Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Education

Témoignage : mes enfants ne sont pas scolarisés

Clara Bellar descolarisation
Le bagage le plus solide, c'est la confiance en soi et savoir apprendre par soi-même
Clara Bellar
Clara Bellar
le 03 novembre 2014
Outre l'école à l'école et l'école à la maison, il existe une autre voie, celle du "unschooling", qui consiste à ne pas envoyer son enfant à l'école, mais à ne pas lui faire classe à la maison. Surprise par cette découverte, Clara Bellar a décidé d'enquêter et en a tiré un passionnant documentaire.

Partenaire

Avant d'avoir des enfants, je vivais au fil des projets, sans point d'attache. Lorsque mon premier enfant est né, je pensais que cette liberté durerait quelques années, mais que le jour où il aurait l'âge d'aller à l'école, il faudrait choisir un pays. Finalement, quand il était encore tout bébé, j'ai retrouvé une amie qui n'envoyait pas son fils à l'école. J’étais très surprise, parce qu'il ne "faisait" même pas l'école à la maison. Je ne comprenais pas le concept du "unschooling". J'avais des tas de questions, j'étais inquiète : une fois arrivé à l'âge adulte, va-t-il en vouloir à ses parents de n'avoir rien appris ?! Cependant, je voyais quand même que ce petit garçon était particulièrement ouvert, curieux, passionné, il avait plein de projets et était tout le temps en train de faire des choses intéressantes. J'ai rencontré d'autres enfants dans son cas et à chaque fois, je retrouvais ces particularités : l'enfant était auto-motivé, toujours très occupé par des tas de choses qui l'intéressaient. Il n'y avait pas de séparation enfant-adulte, il n'hésitait pas à avoir une conversation d'égal à égal avec un adulte et à lui poser des questions. J'ai eu envie d'en savoir plus, de rencontrer de jeunes adultes qui auraient grandi ainsi. J'ai décidé qu'un documentaire serait l'occasion de ces rencontres.

Au début, c'était donc ma quête, pour comprendre, pour apprendre. Très vite, ma motivation a évolué en une envie de partager cette révélation avec des personnes qui n'en auraient jamais entendu parler, par exemple des parents d'enfants scolarisés en souffrance qui ne savent pas qu'il y a d'autres possibilités : non seulement de se passer d’école, mais même d’école à la maison. En effet, pour les familles que j'ai rencontrées, ce n'est ni l'école, ni à la maison.

J’appréhendais de montrer le film pour la première fois, j'avais des amis dans la salle dont les enfants étaient grands et étaient toujours allés à l'école. Je me demandais comment ils allaient réagir. Ils m'ont tous dit à la fin que le film avait eu une influence sur eux, sur leur relation avec leurs enfants, et les avait encouragés à être plus dans la confiance, plus à l'écoute de leur voix intérieure et moins sensibles aux pressions du système. Si le film a cet effet sur une personne dans la salle, c’est une bonne chose qu'il existe. 

Aller à la page suivante >

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire