Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Piqure de tique

Qu'est-ce que les infections froides comme la maladie de Lyme, et comment les soigner ?

Maladie de Lyme et infections froides : fonctionnements et traitement

Les infections froides ont la capacité de persister de nombreuses années dans l’organisme et de déclencher des pathologies avec atteinte générale

Zohre Nemati/Pexels
Clothilde Palayer
Par Clothilde Palayer
le 26 mai 2021

Les infections froides s'installent dans le corps et s'y cachent jusqu'au jour où le système immunitaire ne parvienne plus à les contenir. A ce moment-là, différents symptômes apparaissent et provoquent des troubles, parfois difficiles à diagnostiquer et traiter. Clothilde Palayer, docteure en Pharmacie et micronutritionniste explique le fonctionnement des infections froides et les manières dont on peut les prévenir et les traiter.


Partenaire

Les MVT (maladies vectorielles à tiques) subissent depuis de nombreuses années les mêmes problèmes de désaccords politiques et médicaux que ceux que nous traversons avec la COVID 19. Véritable guerre froide aussi délétère au final pour le patient que ne l’est cette infection froide.

Infections froides ? Mais de quoi parle-t-on ?

Pour la plupart d’entre nous, quand nous parlons d’infections : une grippe, une angine, une gastro, etc.. nous parlons en fait d’infections aiguës. Ce sont des infections à expression clinique et biologique immédiate et d’un temps relatif à quelques jours ou quelques semaines tout au plus.

Les infections froides ont la capacité de persister de nombreuses années dans l’organisme et de déclencher des pathologies avec atteinte générale, qui deviennent chroniques car la cause infectieuse passe souvent inaperçue. Les formes dormantes des agents infectieux expliquent la chronicité de l’infection, mais aussi la moindre virulence, des réponses immunitaires non visibles avec notre biologie actuelle ou parce que le système immunitaire est déjà affaibli, la résistance aux traitements AB courts, et les rechutes tardives..

Ces infections froides encore appelées crypto-infections, peuvent être dues aussi bien à des bactéries, des virus, des champignons ou des parasites.

Un très bon exemple connu de tout le monde est le virus de l’herpès, présent chez certaines personnes, et qui s’exprime régulièrement par des boutons de fièvre lors d’une faiblesse immunitaire du sujet. Et bien c’est cela une infection froide.

Il faut savoir que certaines infections froides touchent des organes comme le foie, le cerveau, les organes génitaux, etc... Et la possibilité infectieuse pour certaines pathologies métaboliques, cardiaques, dégénératives ou encore neurologiques est aujourd’hui totalement occultée.

>> A lire aussi : Maladie de lyme et traitement naturel : les plantes pour guérir

Les patients d’une MVT chronique soulèvent un vrai problème éthique dans notre pays

Des adolescents, des adultes n’ont pas eu d’autres choix de libération que le suicide pour sortir de l’enfer de la maladie, abandonnés par la médecine. C’est totalement inhumain et révoltant. La principale solution de notre médecine, totalement désemparée face à cette maladie ne répondant pas aux critères biologiques classiques est de conclure inlassablement à une origine psychiatrique, que le malade est imaginaire et cause lui-même ses symptômes ! Tous sont obligés de se débrouiller seuls, de devenir patients experts, d’aller se soigner en Espagne, en Suisse et en Belgique car la France n’avance pas et accuse bien souvent ses trop rares médecins qui s’intéressent aux crypto-infections.

L’émergence de ces pathologies, quelles qu’en soient les raisons, nous demandent à tous une responsabilisation vis à vis de notre corps, notre santé, notre immunité, et évidemment de notre environnement.

Notre corps, un habitat partagé

Soit on se laisse entraîner par la terreur infectieuse, soit on comprend en fait que c’est l’état réel de notre organisme depuis toujours et que l’on est juste en train de comprendre que notre corps est un immense habitat partagé. Nous sommes remplis de micro-organismes, sans parler de notre flore intestinale, de notre flore gastrique, buccale, urinaire, vaginale, buccale, gastrique, cutanée, etc.. Bienvenu dans le nouveau monde : celui de votre écosystème ! Nous ne sommes pas tout seul dans notre corps et il s'agit d'un ensemble de micro-organismes, certains protecteurs, d’autres pathogènes en fonction de leur charges respectives.

Quelle solution ?

Et là tout s’éclaire... A l’image de notre planète et de l’écosystème environnemental, l’on commence à comprendre que notre écosystème intérieur est à préserver et à équilibrer pour permettre une réponse immunitaire optimale. La solution est dans une geste de permaculture. Respect de la biodiversité et maintient d’un terrain favorable à celui-ci ! Loin de moi l’idée de dire que cela est suffisant quand la pathologie s’emballe et est très virulente. Attention, quand l’infection est en expression aiguë, on sort l’artillerie lourde mais le reste du temps, on travaille son terrain ! L’un ne va pas sans l’autre. La troisième voie est donc celle d’une médecine intégrative qui allie la puissance de la médecine moderne avec l’usage de certains anti-infectieux. Mais cela doit être soutenu dans le quotidien par les thérapeutiques dites « naturelles » pour maintenir un terrain optimal et un niveau vibratoire suffisant.

Prendre soin de son corps

1. L'hygiène de vie

Alors on doit prendre soin de son corps, oui.. Sans tomber dans la psychose mais nous avons complètement délaissé les bases d’une bonne hygiène vitale depuis 2-3 générations. Nous avons oublié comment prendre soin de nous : une alimentation qualitative, dormir, avoir des moments de pause dans la journée pour ne pas basculer en stress chronique du fait de journées infernales du lever au coucher, se recueillir (la méditation, prière ou tout moment de repli intérieur permettant à la fois une régulation physiologique et énergétique), rire, avoir une activité physique quotidienne et relative (on évite les opposés : sédentarité ou excès de sport), marcher dans la nature, se déparasiter régulièrement dans l’année, avoir des temps de diète, ne pas trop manger le soir...

2. Les alertes du corps

C’est une base et après nous avons de nombreux outils en thérapeutiques naturelles pour accompagner plus spécifiquement le corps qui commence à perdre son équilibre...Les dérèglements alimentaires comme des besoins de sucre accru, un brouillard mental, des douleurs digestives, des selles non régulées, une frilosité excessive, des problèmes de sommeil, une fatigue accrue, une baisse d’humeur.. sont des alertes à entendre et soigner. Et la nature nous a donné plein plein plein de moyens pour nous aider.

3. La nature peut nous aider

Aujourd’hui nous avons les huiles essentielles, les bourgeons de plantes, la phytothérapie, les oligo-éléments, les élixirs floraux, les micro-nutriments, les champignons médicinaux, certaines algues, etc.. Mais aussi cultiver l’instant présent pour sortir des égrégores de peur. Consulter en thérapeutiques énergétiques comme la médecine traditionnelle chinoise, acupuncture, shiatsu, réflexologie afin de réguler les méridiens.

Notre experte :

Clothilde Palayer

Clothilde Palayer est docteure en Pharmacie et micronutritionniste. Elle est la fondatrice de L’Aromathèque, groupement d’herboristeries contemporaines. Leur site Internet : laromatheque.fr

Ils proposent un espace conseil sur rendez-vous pour des bilans micronutritionnels et naturopathiques, ainsi qu'un formations, destiné aux particuliers pour acquérir les bases fondamentales et sécures des piliers de la santé.

Vous pouvez suivre de nombreuses conférences en ligne, vidéo santé et reportages producteurs sur leur chaîne Youtube. Pour plus de détails sur les activités : laromatheque.fr

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire