parce qu’il y en a trop. Réduire sa consommation de glucides (sucre, féculents, pain, fruits) permet de réduire la production d’insuline pour que tout revienne dans l’ordre.

>> A lire sur FemininBio Akkermansia, la bactérie du microbiote contre l'obésité et le diabète

La meilleure façon de savoir si l’on souffre de diabète ou de résistance à l’insuline est de tester sa glycémie, qui doit se situer en dessous d’une certaine limite. De façon plus concrète, si vous avez l’impression de souffrir souvent de baisse de glycémie (tête qui tourne, jambes qui tremblent, irritation) à différents moments de la journée, vous pouvez avoir des difficultés avec le sucre et les glucides. Si vous souffrez de surpoids, il se peut que ce soit lié à un problème de glucides ou d’hormones.

3 - Il aide à (re)trouver son poids de forme

Une majorité des personnes qui sont tentées par l’expérience cétogène cherchent à perdre du poids. Mais attention, il s’agit plus d’une alimentation santé que d’une alimentation "bikini" ! La majorité retrouve un poids normal, dans les limites de santé (ce qui n’est pas forcément un poids taille mannequin).

Lorsqu’on mange cétogène, le corps apprend à carburer à partir des graisses. Il transforme les graisses de l’alimentation mais aussi les graisses corporelles. Suivant la façon dont fonctionnent leurs hormones, les personnes perdront plus ou moins de poids.

4 - Il a un effet anti-inflammatoire

Grâce à l’effet des cétones, c’est une alimentation qui aide les personnes qui ont mal : douleurs articulaires, maux de dos, problèmes aux genoux, etc. Les études montrent qu’adopter une alimentation cétogène aide aussi les personnes qui souffrent de cancer, en complément d’autres soins. Les résultats sont meilleurs, la chimiothérapie est mieux acceptée. Le moral est bien meilleur aussi, car quand le cerveau fonctionne aux corps cétoniques, l’effet est euphorisant. Certains mangent cétogène pour éviter une récidive, d’autres pour se relever d’une dépression.

C’est aussi une piste intéressante pour les migraineux, les personnes qui souffrent d’Alzheimer et bien sûr celles qui ont un foie gras, des triglycérides trop élevées, ou un mauvais ratio de cholestérol.

5 - Il est assez contraignant

On renonce aux céréales (pain, riz, pâtes), au sucre, à une grande partie des fruits…. Tout le monde n’a pas besoin d’être si rigoureux ! Je pense en revanche que tout le monde devrait réduire sa consommation de glucides. Les personnes qui n’ont aucune difficulté particulière (surpoids, fluctuation de glycémie) n’ont pas d’intérêt à manger cétogène, mais ont certainement intérêt à limiter les aliments industriels, très riches en glucides et n’apportant que très peu d’intérêt nutritionnel.

Choisir l’alimentation de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs semble le plus adapté : un peu de produits animaux (les œufs et les poissons gras surtout), beaucoup de légumes verts et des sources de bon gras (huile d’olive, avocats, beurre cru de vache qui ont mangé de l’herbe, etc.).

Je recommande une alimentation low carb, ou "glucides bas". Les céréales causent beaucoup de dégâts chez la plupart des personnes : elles sont pro-inflammatoires, acidifiantes et très riches en glucides. Les animaux qui ont mangé des céréales produisent une viande qui présente les mêmes problèmes.

6 - Il permet quand même quelques desserts

Certaines personnes ont une telle addiction au sucre que tout goût sucré risque de les faire replonger. Mais pour la plupart des autres, adopter l’alimentation cétogène ne doit pas signifier renoncer à tout plaisir.

>> Recette du fondant cétogène au chocolat et aux noisettes

Manger des desserts de temps à autres permet de trouver beaucoup de plaisir à manger cétogène ou glucides bas sur le long terme. Au début, on appréciera le goût sucré d’un édulcorant naturel, tel que la stévia ou l’érythritol, un polyol fait à partir de légumes qui n’est pas du tout métabolisé. Avec le temps, on rééduque son goût et on peut manger des gâteaux ou biscuits faits de poudre d’amande et de chocolat très noir, sans aucun ajout de sucre ou d’édulcorant, puis on n’a envie de desserts que pour les occasions ou les fêtes familiales.

Mes desserts contiennent parfois des produits laitiers, qui peuvent ne pas convenir à tous. Il est possible d’utiliser à la place de l’huile ou de la crème de coco, très prisées en alimentation cétogène.

7 - Il aime le bon gras

S’il ne s’agit pas de manger du beurre à la cuillère, l’alimentation cétogène rétablit le bon gras : nous avons besoin de manger du gras pour faire fonctionner nos hormones et notre cerveau. Certains gras sont toxiques (les gras trans, qu’on trouve dans les aliments industriels sous le nom de "graisse végétale hydrogénée"), d’autres gras sont pro-inflammatoires (les oméga-6, issus des céréales, des animaux ayant mangé des céréales, et des huiles de tournesol, de soja, de maïs, etc.).

En mangeant cétogène, on réintroduit de bons gras : les oméga-3 des petits poissons gras, de l’huile de colza ou de cameline, les oméga-9 de l’olive et de l’avocat, et les gras saturés de l’huile de coco ou des produits animaux, qui ne sont pas toxiques en tant que tels.

8 - Il présente peu de contre-indications

L’alimentation low carb convient à tous, mais l’alimentation cétogène est déconseillée aux femmes enceintes ou qui allaitent, car on n’a pas suffisamment étudié les effets des cétones sur le bébé. Les personnes qui ont eu une pancréatite, qui prennent de l’insuline, qui souffrent d’un cancer ou d’une autre pathologie devront bien sûr être suivies par un médecin. Pour les autres, cette alimentation ne présente que très peu de risques si elle est bien construite.

Notre experte

Corinne Dewandre est la fondatrice du site La Vie en céto, qui accompagne des centaines de personnes dans la pratique du régime cétogène. Naturopathe, elle a adopté une alimentation cétogène depuis 10 ans.

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Maigrir naturellement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte