Education

Les conseils d'une psychologue pour cadrer l'utilisation des écrans chez les enfants

Publié le 12 décembre 2019 - Mis à jour le 8 juin 2020
Bernadette Lemoine est psychologue et psychothérapeute. Elle a co-créé l'association MCAdS (Mieux connaitre l'angoisse de séparation) qui vient en aide aux parents, éducateurs, thérapeutes. Diane de Bodman est auteure et mère de quatre enfants. Ensemble, elles ont collaboré aux contes de la collection "Grandir ! Quelle histoire..." chez Nouvelle Cité et publié "Petites phrases à leur dire pour les aider à grandir".
La règle des "4 pas" peut vous aider à limiter les écrans pour votre enfant.
La règle des "4 pas" peut vous aider à limiter les écrans pour votre enfant.
© Kelly Sikkema

L’univers dans lequel les enfants évoluent aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui d’il y a vingt ans. Un objet fait toute la différence : l’écran. Télévision, ordinateur, console, smartphone, tablette, etc. font désormais partie de leur quotidien.

Cet article est extrait du livre Trouver les mots qui font grandir pour les aider à s'épanouir, de Bernadette Lemoine et Diane de Bodman, aux éditions Albin Michel.

 

 

 

Les contenus (jeux, Internet…) sont addictifs, mais l’écran en lui-même n’est pas neutre. Les études scientifiques soulignent qu’un temps d’écran excessif nuit à l’équilibre de l’enfant : baisse des capacités de réflexion, des résultats scolaires ; altération du sommeil ; instabilité affective ; augmentation du sentiment d’insécurité, des comportements agressifs… Donner aux écrans leur juste place est un nouveau défi en matière d’éducation.

La maternité est un sujet qui vous touche ? Découvrez Si Mère ! Le Podcast de maternage féministe, présenté par FemininBio en partenariat avec Radio Médecine Douce et Biostime.

Objectifs
1. Apprendre à l’enfant à garder sa liberté par rapport aux écrans.
2. Lui faire connaître, intégrer et respecter les règles de base qui évitent bien des dangers.
3. Lui faire comprendre et accepter les limites propres à chaque famille.
4. L’informer des dangers liés aux écrans en général et plus particulièrement lorsqu’ils sont connectés.
5. Équilibrer le temps d’écran et le temps consacré à d’autres activités sociale.

>> A lire sur FemininBio Se protéger de la lumière bleue des écrans

Conseil n°1

Poursuivons quotidiennement son éducation à la frustration. Cela aidera l’enfant à accepter de ne pas tout avoir, de ne pas tout faire selon ses désirs.

Conseil n°2

Organisons avec l’enfant un emploi du temps riche en activités (sports, sorties entre amis, jeux de société, lecture, etc.) et habituons-le à participer aux tâches familiales, selon son âge (couvert, poubelles, promenade du chien, etc.). Il sera ainsi plus facile de limiter le temps dédié aux écrans.

Conseil n°3

Appliquons impérativement la règle des «4 pas» : pas d’écran le matin ; pas d’écran durant les repas ; pas d’écran avant de s’endormir ; pas d’écran dans sa chambre. Inspirons-nous aussi des conseils du psychiatre Serge Tisseron : pas d’Internet avant 9 ans ; à partir de 9 ans : Internet accompagné; à partir de 12 ans : seul, mais avec un sérieux contrôle parental.

Conseil n°4

Établissons et faisons respecter les consignes d’utilisation selon l’âge, la période scolaire, le rythme des autres activités : définir des horaires de navigation, autoriser des moments dans la semaine, mettre en place un contrôle parental, interdire certaines applications, etc. Cherchons la juste limite : évitons le laxisme comme l’excès de restriction; trop de restriction engendre une frustration difficilement supportable.

Conseil n°5

Amenons l’enfant à comprendre la raison de nos limites, en dialoguant avec lui dans l’amour et la fermeté.

Conseil n°6

Pensons à complimenter de temps à autre celui qui les respecte et sanctionnons les débordements.

Conseil n°7

Restons à proximité de l’enfant quand il est sur Internet.

Conseil n°8

Soyons également très vigilants quant aux choix et à l’usage des jeux vidéo auxquels l’enfant joue – d’autant plus qu’il est reconnu que la pratique de ces jeux devient très vite addictive. Rappelons nous que « l’image violente constitue une violence réelle sur le cerveau de l’enfant. Elle fait effraction dans son psychisme, empêchant toute mise à distance de ce qui est perçu. Les dégâts sont immédiats, intenses, et peuvent durer longtemps : cauchemars, phobies diverses, modification de l’humeur, parfois même hallucinations.»

Conseil n°9

Selon l’âge de l’enfant, informons-le des dangers liés aux écrans : accès aux réseaux sociaux, addiction, violence, pornographie, cyberharcèlement, etc.

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Mon enfant et moi
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte