Zéro déchet

Les éco-sentinelles à Tahiti : "Il est temps de changer !"

Publié le 23 juin 2019
Ariane et Thomas ont décidé de faire un tour du monde à la recherche d'alternatives à la société de consommation. Ils racontent leurs découvertes sur leur site internet : www.alterculteurs.net
« Il y a des solutions et que tout n'est pas déprimant »
« Il y a des solutions et que tout n'est pas déprimant »
© Les alterculteurs

Nous rencontrons Laureline chez elle dans les hauteurs de Tahiti. Laureline est une éco-sentinelle, un réseau de bénévoles dont le rôle est de veiller à la protection de l'environnement et de mettre en œuvre des projets environnementaux dans les îles.

C'est la fédération des associations de protection de l'environnement de la Polynésie Française qui a créé ce réseau avec la conviction que les membres de la société civile sont des acteurs indispensables pour la protection de l'environnement.

Laureline a grandi dans les îles. Après avoir suivi des études de philosophie en métropole et vécu à la Réunion, elle retourne sur l'île de son enfance. Son amour pour l'île et pour son jeune enfant sont le déclic pour questionner le mode de consommation standard. Le film Demain confirme avec enthousiasme qu' « il y a des solutions et que tout n'est pas déprimant ». Il est temps de changer !
Mais que faire ?

Surconsommaton VS. Zéro déchet

« On est dans un système, c'est rapide, il faut que les choses soient quand même faisables sans trop de difficultés. » Laureline découvre alors que le plus simple, c'est bien de commencer par soi, par son quotidien. « On peut déjà commencer simplement. On peut commencer par manger moins de viande. Faire le moins de déchets possible en évitant par exemple les petits objets inutiles comme les pailles. On peut même pousser, et c'est très facile, d'avoir son propre lombricomposteur à la maison ou en appartement. Tout ça sont des gestes tellement faciles à adopter, qu'on peut déjà commencer par là en un claquement de doigts. »
Claquons des doigts et commençons par là ! Et après ?

« Après on peut aussi faire ses produits soi-même. » et tendre vers une approche zéro déchet. Une problématique d'autant plus cruciale sur un territoire aussi circonscrit ! De là, est né, en 2017, le projet de Laureline, « Mon Fare Durable ». Fare veut dire « maison » en tahitien. Car Laureline ne se contente pas de se changer elle-même, elle veut prendre soin de son île, de ses habitants et des petits citoyens du futur, pour l'environnement mais également pour la santé de chacun.

En effet, chaque année, les foyers dépensent des sommes faramineuses « pour des produits ménagers, d'entretien, des produits cosmétiques et d'hygiène, ou simplement de la nourriture industrielle (qui constitue 80% de notre alimentation aujourd'hui). […] Or tous ces produits industriels qui coûtent très cher sont en fait bourrés de produits toxiques, qui se cumulent dans notre organisme et peuvent être très nocifs quand ils sont combinés. [...]. Au-delà de ces problèmes sanitaires, ils apportent de vrais problèmes écologiques, car ces produits toxiques se déversent dans nos sols, dans les eaux usées et contaminent également la terre et nos lagons. Tout cela sans compter les innombrables déchets qu’ils créent, et la pollution supplémentaire fabriquée par leur fabrication dans les usines, celle de leurs contenants puis les multiples transports jusque dans nos maisons. »

Seul, on avance plus vite, ensemble, on avance plus loin

Laureline part donc à la rencontre de familles vivant en zone prioritaire afin de leur faire découvrir le zéro déchet à l'aide d'un kit tout prêt avec les produits de base. Du vinaigre blanc, du bicarbonate de soude, des cristaux de soude, du savon noir, de l'huile de coco et une huile essentielle au choix. Avec quelques ustensiles de cuisine, Laureline leur apprend à faire la majorité des produits du quotidien et en profite pour fournir un livret qui résume toutes ces recettes ainsi que d'autres conseils pour vivre une vie plus saine pour soi, l'environnement et le porte-monnaie !

Le projet fonctionne tellement bien, qu'après avoir formé une quarantaine de familles et réalisé des cafés de suivi avec elles, Laureline organise des portes ouvertes avec des ateliers pour former encore plus de gens. Depuis au moins deux épiceries en vrac ont vu le jour sur Tahiti. Le zéro déchet a le vent en poupe en Polynésie !

En métropole, on ne compte plus les initiatives de ce genre, les Nouveaux terriens par exemple. Moi même, avant notre départ, je me suis équipée de serviettes hygiéniques lavables et d'une coupe menstruelle, non seulement pour l'aspect zéro déchet mais également pour le côté pratique car je n'ai plus à me soucier d'acheter quoi que ce soit pendant toute la durée de notre voyage !

--> Pour voir notre vidéo avec Laureline sur les couches réutilisables et la cup : direction la chaine youtube les alterculteurs

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Déchets & pollution
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte