Druidisme

Trouvez votre arbre-gardien avec une druidesse

Publié le 12 mars 2019
Phytologue-herboriste celte, Marilyn transmet la connaissance des herbes sauvages comestibles et médicinales, conte, initie et enchante la vie par la poésie du monde magique végétal. Elle propose des ateliers d'herboristerie, de cuisine sauvage et de teintures végétales.
"Les sept arbres sacrés des druides sont le Bouleau, l'Aulne, le Saule, le Chêne, le Houx, le Noisetier et le Pommier. On dit que lorsqu'ils étaient réunis en forme de cercle, l'ensemble constituait le 'bosquet druidique'"
"Les sept arbres sacrés des druides sont le Bouleau, l'Aulne, le Saule, le Chêne, le Houx, le Noisetier et le Pommier. On dit que lorsqu'ils étaient réunis en forme de cercle, l'ensemble constituait le 'bosquet druidique'"
© © Jeremy Bishop/Unsplash

Le druide et la druidesse, porteurs de la sagesse ancestrale celtique, sont initiés au cœur de la forêt et sont intimement liés à la nature. Ils sont les médiateurs entre les mondes des esprits et celui des humains, et participent à l'équilibre du monde.

Cet article a été publié dans le magazine FemininBio #21 février-mars 2019
>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

La mythologie celtique présente la particularité de n’avoir qu’un unique principe divin féminin et différentes déités en sont les émanations. Ainsi, déesses, fées, sorcières, prêtresses, druidesses, bansidh (femme du Sidh et messagère des dieux) peuplent le panthéon celtique. Elles règnent sur les arts, la guerre, la magie, la médecine. Dana, la déesse-mère celtique de la terre, est la mère de l’ancien peuple elfique, les Tuatha Dé Danann, des héros et des magiciens.

Les druides connaissent la grandeur de la terre et du monde, le mouvement des astres, toutes les volontés des dieux. Ils pratiquent des soins, célèbrent les huit fêtes calendaires, officient les rites de passage, lisent les présages et prennent des décisions politiques. Ils transmettent les traditions ancestrales par les contes, chants, hymnes et poèmes (les bardes) ou, “interprètes de la nature”, ils travaillent avec la médecine des plantes (les vates).

Les femmes et la voie de la magie druidique

Au-delà des récits folkloriques et de l'imaginaire celte, il existe aujourd'hui des pratiques rituelles et magiques qui nous emmènent dans une autre réalité, celle du monde invisible, celle des magiciennes et des initiées celtes.
La femme-druide est reliée dans les racines de son utérus à sa terre sacrée, sa force archaïque, sauvage. Les femmes ont retrouvé leur inspiration, en allant à la rencontre de la Lune, en quête de leur pouvoir de guérison, leur cycle cosmique, leur danse, leur chemin éveillé.

>> A lire sur FemininBio : Rituels de femmes, pour une renaissance

La voie druidique est une voie d’harmonie avec la nature, consciente de l'impermanence des choses, qui toujours se transforment, au rythme des saisons, des lunes blanches, des lunes noires et des marées.
Dans les mythes celtes, les femmes druides sont les initiatrices des hommes-héros. "La religion et la culture celtiques sont les seules à avoir su parfaitement harmoniser les rapports entre femmes et hommes et à avoir su conférer aux femmes leur place légitime", exprime Fabien Regnier.

Magie végétale et médecine magique

Le règne végétal, ou le “peuple des végétaux”, joue un rôle capital pour les druides et les druidesses, car, selon leur tradition, les herbes, les arbres, les mousses, les lichens, sont tous porteurs de nos mémoires de guérison. Les plantes sont telles nos grands-mères et nos grands-pères.

L'arbre, dans la tradition celte, représente le père et la mère qui ont enfanté tous les animaux et les humains. Les plantes transforment la lumière du soleil en principe de vie et nous transmettent leur infinie sagesse. Elles sont toutes des plantes de guérison, même si beaucoup d'entre elles ne nous ont pas révélé leur secret. Par leurs parfums, leurs couleurs et leurs vibrations, elles s’adressent à nos sens et viennent toucher notre âme.

>> A lire sur FemininBio : Brocéliande : l'eau et le féminin au coeur des contes et légendes

Les femmes avaient la connaissance des plantes sauvages, car en tant que gardiennes du feu, elles préparaient des repas et des remèdes à partir des végétaux sauvages cueillis tout autour. La femme-druide maîtrise l’art de la phytothérapie et entre en communication avec les végétaux dans les mondes invisibles. Ainsi, la médecine de la plante adaptée à la personne qu'elle guide se révélera en rêve ou en voyage dans l’Autre Monde et rapportera la formule de guérison.

Les arbres sacrés des druides

En chamanisme, terme largement utilisé au XXe siècle pour décrire les pratiques spirituelles de nos Ancêtres, chacun part en quête de son animal-totem, devenant son allié. Nous pouvons aussi partir à la rencontre de notre arbre de pouvoir, qui deviendra notre protecteur lors de nos voyages dans les mondes invisibles et qui nous nourrira de sa qualité et de sa médecine.

Chaque arbre est mis en relation avec l'un des treize mois lunaires (12+1) qui lui ressemble symboliquement. On obtient ainsi les treize végétaux suivants : le Bouleau, le Sorbier, le Frêne, l'Aulne, le Saule, l'Aubépine, le Chêne, le Houx, le Noisetier, le Prunier, le Lierre, l'If et le Sureau.

>> A lire sur FemininBio : Sylvothérapie : un câlin aux arbres pour votre bien-être

Ainsi, le Chêne, Druir, la reine des plantes celtiques, support du Gui divin, transmet toute sa force et sa beauté lumineuse à celui qui est sous son influence. Arbre protecteur et magique à l’origine du mot "druide".

Le Frêne, arbre cosmique ; suspendu à ses branches, le dieu Odin acquiert la connaissance des runes. Il est une chance pour celui qui reçoit sa médecine, car il éveille notre capacité à accéder aux songes, aux rêves et à la poésie. Les bardes se réfèrent à cette essence. Le dieu Gwydion est associé au frêne.

Le Houx est associé au dieu Cuchulaïnn et insuffle le don de l'héroïsme et nourrit celui qui le reçoit de la puissance divine. Fixé aux poignées de porte, il agit en tant que défenseur magique et barre l'entrée aux personnes ou aux situations néfastes.

Le bosquet druidique

Les sept arbres sacrés des druides sont le Bouleau, l’Aulne, le Saule, le Chêne, le Houx, le Noisetier et le Pommier. On dit que lorsqu’ils étaient réunis en forme de cercle, l’ensemble constituait le "bosquet druidique", lieu sacré, magique et initiatique, un endroit puissant, situé près d’une source, où toutes les connaissances cachées des arbres devenaient claires et accessibles. De nos jours, ils servent toujours d’abri aux esprits de la nature... À nous de les protéger et de les redécouvrir.

 

Infos utiles
Marilyn Brentegani est également praticienne chamanique, membre et responsable de la communication (réseaux sociaux) du Cercle de Sagesse de l’Union des Traditions Ancestrales et du Festival International du Chamanisme, des Spiritualités & des Traditions Ancestrales.
  • Contact de Marilyn Brentegani :  06 69 15 49 78 ou herbecelte@hotmail.com 
  • Retrouvez ses ateliers d'herboristerie, de cuisine-herboriste, d'art botanique, de création de parfum-herboriste et de teinture & empreinte végétale sur : herbaluna.org
  • Ou sur sa page Facebook : Herbaluna

 

 

 

Articles du thème Spiritualité
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte