Partenaire
Inspirer, Faire du bien

My Positive Impact

Le Comité Ethique vote pour My Positive Impact !

Claire Sejournet
Claire Sejournet
le 14 avril 2015
Le Comité Ethique de FemininBio s'est mobilisé pour My Positive Impact. Découvrez les 5 coups de coeur !
Partenaire

Bérengère Arnal : "Je vote pour Algopack ! J’ai visité le Pays Dogon, au Mali. Le sol était jonché de sacs en plastique, partout, partout. En Algérie, en Runisie, au Maroc, et sûrement dans plein d’autres pays dans le monde, ils tapissent non seulement le sol mais décorent aussi les arbres, les buissons... C’est sinistre ! Algopack me semble être une belle alternative."

 

Sylvie Hampikian"Mon coup de cœur est “Le bœuf d’herbe”. Pourtant je suis quasi-végétarienne et ne mange jamais de bœuf ! Mais mes ancêtres maternels ont tous vécu sur l’Aubrac, où ils étaient paysans. L’Aubrac est une terre de transhumance, à la belle saison, on voit paitre des milliers de bêtes à cornes. Entre respect de la nature, maintien de traditions ancestrales, et sérénité du lieu, on est à l’opposé de l’agriculture productiviste et déshumanisée. Tout le monde ne peut pas être végétarien, mais quitte à manger de la viande, autant privilégier l'agriculture paysanne, garante de la survie économique de nos belles régions."

 

Anne Ghesquière "Je vote pour Pur-etc car je crois à de l'alimentation de type "rapide" mais bio, locale et à tendance végétarienne. Cela redonne le pouvoir au citoyen qui devient consomm'acteur. Cerise sur le gâteau ? Ils se sont installés tout prêt des bureaux de FemininBio à Puteaux ;-) Un signe ?"

 

Laurence Salomon : "Mon initiative préférée est "Gueules cassées" car la lutte contre le gâchis alimentaire doit commencer dès la production. Il faut aussi familiariser la société au visuel des fruits et légumes moins parfaits."

 

Jérôme Henry : "Je crois toujours autant à l’économie humaine qui relie écologie, économie, éducation, lien, local et emplois. C'est pourquoi je vote pour les microfermes d’avenir, même si 1,4 hectare c’est beaucoup ! Je travaille pour faire qu’on puisse déjà devenir micro-fermiers avec seulement 2 000 m²."

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire