Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Les mandalas


le 21 novembre 2009
Lancez-vous dans les mandalas : ces dessins construits en symétrie vous aideront à vous recentrer en vous apaisant et en favorisant votre concentration. Ils peuvent devenir une véritable thérapie.

Partenaire

les_mandalas

Les couleurs que vous choisirez vous feront du bien. Contempler le mandala achevé sera un bon support de méditation et de visualisation.


Ne commencez jamais un nouveau dessin centré tant que le précédent n’est pas terminé : ce pourrait avoir un effet opposé à l’effet escompté : entraîner la dispersion au lieu de la concentration. Laissez-vous séduire par des mandalas faits par d’autres. Ils sont d’excellents supports de méditation et des outils d’harmonisation d’un lieu ou de personnes. Le triple hexagramme en couleurs en est un bon exemple. Il recharge aussi les aliments et les boissons. Il rayonne d’une énergie en harmonie avec l’être humain. Certains modèles sont plus faits pour lutter contre les effets secondaires des champs électromagnétiques des téléphones portables, des ordinateurs, des radios-réveils, des lignes à haute tension, etc. La perception des enveloppes du corps permet de vérifier l’efficacité de ces mandalas. Dans un lieu perturbé ou soumis à des agressions de type électromagnétique, elles se rétractent. Avec ces mandalas, elles reviennent à la normale.

Reconnaître un vrai mandala

Un mandala doit être centré. S’il est décentré, ou n’a pas de centre, le mandala n’aura évidemment aucune action de recentrage sur le pratiquant. Un mandala doit être cadré. Si le tour (qui n’a pas à être circulaire, il y a des dessins carrés, hexagonaux, octogonaux…) n’est pas dessiné, sa fonction de protection ne sera pas assurée. Il est important qu’en soit limité le territoire pour pouvoir s’abandonner à la créativité. Le dessin doit être proposé et non imposé. L’expérience montre que le choix du dessin n’est pas anodin : il correspond à notre état d’esprit du moment, et il faut se sentir attiré par sa structure et ses motifs.

Cet article est tiré du livre de Dominique Bourdin et Sylvie Bourdin-Darsonval, Chromothérapie et luminothérapie, paru aux Editions Eyrolles en 2009.

D. Bourdin et S. Bourdin-Darsonval
Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire