Lâcher-prise

Ne pas se prendre au sérieux pour libérer son énergie créatrice

Publié le 2 mars 2019 - Mis à jour le 4 mars 2019
Coach professionnelle de vie et blogueuse en développement personnel sur www.en-1-mot.com, Barbara Reibel a fondé le site de psychologie positive www.thehappiness-factory.com. Elle est l’auteure de The Happiness Factory – 1 mois de défis pour réenchanter ma vie (éd. Hugo, 2018).
Rire de soi, accepter ses défauts, c'est aussi savoir ne pas se dévaloriser.
Rire de soi, accepter ses défauts, c'est aussi savoir ne pas se dévaloriser.
© Jessica Felicio / Unsplash

Arrêter de se prendre au sérieux pour être épanouie et oser être soi-même, cela parait si agréable et à la fois si difficile. Faire preuve d'authenticité, ça s'apprend. Rire de soi n'a jamais été aussi simple. On essaye ?

Madame-Je-Sais-Tout et Monsieur-Moi-Je ont généralement une (très) haute opinion d’eux-mêmes. Sans aller jusqu’à la caricature des Monsieur-Madame, nous jouons toutes et tous un rôle, à un moment ou à un autre de notre vie. Et si on faisait tomber les masques ?

« Le paraître, c'est l'Être qui part ! »

Et honnêtement, n’avons-nous jamais été tenté de nous prendre au sérieux ? De nous croire au-dessus des autres ? De « nous la jouer » ? Ces comportements sont des mécanismes de défense, mis en place dès l’enfance, qui cachent bien souvent un manque de confiance en soi.

>> A lire sur FemininBio Psychologie positive corporelle : 5 étapes pour lâcher-prise

Mais une fois adulte, il nous appartient d’interroger nos masques car ils nous enferment dans un rôle qui ne nous convient plus. En progressant sur le chemin de la connaissance et de l’acceptation de soi, il devient possible de s’en affranchir, de quitter le paraître pour entrer dans l’être.

Être sérieux sans se prendre au sérieux

Il s’agit donc d’être sérieux sans se prendre au sérieux, de faire preuve d’authenticité avec un petit grain de folie, d’être soi dans le respect des autres. Tout un programme ! Voici trois pistes pour passer à l’acte :

Piste #1 : L’autodérision pour une vie légère et joyeuse

Rire de soi est probablement l’une des thérapies les plus puissantes pour faire tomber le masque. Pour reprendre les propos de Sabine Michelin Pigeon, qui anime des stages de clown depus plus de 20 ans : « le rire instaure une distance salutaire entre soi et ce que l’on vit. ». Quelle force de pouvoir s’amuser et rire de l’un de nos défauts !

C’est aussi une porte ouverte à notre énergie créatrice. Contacter le rire, c’est être présent à notre humanité, sans détours et sans faux-fuyants. Et c’est tellement réjouissant ! C’est cette joie et cette légèreté qui nous nourrissent lorsque nous osons l’autodérision.

Piste #2 : L’humilité, c’est libérateur

L'humilité n'est pas une qualité innée. Il faut en effet avoir vécu pour reconnaître ses limites et ses fragilités. Il faut du temps aussi pour ne pas se dévaloriser, pour savoir prendre sa place, rien que sa place, toute sa place. Or cette posture est plus que jamais nécessaire dans une société qui nous pousse à la compétition et à l’hyper narcissisme.

>> A lire sur FemininBio Les couleurs qui aident à lâcher-prise

Dans son best-seller L’Art subtil de s’en foutre, le blogueur Mark Manson explique que l’on a tous tendance à se considérer comme des génies méconnus. Si on renonce à cette idée, soudain, des portes s'ouvrent. « On a moins peur de l'échec, car, dans notre système de valeurs, il n'y a plus d'un côté les stars, de l'autre les ratés. On se lance dans une nouvelle activité sans être bloqué par la sévérité de son propre jugement ou ses attentes irréalistes. Cela s'appelle l'humilité. Ce n'est pas sexy. Mais c'est très libérateur. »

Piste #3 : La simplicité volontaire pour plus d’intégrité

Un égo surdimensionné est souvent nourri aux signes extérieurs de richesse. Les acquisitions de toutes sortes sont destinées à remplir le vide intérieur. Or cette fuite en avant ne règle rien, bien au contraire : elle attise l’anxiété et la peur du manque.
Il est souhaitable alors de remettre de la simplicité dans nos vies quotidiennes : ai-je réellement besoin de tel objet ? Cet achat va-t-il m’aider à me sentir mieux ? Au-delà de son aspect anti-consumériste qui fait du bien à la panète, cette pratique a pour effet de simplifier également le processus de pensée. Ce questionnement sur nos actes nous ramène en effet inévitablement à notre intériorité. Il nous pousse à plus d’intégrité, à un alignement sur nos valeurs profondes.

>> A lire sur FemininBio Mon égo et moi, orgueil ou fierté ?

Ne pas se prendre au sérieux, faire le choix d’être authentique, c’est oser dire notre vérité. C’est s’affirmer, avec ses failles et ses vulnérabilités, du mieux que nous le pouvons. C’est suivre l’élan de notre âme, sans savoir par quel chemin on va passer. C’est être au plus près de notre justesse. Et ça fait un bien fou !

« Être soi, c’est le grain et le bonheur la paille. En cultivant le premier, on obtiendra aussi le second, quoi qu’il arrive. » Moussa Nabati

Barbara Reibel est coach professionnelle de vie, blogueuse et auteure de The Happiness Factory – 1 mois de défis pour réenchanter ma vie (éd. Hugo, 2018)

Retrouvez-la sur son site The Happiness Factory

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !