Energies

Port du masque, distanciation sociale, confinement : quelles sont les conséquences sur notre système énergétique ?

Publié le 4 juin 2020
Thérapeute et énergéticien, Christophe Mexis a exploré pendant près de 19 ans les domaines du bien-être et de la thérapie. Aujourd’hui spécialisé dans l’énergie, il utilise le ressenti et différentes techniques pour localiser et lever les blocages du système énergétique. Son blog : les-portes-de-shambhalla.com
"Evoluer dans un monde restreint augmente les peurs, la sensation de limitation et de blocage"
"Evoluer dans un monde restreint augmente les peurs, la sensation de limitation et de blocage"
© Felipe Cespedes / pexels

Au-delà de l’épidémie elle-même, le confinement, le port du masque ou la distanciation sociale ont pu mener à des effets indésirables parfois durables sur nos énergies. Christophe Mexis vous aide à les identifier et vous donne toutes les clés en main pour atténuer leurs impacts dans votre vie quotidienne.

Outre les effets du confinement sur le plan psychologique, émotionnel et sur le corps, le confinement a aussi un impact sur notre système énergétique. Le principe de l’énergie est sa libre circulation, son expansion, et tout système vivant répond à ce besoin inné de croissance. Être confiné est donc opposé à ce principe. Le port du masque, la distanciation sociale, l’isolement, les règles de restriction, auront donc un impact sur notre équilibre.

Troubles d'identités

Le port du masque cache notre visage. Visage qui représente notre identité, qui crée le lien en montrant ce que nous sommes, par ses expressions non-verbales. Il permet les échanges d'informations subtiles et la socialisation. Relié au chakra de la gorge et à l’expression de soi, porter un masque sur notre visage nous coupe des émotions que nous pouvons capter de l’autre, de ses intentions, de son état psychologique, de l'écoute inconsciente. On ne voit plus "l’être humain" qui exprime quelque chose mais un possible "malade" qui peut nous contaminer.

Chez l’enfant, en plein apprentissage de son individualisation, il peut se créer une difficulté à reconnaître l’autre, comme à exprimer son identité. La relation à l’autre devient difficile, il s’isole et freine son développement social, créant des peurs et des hésitations. Les énergies de la gorge étant aussi en lien avec la parole, on comprend alors que chez les plus petits (déjà restreint dans la verbalisation) une baisse de l’énergie de la Gorge pourra entraîner encore plus de difficulté à s’exprimer, la perte de repères et le repli sur soi.

Diminution de l'énergie du cœur

La distanciation sociale a encore plus d’impact puisqu’elle interfère avec toute la zone émotionnelle (et notamment le chakra du cœur). Zone des échanges, de la relation et de l’ouverture aux autres, zone de l’empathie, de l’amour et du lien. Un espace où nous devons plutôt nous rapprocher des autres que de s’en éloigner. Sauf qu’ici nous devons nous "séparer" des autres, limiter les contacts. Pour les enfants, il y a des règles à suivre : ne pas embrasser ou prendre les grands-parents dans nos bras, ne pas jouer avec les copains, rester à l’écart, créer de la distance.

L’énergie du cœur ici est donc fortement diminuée. Elle n’est plus dans l’ouverture qui est son principe premier. Cette ouverture est contenue, bloquée, créant ainsi beaucoup moins d’échanges, de partages, donc moins d’opportunités et de rencontres. Tous les ressentis restent à l’intérieur et génèrent des émotions négatives : manque, colère, anxiété, angoisse, frustration, sentiments de culpabilité. Le manque de rapports sociaux, de contacts physiques, la diminution de l’énergie du cœur (homéostasie), vont réduire la fabrication d’ocytocine et de dopamine (en lien avec le plaisir, le bien-être, la joie), qui seront compensés par l’alimentation ou la télé (prise de poids, addiction aux écrans pour les enfants).

Sentiment de privation

L’impossibilité, voir l’incapacité à se déplacer, à "aller vers", peut aussi avoir une incidence sur l’énergie du 2ème chakra (bas-ventre) en lien avec le mouvement de Vie, la joie, la créativité, nos choix et notre capacité à se réinventer. Si nous sommes confinés dans un espace restreint, parfois dans des appartements exigus, comment s’exprime cet élan de vie ? Cela viendra donc toucher les émotions associées à ce centre d’énergie : la joie, le plaisir, le goût, l’envie. On peut remarquer aussi chez l’enfant une lassitude, la difficulté à contacter la créativité, le jeu, parce que ce centre d’énergie est moins sollicité. Le 2 ème chakra correspond aussi à nos besoins fondamentaux, aux besoins du corps. Face à des besoins qui deviennent des interdits, l’enfant peut alors considérer l’isolement comme une punition et développer un sentiment de privation.

>> A lire sur FemininBio Entre yin et yang, l'énergétique en médecine traditionnelle chinoise

Impuissance et découragement

L’énergie du ventre (3 ème chakra, chakra du nombril) n’est pas en reste puisqu’il est le centre de la motivation, de l’action, de notre capacité à faire face et de notre "puissance personnelle". C’est aussi le "rayonnement solaire", celui qui permet l’expansion, l’épanouissement de notre être comme de nos projets. Le confinement, mais aussi la perte d’emploi, la cessation d’activité (faillite) aura donc un impact sur cet épanouissement. Tout s’écroule, l’énergie d’action est coupée et nous renvoie à l’impuissance. On s’installe alors dans un centre énergétique beaucoup moins actif. La force de volonté diminue, le découragement et la démotivation, tout comme la procrastination, voir la dépression (état de sidération) prennent le pas.

Comment vibrer sa pleine puissance si nous devons en permanence rester dans des restrictions et limiter notre corps et nos relations ? Les effets du confinement, ici non-exhaustifs, ont bien un impact sur nos corps énergétiques. Il conviendra donc en déconfinement de reprendre le plus possible ses activités habituelles, redonner aux enfants leurs espaces de liberté, d’expression et de créativité, de sortir et de renouer les contacts sociaux.

Marcher pour retrouver sa stabilité

Le premier chakra (énergie de la Terre, énergie des jambes), apporte quant à lui l’enracinement nécessaire à une bonne stabilité. Nous y retrouvons également les insécurités, les manques, l’alimentation ; ainsi que les peurs liées au travail, à l’argent, à la mort. Il agit également sur la solidité de nos fondations, c’est notre capacité à se structurer. Il a également une fonction d’élimination des émotions.

Dans les situations de confinement, où nous nous déplaçons moins, où nous marchons que très peu (pour les personnes en ville ou en appartement), les activations de l’énergie racine seront minimisées. Elles ne permettront pas une élimination optimale et le soutient nécessaire à cette stabilité et cet ancrage dont nous avons justement besoin en cette période incertaine, confuse, déstabilisante. Veillez à sortir régulièrement, à marcher le plus souvent possible et à ne pas rester trop sédentaire. Évoluer dans un monde restreint augmente les peurs, la sensation de limitation et de blocage (financiers, professionnels, privation de liberté), là où l’énergie du 1er chakra est censée apportée abondance et croissance.

>> A lire sur FemininBio Le reiki, soin énergétique pour se connecter à soi

Fort heureusement, chacun ne vivra pas de la même façon les effets du confinement. Le système énergétique a cela d’extraordinaire qu’il est capable aussi de se réajuster, de compenser, de s’adapter, surtout chez les enfants. Les soins sont aussi une solution pour les personnes qui ont la sensation d’avoir été fragilisées, d’être toujours bloquées, limitées et angoissées. Cela permettra d’éliminer les charges accumulées et de relancer le système énergétique et émotionnel.

> Découvrez le blog de Christophe sur Les portes de Shambhalla

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Bien-être au naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte