Développement personnel

Comment "l'invisibilité" du chaman peut nous libérer du jugement et du regard d'autrui

Publié le 20 mars 2019
Marianne Grasselli Meier est une écothérapeute et musicothérapeute suisse. Après des études de musique et de chant à Genève, elle privilégie l’expérience créative, l’approche spontanée des tambours et de la voix. Son accompagnement est relié à l’écospiritualité amérindienne et dès 2000, elle crée des modules de développement personnel axés sur le Féminin Sacré.
Nous vivons dans le paradoxe de chercher le regard des autres et souffrons, pourtant, du jugement extérieur.
Nous vivons dans le paradoxe de chercher le regard des autres et souffrons, pourtant, du jugement extérieur.

Alors que nous cherchons constamment la reconnaissance extérieure, le regard d'autrui, se laisser guider par la sagesse chamanique peut nous aider à nous recentrer sur nous-même et à faire abstraction du jugement.

Ecrire sur l’invisibilité à l’heure du "tout visuel" parait d’emblée une forme d’anomalie. Pas de post sur les réseaux sociaux, sans y joindre une image. Les banques de données visuelles explosent de propositions. La pub a toujours existé par l’image plus que par le mot. Nous constatons parfois que nous mettons en scène notre vie, que nous accordons énormément de temps à partager cette vision de nous, de nos proches, plutôt que de vivre dans le présent. En résumé, la tendance actuelle serait d’exister par images interposées.

Etre vu, revient à se faire reconnaitre

Or, l’un des attributs des chamans, qu’ils soient nés dans la jungle, sur une réserve ou dans le chef-lieu de leur région, qu’ils soient autochtones ou issus des écoles de chamanismes occidentales, est l’invisibilité. Je parle ici d’une transparence énergétique qui lui laisse toute liberté d’agir à sa guise. Le chaman n’est pas facile à cerner. Vous pourrez vous questionner longtemps pour savoir de qui il s’agit ; il est multiple et insaisissable. Par contre, vous le reconnaitrez aux résultats de ses pratiques. Il n’a que faire de votre regard, de votre manière de le considérer. Il n’est ni fier ni modeste, ni lui ni un autre. C’est l’un des aspects fascinant de sa personnalité. Fascinant, alors que nous cherchons habituellement à nous faire reconnaitre dans le regard des autres, qui souffrons profondément du jugement de nos proches ou de parfaits étrangers sur le net.

Se questionner sur sa perception extérieure

La voie toltèque préconise d’identifier puis de se débarrasser de son importance personnelle, en se posant quelques questions : comment est-ce que je me définis face aux autres ? par mon âge, ma profession, mon célibat ou mon mariage, mes enfants, mon salaire, mes valeurs, ma colère, mon sentiment d’injustice, mon "niveau" de spiritualité ? Prenons l’exemple d’un tour de parole lors d’un atelier de développement personnel ; que dites-vous de vous spontanément ou que modifiez-vous après avoir entendu les autres parler ? Ayez conscience que vous figez la perception que les autres ont de vous. Vous les empêchez éventuellement de s’approcher de vous ou de vous permettre d’agir avec authenticité selon ce qui se présente. Le chaman n’est qu’un passeur.

>> A lire sur FemininBio Quelles sont les 12 périodes du calendrier chamanique ?

Pour prendre contact avec des animaux tutélaires, se rendre dans le passé ou l’avenir, se projeter dans votre psyché, ses énergies seraient bien trop grossières et malhabiles s’il ne les déconstruisait pas au préalable. Pour se frayer un passage entre les mondes, il faut se détacher de la forme. Profitez de ces informations, pour lâcher "ce qui vous semble si important". J’entends parfois dans mes accompagnements : "si je ne pouvais plus faire ceci ou cela, j’en mourrais". Or il n’est pas question de maladies incurables, mais de bénéficier de la pratique d’un art voir d’accéder à une connexion internet ! Nous cristallisons nos vies pour avoir l’impression d’exister. Nous sommes bien plus que cela, nous sommes plus grands que nous-mêmes. Nous sommes aussi bien moins que cela, une poussière d’humanité.

>> A lire sur FemininBio Chamanisme : Quel animal totem selon le mois ?

Depuis de nombreuses années, nous avons appris à nous dévoiler, à dire nos sentiments, à vivre nos relations en totale transparence. Nous avons banni les secrets, les non-dits. Cette obligation de transparence est nécessaire, elle évite des souffrances à répétitions, ne laisse plus des prédateurs dans l’impunité. Mais elle a aussi ses limites : lorsque votre compagnon ou votre compagne quitte le navire de votre relation, il emporte vos valeurs les plus précieuses et s’il se transforme en "ennemi" (toutes les séparations ne se passent pas dans l’harmonie la plus parfaite), il vous blessera justement par sa connaissance de ce qui vous est le plus intime. En évitant de se dévoiler, le chaman vit au-delà de ces mesquineries, il se met en marge de sa communauté et se faisant, garde sa liberté intérieure.

Garder un jardin secret, ne pas se donner en pâtures aux autres, est un respect que vous vous offrez

Le chaman a bien des astuces, il est aussi – parmi d’autres identités empruntables à souhait – un grand magicien, un illusionniste. Découvrir ses potentialités nous offre un parcours initiatique. Nous abordons la vie par le biais d’autres relations avec lesquelles nous avions perdu le contact ; la nature, les esprits et… nous-mêmes.

Marianne Grasselli Meier est écothérapeute et musicothérapeute. Elle forme des praticiens en Ecorituels® en Suisse, en France et en Belgique.

Son 3e livre vient de paraitre aux Editions Mesopratique, Exergues « Devenir chaman, même pas peur ! ». Retrouvez toute l'actualité de Marianne Grasselli Meier sur son site Esprit de femme.

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

 

Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte