Rencontre

Marianne Williamson : "Il faut rouvrir nos cœurs"

Publié le 17 janvier 2018
Fondatrice de FemininBio, directrice de collection chez Eyrolles, dingue de bio, folle de nature, de running et par dessus tout de l'évolution de la conscience de l'être humain ;-)
© Aaron Landman

Marianne Williamson est l'auteure américaine du best-seller "Un retour à l'amour". Elle a aussi fondé le projet "Angel food" pour aider les plus démunis et continue d'enseigner l'amour et la spiritualité. Une rencontre inspirante.

Nous avons rencontré Marianne Williamson. Autour d’un thé, nous échangeons de cœur à cœur, et elle nous livre ses clés pour une humanité enfin éveillée et aimante.

Marianne Williamson, pouvez-vous vous présenter ?
Je suis auteure, conférencière et activiste. Il y a trente ans, j’ai commencé à parler de mon étude du livre Un cours en miracles. Il ne s’agit ni d’une religion, ni d’une doctrine, ni d’un dogme. Ce sont des écrits de développement personnel, une psychothérapie spirituelle qui aide à passer de la peur à l’amour. Un des outils pour atteindre cette paix intérieure est la pratique du pardon.

Vous définissez-vous comme un guide spirituel ?
J’apprends autant que j’enseigne, comme nous le faisons tous.

Comment est-ce perçu, aux États-Unis, qu’un guide spirituel fasse de la politique ?
Quand j’ai débuté ma carrière, il y a trente ans, c’était très courant que des travaux spirituels soient marginalisés. On disait alors de moi que j’étais un gourou New Age. Les temps ont changé. Ce qui était considéré comme "en marge" à l’époque ne l’est plus. Désormais des séminaires professionnels se servant des valeurs du yoga, des méditations et des visualisations sont fréquents. Et ce qui se passe en ce moment nous oblige à penser différemment. Beaucoup des choses que les gens comme moi disent depuis de nombreuses années ne semblent plus, à la lumière du terrorisme actuel, si idiotes. Le terrorisme est de la haine qui se mue en force politique.

Aux États-Unis il est bien plus facile de parler de Dieu qu’ici en France, pourquoi selon vous ?
Je ne suis pas experte en histoire française. Toutefois l’Europe a un passé de persécutions religieuses. Ceux qui ont fondé les États-Unis fuyaient ces persécutions, voulaient pratiquer leur religion librement ; cela fait partie des principes fondateurs de mon pays ! En Europe, en raison des persécutions du passé, les gens ne se sont pas enfuis physiquement mais, peu à peu, ils se sont fermés au discours religieux. Cette fermeture les empêche de comprendre ce qui se passe dans le monde. Les gens ont grand besoin d’une expérience spirituelle profonde. Si vous ne leur donnez pas la pensée originelle – que ce soit la religion ou, par exemple, le patriotisme – ils vont se tourner vers des contrefaçons et, vulnérables, ils peuvent alors faire l’objet de récupérations idéologiques.

Quels sont les changements profonds auxquels l’humanité doit faire face aujourd’hui ?
Une nation est un ensemble d’individus. Une civilisation est un ensemble d’individus. L’humanité est un ensemble d’individus. Ainsi l’humanité affronte les mêmes opportunités de changement que tout individu : celles d’apprendre à aligner son comportement et ses pensées sur ce qui est vrai pour son propre cœur. Cette vérité est l’amour. Quand on émet de l’amour on reçoit de l’amour en retour. Toute société, comme toute existence, qui n’est pas fondée sur la fraternité, la justice et l’amour se voit confrontée à des bouleversements et à l’injustice. Pour guérir ces sociétés doivent reconnaître leurs responsabilités.

En Europe, et je le dis en tant qu’observatrice extérieure, il y a de nombreux problèmes à considérer, notamment relatifs aux politiques d’immigration. Je dis : n’ouvrez pas vos frontières tant que vous n’êtes pas prêts à ouvrir vos cœurs, car si vous les ouvrez le cœur fermé, sans fournir d’aides à de multiples niveaux, vous serez confrontés à de nombreux problèmes.

Comment faire nôtre l’ouverture du cœur et trouver la voie de l’amour véritable ?
Les Grecs anciens ont défini trois sortes d’amour : eros, philia et agapeEros est l’amour romantique et sexuel, ce n’est certainement pas lui qui sauvera le monde. Philia est la zone dans laquelle l’humanité est coincée : "J’aime ces enfants s’ils sont mes enfants. Je t’aime si tu es comme moi". Le défi de l’humanité est qu’elle doit désormais passer à l’âge d’agape, où l’on ne se préoccupe pas que de ses propres enfants mais tout autant de ceux qui se trouvent à l’autre bout de la planète.

Comment, en tant qu’individu, atteindre agape ?
L’Éveil n’est pas un apprentissage ; il s’agit de désapprendre les pensées de ce monde qui empêchent d’accéder à ce que nous savons déjà en nos cœurs. Nous ne sommes qu’amour à la naissance puis le monde nous apprend à haïr. Il faut rouvrir nos cœurs. C’est là que la méditation a son rôle à jouer. La prière également. De nombreuses études ont été réalisées sur la méditation : plus il y a de gens qui méditent ou prient dans une ville, plus celle-ci est paisible, à condition que ces prières et méditations alignent vraiment le cœur sur l’amour et la compassion.

Pour ouvrir son cœur on peut donc avoir recours à la méditation ou à la prière. Dans la vie de tous les jours, est-ce bien, selon vous, d’être engagé ?
Chacun de nous, en méditant ou en priant, devient un instrument intuitif parfaitement accordé. Cela nous permet d’écouter une voix intérieure. Quand on se met dans la posture de rendre service grâce à l’amour universel qui guérit tout, on est guidé jour après jour. On peut alors aider à soulager le tissu de notre civilisation qui s’est distendu. Nous ne sommes plus assez reliés et le mal s’insinue dans ces espaces vides. Quand nous ne remplissons pas nos maisons d’amour, la peur s’y installe.

Que peut-on faire pour arriver à ce degré d’amour malgré l’ego ?
Tout ce qu’il vous est possible de faire à chaque instant. Par exemple, si vous méditez le matin vous avez moins de chance de vous écarter de ce chemin spirituel dans la journée. Je ne dis pas que vous serez un grand maître éveillé au cours de la journée. Mais cela signifie que la probabilité de faire quelque chose de vraiment stupide ou d’absolument inutile est fortement réduite.

Comment se fait-il que vous exprimiez vos idées aussi entièrement et sans peur ?
Cela me vient de mon éducation, de ma famille et de ma culture. De plus je suis à un âge où je ne me préoccupe plus de ce que les gens pensent de mes actions et de mes paroles. Je dois faire part de mes idées et je crois que le monde se portera mieux quand les femmes commenceront à dire tout haut ce qu’elles pensent déjà.

Justement, quel est selon vous le rôle des femmes ?
En premier lieu de protéger nos enfants et nos foyers. Je dis souvent aux mères de jeunes enfants qu’elles font le travail le plus important qui soit ! Mais quand je parle de nos enfants, je ne parle pas uniquement de ceux que nous avons mis au monde mais de tous les enfants de cette planète. Quand je parle de notre maison je parle également de la Terre elle-même ! La crise écologique est avant tout une crise spirituelle, c’est notre échec à aimer notre planète et les créatures qu’elle abrite.

En tant que femmes, nous savons énormément de choses. Pendant de nombreuses années, et encore maintenant dans certains pays, les femmes n’ont pas eu le droit d’exprimer ce qu’elles savaient. Je vis dans un pays où je suis libre de partager cela. Toutefois, nous avons encore des chaînes, non pas extérieures mais internes, comme par exemple ce désir d’être aimé et de recevoir l’approbation à chaque fois que nous disons quelque chose.

Les femmes souhaitent parfois être populaires mais une vie pleine de sens n’est pas un concours de popularité. Il faut avoir encore plus de volonté et de courage pour dire ce que l’on sait avec conviction et sans s’en excuser ! À chaque fois que nous réalisons cela, nous le faisons certes pour nous-mêmes, mais aussi pour les millions de femmes dans le monde qui ne peuvent exprimer ce qu’elles ont dans leur cœur.

Propos recueillis par Anne Ghesquière – Texte : Sabrina Bendersky

 

Articles de la même rubrique
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte