Street-art

Artiste engagée, Mona Caron colore les villes du monde avec ses fresques

Publié le 7 mars 2019 - Mis à jour le 8 mars 2019
Rédactrice chez FemininBio. Amoureuse des mots, de photo, et passionnée par les alternatives éco-citoyennes. Rêve d’un monde rempli d'amour et de houmous.
"ramener la nature en ville"
"ramener la nature en ville"
© BambooYang

Etat-Unis, Espagne, Brésil, Taïwan... Ses fresques subliment les villes du monde entier. Cette artiste suisse installée à San-Francisco ramène la nature en ville, pour le bonheur des yeux, mais pas seulement. Ses oeuvres grandioses servent avant tout à transmettre des messages.

Mona Caron peint d'immenses plantes et herbes sauvages sur les murs des immeubles à travers le monde. Ses fresques grandioses ont déjà fleuri dans des dizaines de villes, donnant de l'écho à des causes engagées. 

Une métaphore de la résilience et de l'espoir

A travers son projet "Weeds", elle peint des espèces sauvages dans les milieux urbains, là où le béton est omniprésent. De "mauvaises herbes" qui viennent recoloniser clandestinement ces lieux. L'artiste nous explique qu'elles sont une métaphore : "je veux montrer que même des êtres tout petits peuvent battre des choses apparaissant immuables, comme le béton". Pour Mona, ces portraits de plantes sont un hommage à cette résilience, cette douce force de la nature qui se défend, à travers tout être-vivant, plante ou humain. 

Mona Caron est une art-iviste : ses oeuvres sont liées à des causes 

Comme par exemple celle des Mujeres Custodias ("Femmes gardiennes de notre habitat en danger") qui donne de l'écho à la protection des semences libres. Elle s'engage également pour des causes sociales et collabore avec les populations autochtones des pays où elle peint. Plusieurs de ses oeuvres sont des co-réalisations avec d'autres artistes inspirants et engagés. 

Mettre l'importance du rôle des femmes en avant dans la lutte pour préserver le vivant

C'est justement l'enjeu de cette dernière fresque murale peinte sur un immense bâtiment au coeur du centre-ville de Quito, capitale de l'Equateur. L'oeuvre, co-réalisée avec son ami activiste Raùl Ayala, représente les biens communs protégés protégés par les femmes indigènes qui se battent au quotidien pour défendre leur territoire contre les projets d'énergies fossiles et les lois alimentaires qui détruisent leur biodiversité et leur culture ancestrale.

 

Plus d'infos sur l'artiste
Le site web de Mona Caron
La page Facebook de Mona Caron
Le compte instagram de Mona Caron
Le compte Instagram de Raùl Ayala

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

 

 

Articles du thème Green people
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte