Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Arnica : la plante des coups et des bleus est en danger

Il faut sauver l'arnica
Par Adeline Gadenne
le 01 mars 2022

L'association française des professionnels de la cueillette (AFC) lance une alerte à la préservation de l'arnica, victime de cueilleurs peu scrupuleux.


Partenaire

L’arnica des montagnes (Arnica montana), pourtant présente dans toutes les armoires à pharmacie, est de plus en plus rare en France et fait l’objet de pillages par des cueilleurs peu scrupuleux. C’est l’Association française des professionnels de la cueillette (AFC) qui lance l’alerte : si l’on ne prend pas rapidement des mesures de protection et de surveillance plus fortes, la ressource risque de disparaître...

Que peut-on faire en tant que consommateurs ? « Il faudrait modifier nos habitudes, c’est-à-dire réserver l'arnica aux seules grosses chutes », conseille le paysan-herboriste Thierry Thévenin qui cite comme alternative le macérât huileux de pâquerette, aussi appelé huile de Bellis, très facile à fabriquer soi-même.

Rappelons-nous aussi que les petits hématomes régressent spontanément notamment si l’on applique du froid dans les 48 premières heures.

Recette d'huile de Bellis (en alternative à l'arnica)

  • Cueillir les pâquerettes, puis les laisser faner à l’ombre une journée pour qu’elles perdent en humidité.
  • Les recouvrir ensuite d’huile d’olive ou de tournesol et laisser le pot 3 semaines au soleil.
  • Filtrer 2 fois: d’abord avec un chinois, puis après avoir laissé décanter 24h, filtrer à nouveau avec un filtre en papier.
  • En option: ajouter de la Vitamine E pour une meilleure conservation, compter 4 gouttes pour 100ml.

Comment l'utiliser ? En massage doux sur l'hématome.

Pour en savoir plus : http://www.cueillettes-pro.org

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire