Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Le point sur les fleurs bio (et équitables ?)


le 13 mai 2008
Fête du muguet, fête des mères, saison des mariages : la période est propice pour offrir des fleurs. Voici néanmoins quelques questions à se poser avant de jeter son dévolu sur un joli bouquet.

Partenaire

fleurs bio

Les fleurs, une empreinte écologique catastrophique

Saviez-vous que la plupart des fleurs que nous trouvons aujourd’hui en France et en Europe proviennent de contrées lointaines, tels que l'Afrique subsaharienne, l'Amérique du Sud et l'Asie du Sud-Est ? Des avions entiers décollent de ces pays pour atterrir aux Pays-Bas, à partir desquels les fleurs sont ensuite redistribuées vers toute l’Europe. Autant dire que l’empreinte écologique de ces bouquets n’est pas jolie jolie à voir. L’on estime que 85% des fleurs importées utilisent ces modes de transport. Acheter un bouquet de 25 roses revient donc à faire 20 km tout seul en voiture : super !

Qui plus est, ces fleurs sont souvent produites dans des conditions déplorables, tant pour la nature que pour les travailleurs : utilisation de pesticides et d’engrais synthétiques, salaires indécents et surexposition des travailleurs à des substances toxiques.

Vous pensez donc qu’il vaut mieux prendre des fleurs produites en France, ou moindre mal en Europe ? Erreur ! Si votre bouquet est composé de fleurs cultivées sous serre chauffée, son empreinte écologique sera peu ou prou la même que si vous achetiez un bouquet du bout-du-monde, car la culture en serre consomme beaucoup d’énergie.

Alors, un bouquet bio : mission impossible ?

Quelques conseils

Non, pas mission impossible. Certes, trouver des fleurs qui respectent nos critères de sélection écolo, voire bio, tient souvent du parcours du combattant. Mais avec un peu de bonne volonté…

Commandement n°1 : n’acheter que des fleurs de saison cultivées localement. Si possible aussi, des fleurs cultivées en plein air et qui durent longtemps. Par exemple : l’hyacinthe, le lys, l’amaryllis, l’anthurium ou le chrysanthème. Sachez qu’à contrario, les iris, narcisses et tulipes ont beau être belles à voir, elles flétrissent très vite. A déconseiller donc.

Commandement n°2 : se ruer sur les fleurs bio, garanties sans biocides ni engrais synthétiques ni OGM. Elles ne sont pas encore faciles à trouver. Aux Etats-Unis, un site s'en est fait le spécialiste : le site Organic Flower. En France, les magasins Botanic s'inscrivent dans une vraie démarche de développement durable et sauront répondre aux attentes.

Commandement n°3 : trouver des solutions alternatives à la fleur coupée traditionnel. Par exemple, pourquoi ne pas acheter moins de fleurs en même temps, ou alors considérer l’achat d’un autre type de cadeau, plus durable ? Si vous tenez à offrir des fleurs, pourquoi ne pas envisager de faire pousser ses propres fleurs ?
 
Autre solution : choisir le moindre mal et offrir des fleurs labellisées Max Havelaar. Elles sont distribuées dans les jardineries Truffaut, mais également sur les sites de Bebloom et un Eté à la campagne.
 
Les labels : kézako ?
 
Côté label, rien de nouveau sous le soleil : le label AB pour Agriculture Biologique s'applique également aux fleurs bio. Max Havelaar de son côté a lancé sa filière de fleurs équitables, qui garantit de moindres dégâts pour la nature et de meilleures conditions de vie côté producteurs.
 
Nos amis belges eux ont lancé le Flower Program Label, véritable projet en faveurs d'un label bio pour les fleurs.
Neila Latrous
Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire