Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Méditation

Extrait "Un ballet de Lilas", une histoire méditative pour trouver le sommeil

Trouver un sommeil de qualité demande une déconnexion du corps, mais aussi du cerveau. Bien dormir, c'est également délaisser toutes les angoisses, les questions pendantes et les inquiétudes qui peuvent nous suivre au fil de la journée. Ce premier extrait d'"Histoires du soir pour les adultes qui ont peur du noir", le livre d'Anne-Charlotte Sangam, vous invite à réfléchir et à trouver votre propre pratique méditative.
Partenaire

Cet extrait est tiré du livre Histoires du soir pour les adultes qui ont peur du noir, paru aux éditions Leduc. Découvrez aussi les extraits "La tisserande" et "Les vagues de Matteo", à lire sur FemininBio. 

Au moment de vous abandonner aux bras de Morphée, laissez-vous aider à trouver des réponses, du réconfort et de l'apaisement grâce à ces histoires éprises de méthodes et rituels venus du yoga et de la méditation.

UN BALLET DE LILAS ou dessiner, c’est méditer

Il y a quelques années, au cœur du mois de juillet, je passai un weekend à la campagne dans une belle maison remplie d’amis. Le tableau était idyllique. Pourtant, je n’arrivais pas à en profiter. Je me sentais à contre-courant, en décalage. Mon esprit était soucieux. Je venais de subir une opération, j’étais très fatiguée physiquement et psychiquement, je souffrais de douleurs et ne pouvais me baigner. Les joies de la piscine – activité principale de ces beaux jours – m’étaient interdites. Alors que tous s’exclamaient, riaient, s’aspergeaient, je me sentais triste.

Au milieu de l’après-midi, je décidai de m’isoler. L’autre côté de la maison, plus ombragé mais plus bucolique, avait plus de charme à mes yeux. Je m’allongeai dans un transat et entrepris de regarder la nature autour. Les arbres étaient immenses, somptueux, élancés vers le ciel. Leur force, leur calme, leur beauté, peu à peu, m’apaisèrent.

Tout près de moi, un lilas fuchsia et vaporeux attira particulièrement mon attention. J’avais apporté avec moi, dans mon grand cabas d’été en toile à matelas, mon carnet. Je saisis un feutre et des pastels et entrepris de croquer cette branche de lilas. En quelques minutes, le sourire me revint, j’étais heureuse de tout simplement observer cette fleur. De la regarder vraiment, intensément, en ne me préoccupant que d’elle. Puis de la voir renaître, différemment, dans le grain du papier. En quelques minutes, mes idées noires avaient été balayées.

Quelques années plus tard, je revois encore le lent ballet des nuages dans le ciel. Et je me souviens toujours de ce lilas. D’ailleurs, une de ses branches, délicate et parfumée, repose toujours dans mon carnet de croquis.

Je vous parle du dessin. Mais pour certains, le jardinage ou le tissage tiendront lieu de méditation ; pour d’autres, ce sera de jouer d’un instrument ou de cuisiner. La mère d’une amie me racontait que parfois, en rentrant du travail, elle se mettait à préparer le dîner avant même d’avoir retiré son manteau. En éminçant les oignons, coupant les carottes, faisant revenir les épices, elle se détachait de sa journée professionnelle, se délassait, entrait dans un rythme plus calme, plus apaisé.

À vous de trouver votre pratique. Celle qui vous videra la tête, vous mettra dans un état de flow. Et si vous demandiez à la nuit de vous porter conseil et de vous montrer, pendant le sommeil, l’activité qui vous apporterait bien-être et apaisement ?

Extraits du livre Histoires du soir pour les adultes qui ont peur du noir, écrit par Anne-Charlotte Sangam et paru aux Editions Leduc.

 

 

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire