Développement personnel

La vie, c'est comme un tangram: découvrir ses talents pour s'épanouir

Publié le 24 mai 2017
Et vous, quels sont vos points forts?
Et vous, quels sont vos points forts?
© Pixabay

Et si on était trop à l'étroit dans notre vie quotidienne ? Philippe Gabillet, inspirateur d'optimisme aux multiples casquettes professionnelles, nous invite à aller à la découverte de nos points forts pour nous épanouir pleinement dans notre quotidien tant professionnel que personnel.

Il a fait 1001 métiers dans sa vie, de consultant à professeur de psychologie en passant par cadre d'entreprise, auteur, coach de vie et chercheur en développement personnel. Désormais conférencier professionnel, spécialiste de l’optimisme, de la chance, des changements bénéfiques et de la réussite heureuse, c'est peu dire que Philippe Gabillet a osé sortir plus d'une fois de sa zone de confort pour croquer la vie à pleines dents et en tirer le meilleur pour lui.

« Tout est possible dans la vie », déclare-t-il fort de son parcours atypique, avant d'ajouter : « mais il y a des bifurcations. En fait, notre vie est faite de bifurcations. Il faut oser renoncer à une vie planifier pour vivre la vie que l'on mérite. »

Philippe Gabillet aime les images et s'il doit comparer la vie à un objet, il choisit le tangram. Ce jeu d'origine chinoise est une sorte de puzzle composé de 7 pièces qui se rangent dans une boite carrée. Mais lorsqu'on les sort, on peut réaliser des centaines de figures. « En fait, personne ne sait combien de figures différentes il est possible de réaliser avec un tangram. La vie, c'est pareil : on ne sait pas tout ce que l'on peut faire ! ».

Alors comment s'y retrouver ? Pour le conférencier, une seule solution : s'appuyer sur ses forces. « Il faut travailler sur ce pour quoi on est bon. Aujourd'hui, nous avons un réflexe déficitaire : on se concentre sur ce qui ne va pas. Mais c'est le contraire qu'il faut faire ! » Pour l'homme aux multiples casquettes, il est totalement contre-productif d'insister sur ce qui ne fonctionne pas. « Si l'on réussit à faire oublier à une personne ses défauts, elle oublie ses carences et capitalise sur ses points forts ». De quoi lui permettre de réaliser pleinement son potentiel.

Trouver ses points forts
« Vous êtes unique, focalisez-vous sur vos forces », martèle Philippe Gabillet. Et cela demande déjà pas mal de travail : « on ne connaît pas tous nos points forts. Je pense que nous avons chacun une colonne de forces qui nous est propre. Si un élément de la colonne est décalé, on a mal au sens », autrement dit nous ne sommes plus aligné avec nous-même.

La colonne de forces se compose de quatre blocs : les talents, le plaisir, la pratique et le contexte. Chacun est indispensable. A la base, les talents, autrement dit nos points forts. Ce sont les ressources (savoirs, savoirs-faire et savoirs-être) que l'on possède mais que l'on n'active pas forcément. « C'est une quête formidable, ce peut être l'histoire d'une vie que de les mettre à jour », s'enthousiasme le conférencier.

Pour reconnaître un point fort, on peut rechercher un faisceau d'indices. En retire-t-on du plaisir, c'est-à-dire sent-on une énergie s'amplifier au fur et à mesure que l'on exprime ce talent ? Est-on impatient de pratiquer ? La pratique, c'est l'engagement de nos points forts dans des projets. A ce sujet, « un point fort, ça se travaille », assure Philippe Gabillet. Enfin, le contexte, c'est l'environnement qui sera favorable à la pratique de nos points forts tout en nous faisant sortir des sentiers battus. « S'il manque le plaisir, la performance est épuisante. Si on ne pratique pas, on parle de talent gâché. Et si le contexte est mauvais, nous n'avons pas le bon décor pour nous exprimer », résume-t-il.

Prendre conscience de ses points forts n'est pas toujours facile. Il existe des points forts que l'on connait et qui sont activés, ce sont les plus faciles à définir. Puis viennent ce que l'on connait mais que l'on ne pratique plus : il est temps de s'en souvenir et de trouver des moyens de les exprimer de nouveau. Plus difficile à détecter, les points forts que l'on ne connait pas car on n'a jamais cherché à les exprimer. Ce sont des points forts dormants, mais on peut les soupçonner par les rêves et les aspirations que l'on n'ose pas toujours exprimer. Enfin, les points forts cachés sont des points forts que l'on exprime sans en avoir conscience. Ils sont indétectables par nous-mêmes.

Philippe Gabillet conseille de se faire aider pour que ces points forts cachés se révèlent à nous. Pour cela, il vous faudra oser demander à vos proches de vous citer un domaine dans lequel ils considèrent que vous êtes particulièrement bon, avec un exemple concret qui puisse vous permettre de vous repérer (et de réaliser que vous avez déjà exprimer ce talent !). Cet exercice du « Miroir du meilleur moi » peut vous être très bénéfique car il booste la confiance en soi et donne envie de passer à l'action.

Une fois que vous avez conscience de vos points forts, il ne vous reste plus qu'à les pratiquer dès que possible. « Le monde est fait de potentiels, assène Philippe Gabillet. On a toujours plus de forces qu'on ne le croit. En fait, on ne sait pas de quoi on est capable tant que l'on n'a pas essayé ». Pour l'ancien cadre, la question à se poser est simple : veut-on que le reste de notre vie soit ordinaire ou mémorable ? « Une vie géniale n'est pas possible sans risque, prévient-il. Si on veut changer le monde, il faut changer son monde. Et cela n'est possible que si on essaie ! »
 

Philippe Gabillet intervenait dans le cadre du Printemps de l'Optimisme en mars 2017.

Articles du dossier Changer de vie !
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte