Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Endométriose

Les aliments à privilégier et à éviter lorsque l'on est atteinte d'endométriose

Comment apaiser les douleurs et les symptômes de l'endométriose avec l’alimentation ?
"Un élément à retenir : privilégier la qualité, mangez simple, bio et local !"
Daria Shevtsova / pexels
Peggy Favez
Peggy Favez
le 30 juin 2020
L'endométriose s'accompagne souvent de troubles digestifs et de douleurs au ventre. L'alimentation peut avoir un impact sur l’intensité des symptômes et améliorer la fertilité chez les femmes atteintes de la maladie. Alors pourquoi ne pas changer vos habitudes alimentaires pour un régime anti-inflammatoire.

Partenaire

Les bienfaits que l’on peut ressentir en prenant soin de son système digestif et en modifiant son régime alimentaire sont importants : diminution des œstrogènes, de l’inflammation et des douleurs. Augmentation du niveau d’énergie, de la qualité du sommeil et stabilisation du système nerveux.

Régime inflammatoire

Le régime anti-inflammatoire a un rôle certain sur les douleurs de l’endométriose et je ne peux que conseiller de commencer à expérimenter ce régime et de l’adapter en fonction de la manière dont votre corps réagit. Une alimentation au top est celle qui permettra de réduire l’inflammation et l’acidité dans le corps, diminuer les douleurs et minimiser la production d’œstrogènes, promouvoir son excrétion hors de l’organisme, normaliser l’équilibre hormonal et soutenir le système immunitaire et digestif. Éliminer ce qui nous fait du mal est capital mais il est tout aussi important de compenser avec des apports nutritifs importants d’aliments qui font du bien pour que le corps puisse guérir, se réparer et fonctionner avec énergie !

Les aliments à ajouter

Bonnes protéines

Pas nécessaire d’être végétarienne, ce qui est important c’est la provenance et la qualité de vos protéines :

  • Si vous consommez de la viande, elle doit être irréprochable, de bêtes nourries uniquement d’herbe. Le bouillon d’os peut être un excellent apport pour aider à la reconstruction des tissus.
  • Les poissons doivent être des poissons sauvages issus d’une pêche éthique ou de poissons d’élevage dont la nourriture n’est pas enrichie d’hormones ou antibiotiques. Les poissons gras sont à privilégier ainsi que les sardines.
  • Les œufs doivent provenir d’un label garantissant leur provenance de poules ayant vécu à l’air libre et qui ont mangé des aliments de qualité.
  • On trouve également des bonnes protéines dans les légumineuses (lentilles, pois chiche par exemple) et les oléagineux (famille des noix).

>> A lire sur FemininBio Endométriose : ce que les pays du monde ont à nous apprendre sur la maladie

Bons gras

  • Huiles pressées à froid
  • Avocats
  • Oléagineux (amandes, noix, noisettes)
  • Poissons gras (sardines, maquereaux, saumon). 

Bons glucides

Sucres lents comme les graines et céréales :

  • Riz brun
  • Sarrasin
  • Quinoa
  • Millet
  • Maïs

Fruits et légumes, légumineuses

  • Consommez beaucoup de fruits et légumes bio de saison et de votre région, testez de nouvelles recettes pour trouver du plaisir à les manger.
  • Les légumes racines, les légumes à feuilles vertes  et la famille des choux (courge, carottes, panais, épinards, céleri, chou kalé, salade,, choux, brocolis, artichauts, asperges) seront vos meilleures alliés pour soutenir votre foie, votre système digestif et système nerveux
  • Mangez des légumineuses si votre système digestif les supporte bien. Afin d’être plus digestes, la plupart doivent tremper pendant 24 heures avant d’être cuisinées.

>> A lire sur FemininBio Endométriose : les techniques complémentaires pour soulager les douleurs

Les algues

N’oubliez pas les algues. Une seule cuillerée à soupe quotidienne donne à l’organisme tous les micronutriments indispensables à un bon métabolisme.

Un élément à retenir : privilégier la qualité, mangez simple, bio et local !

Les aliments à éliminer

  • Le sucre
  • Les aliments transformés, industriels
  • Les produits laitiers
  • Les mauvais gras
  • Le café
  • L’alcool
  • Le gluten
  • Le soja

Il est essentiel de connaître l’action des aliments sur le corps et sur la maladie, d’en comprendre les mécanismes physiologiques et de faire des essais pour découvrir peu à peu ce qui nous convient ou non. S’engager sur ce chemin par le biais de l’alimentation permet aussi d’accéder à quelque chose de bien plus précieux, l’écoute de son corps. Ressentir et observer les signes et les éventuels inconforts sont un premier pas vers l’écoute active. Selon moi, lorsqu’on est malade, c’est que le corps crie pour être entendu. Commencer concrètement, par des changements alimentaires, produit des merveilles au niveau des symptômes et/ou des douleurs et permet aussi à notre corps d’être compris, écouté et donc de se calmer.

Notre experte 

La mission de Peggy en tant que coach et enseignante de yoga est de vous accompagner en douceur, tout en vous laissant les rênes, pour déceler avec vous, vos blessures, trauma et blocages qui peuvent vous donner l’impression de stagner. Sur son blog, elle partage aussi à ses lectrices son expérience avec l'endométriose. Peggy est l'auteure de l'Endométriose, un chemin vers l'équilibre aux Éditions First.

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire