Ecole

Comment bien démarrer l'année scolaire avec votre enfant

Publié le 12 septembre 2018
Passionnée par l’innovation en éducation, Magali Bouidène-Briand s’inspire de ses expériences en France et à l’étranger pour accompagner parents et enseignants et imaginer ensemble une école plus épanouissante.
Démarrer l'année scolaire sans inquiétude
Démarrer l'année scolaire sans inquiétude
© Sean Kong/ unsplash.com

Aider son enfant à bien démarrer l’année scolaire n’est pas toujours facile, surtout s’il a rencontré des difficultés l’an passé. Adoptez les attitudes qui vont lui redonner le plaisir d’apprendre, en suivant les conseils de Magali Bouidène-Briand.

 

Quand son enfant rencontre une difficulté à l’école, notre attente légitime en tant que parents, c’est qu’une solution soit trouvée. L’objectif, c’est que ces difficultés ne soient que passagères et que son enfant puisse poursuivre ses apprentissages normalement.

Créez un climat de confiance avec l’enseignant

De bonnes relations entre vous et l’enseignant de votre enfant sont une des clés de sa réussite et de son épanouissement à l’école. L’Éducation nationale le souligne régulièrement dans ses textes officiels… et c’est ainsi que chaque semaine, 1 million d’entretiens parents-professeurs ont lieu dans les établissements scolaires, de l’école maternelle au lycée. C’est énorme !

Pourtant au quotidien, les parents se sentent souvent frustrés et découragés, face aux difficultés du dialogue avec les enseignants. Comment nouer des relations parents-profs constructives ?

A lire sur FemininBio: Une rentrée réussie pour nos enfants

L'attente des parents peut inquiéter les enseignants, qui se disent « J’ai 30 élèves dans ma classe, je n’ai pas le temps, je n’ai pas les moyens » ou encore « Ça n’est pas juste par rapport aux autres d’apporter une aide supplémentaire à un élève ».

A lire FemininBio: Le prince George va à l'école Montessori

Deux astuces pour gérer l’enseignant

Alors pour nouer une relation de confiance avec l’enseignant, commencez par parler de ce qui va bien ! Vous montrez ainsi que vous reconnaissez tout ce qui a déjà été fait. Par exemple, pensez à dire « grâce à vous, Louise a enfin compris comment accorder les participes passés » ou encore : « Hugo a adoré la sortie au Muséum d’histoire naturelle, en rentrant il voulait tout savoir sur les éléphants ».
Et si vraiment, vous avez du mal à trouver du positif –notamment si l’enseignant a des méthodes un peu rigides par rapport à la parentalité bienveillante que vous pratiquez à la maison –commencez tout simplement par remercier l’enseignant du temps qu’il vous accorde aujourd’hui !

Dans un deuxième temps, pensez à reconnaître la part de difficulté que vos demandes peuvent représenter pour l’enseignant. La clé d’un dialogue réussi, c’est d’exprimer ses attentes pour son enfant, et en même temps d’être à l’écoute de ce qui est possible et pas possible pour l’enseignant. Il s’agit de rechercher ensemble des solutions, sans les imposer, ni d’un côté ni de l’autre. Des solutions qui soient dans l’intérêt de l’apprentissage, de la réussite et de l’épanouissement de l’enfant.

Une astuce pour aider son enfant à la maison et apaiser le climat familial

Quand ça coince avec le professeur, que pouvez-vous faire pour aider votre enfant à la maison ? Ayez le réflexe de ne pas vous focaliser sur les notes, qui plombent le climat familial. Elles sont comme une simple photo à un moment donné du niveau atteint par votre enfant.

Gardez bien en tête que les notes ne disent rien de son potentiel à apprendre et à réussir. Ayez confiance que votre enfant a la capacité d’apprendre, et passez-lui le message qu’il a les clefs pour développer ses possibilités.

À la maison, vous pouvez vous concentrer sur ce qui est difficile pour un enseignant qui a 30 élèves dans sa classe : encourager votre enfant à apprendre à son rythme. 

Par exemple, si votre fils entre en 4ème et qu’il a des difficultés en maths. Vous réalisez qu’il ne connaît pas bien ses tables de multiplication ? Aidez-le à reconnaître cette lacune et mettez l’accent là-dessus avec lui. C’est cela qu’il a besoin d’apprendre en ce moment pour pouvoir réellement progresser. L’enseignant, lui, ne peut pas ou ne veut pas passer de temps là-dessus. Parce que, pour lui, les tables de multiplication ont déjà été vues en CE2, et sa priorité cette année c’est le théorème de Pythagore.

Infos pratiques:

 

Pour suivre l'actualité de votre enfant sans pression, retrouvez également Magali-Bouidène-Briand sur le blog Parents du 21ème siècle.

 

 

 

 

Et pour réussir vos rendez-vous avec les enseignants cette année, découvrez le Manuel de Survie à l’usage des entretiens Parents-Profs écrit par 
Magali Bouidène-Briand. 

 

 

 

 

Articles du thème Mon enfant et moi
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !