Amour de soi

Stop régimes : la vraie solution pour être bien dans ma peau

Publié le 20 février 2019 - Mis à jour le 22 février 2019
Catherine Grangeard est psychanalyste spécialisée dans l'accompagnement des personnes en surpoids et lutte contre contre le diktat des apparences. Daphnée Leportois est journaliste et écrit régulièrement sur les questions du corps et des tabous. Ensemble, elles ont écrit "La femme qui voit de l'autre côté du miroir", roman qui interroge le rapport au corps.
"on vous dit de perdre des kilos alors qu’il faudrait surtout vous libérer de la pression sociale"
"on vous dit de perdre des kilos alors qu’il faudrait surtout vous libérer de la pression sociale"
© Petar Dopchev / Unsplash

Ah, notre apparence, cette éternelle source d'angoisse. La peur d'être jugée sur sa silhouette, ses bourrelets, ses vergetures, sa cellulite... Plutôt que de reprendre le contrôle sur votre physique, on vous propose de comprendre pourquoi le poids de notre image est si lourd. Et d'apprendre à se libérer de la peur du regard des autres, en changeant celui qu'on a sur soi.

Pour vous sentir bien dans votre peau, on vous dit de perdre des kilos alors qu’il faudrait surtout vous libérer de la pression sociale. Et la psychanalyse peut vous y aider.

La pression sociale liée au régime cristallise l'angoisse des kilos en trop

D’ici peu, vous verrez fleurir les marronniers de printemps. Partout, à grands renforts de publicités ou de tutoriels, on vous suggérera de préparer votre corps pour aller à la plage. Exit la cellulite, les poils, la culotte de cheval et le gras du bidon. Objectif bikini. Or, pour aller à la plage, il suffit, tout simplement, d’une plage et d’un corps. Le bikini ne devrait pas être une épreuve venant contrarier le moment de plaisir et de détente des week-ends et vacances au bord de l’eau.

>> A lire sur FemininBio : Sélection de livres pour dire au revoir aux régimes

Facile à dire, rétorquerez-vous. Pour cela, il faut d’abord être bien dans sa peau. C’est vrai. Sauf que ce n’est pas en entreprenant un régime au printemps afin d'éviter d’être boudinée dans son maillot l’été que l’on y arrivera véritablement. Mais plutôt en se demandant pourquoi on a peur de montrer son corps.

Être bien dans sa peau c’est avant tout se réconcilier avec soi

Il ne sert à rien de s’entendre asséner ou de vouloir se convaincre qu’on est très bien comme ça, que ces petits bourrelets sont attendrissants, qu’il n’y a pas à s’en faire, que personne ne les remarque. De la même façon, le discours inverse consistant à dire qu’il faudrait se reprendre en main avant d’« oser » s’afficher est tout aussi inutile.

>> A lire sur FemininBio : Fierté : confiance et estime de soi

Car être bien dans sa peau c’est littéralement se réconcilier avec soi, avoir envie de se faire du bien. Si on n’écoute pas d’abord pourquoi on se sent mal, si on ne sait d’où vient cette sévérité à son égard et ces reproches que l’on s’adresse, on ne peut s’investir soi-même dans ce corps que l’on habite. Et c’est là que la psychanalyse intervient.

La psychanalyse permet de se libérer de cette pression qu'on s'inflige

Il s’agit d’abord de renouer les liens entre la personne, son histoire et son corps. Et, dans l’histoire individuelle, personnelle et singulière, intervient la pression sociale. Les critiques que l’on se fait ne sortent pas de nulle part. Les femmes subissent dans notre société plus de pression sur leurs corps.

La psychanalyse permet de prendre conscience de tout cela, du mélange explosif que les histoires sociale, familiale, professionnelle, amicale, amoureuse ont fait. Elle libère !

En vérité, il n’y a pas une méthode de psychanalyse mais plutôt des psychanalystes avec différentes méthodes

Différentes « chapelles » derrière lesquelles on trouve des femmes et des hommes, des individus. Vous trouverez certains sympas, d’autres pas ; des féministes, d’autre pas. Comme partout.

>> A lire sur FemininBio : Comment se libérer émotionnellement ?

Certes, la psychanalyse du XXIe siècle repose sur des principes basiques, comme ceux de Freud. Mais il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre chez cet homme du début des années 1900. Les mœurs ont évolué depuis, la société aussi – heureusement. En revanche, les découvertes essentielles sur l’inconscient sont toujours d’actualité. Comme celles sur le transfert : on projette sur d’autres des éléments de son vécu.

Trouver le bon psychanalyste

Pour trouver la bonne personne, c’est simple : écoutez-vous, connectez-vous à vous-même ! Si vous vous sentez bien avec ce-tte psychanalyste, votre inconscient et le sien vont faire le boulot. Il ne s’agit pas de l’aimer, il s’agit de se sentir dans une bonne relation de travail – si vous l’appréciez, en prime, tant mieux. L’essentiel est que vous vous sentiez dans une bonne dynamique.

La psychothérapie est un excellent moyen pour prendre soin de soi et apprendre à s'aimer

L’approche psychanalytique est un outil de première importance, à la fois relevant de la philosophie et du soin et c'est en cela qu’elle se différencie de toute autre psychothérapie.

>> A lire sur FemininBio : 4 choses à savoir sur le mouvement body positive

Il ne s’agit pas de rééduquer mais d’ouvrir un espace de liberté individuelle. C’est une éthique de la vie qui permet, en fin de compte, de comprendre pourquoi on se sent mal dans sa peau, et de commencer à prendre soin. Bye-bye les complexes et les régimes, bonjour le mieux-être !

Article co-écrit par les auteures du livre "La femme qui voit de l'autre côté du miroir" aux éditions Eyrolles.

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte