Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Cancer du sein

Mammographie et risques du dépistage du cancer du sein : l'avis du Dr Bérengère Arnal

Mammographie et dépistage du cancer du sein
Dépistage systématique du cancer du sein par mammographie ©Par National Cancer Institute, via Wikimedia Commons
Comité éthique et scientifique FemininBio
Audrey Etner
Audrey Etner
le 14 octobre 2013
Le dépistage systématique est parfois critiqué pour des raisons de surdiagnostic, de mammographie non dénuée de risque. Nous avons demandé l'avis de notre spécialiste, le Dr Bérengère Arnal, gynécologue allopathe qui prescrit avant tout de l'homéopathie et de la phytothérapie.

Partenaire

La dose de rayons X délivrée au cours d'une mammographie peut-elle s'avérer dangereuse à force de dépistage ? 

La mammographie numérique délivre l'équivalent de la dose reçue lors d'un vol en avion de 8h, c'est peu. Il est possible de prendre en homéopathie une dose de Rayons X 15 CH immédiatement après la radiographie. 

La mammographie numérique est le seul examen à mettre en évidence les micro-calcifications. Couplée à une échographie conventionnelle et mieux si possible à une échographie ductale, elle est très performante pour le dépistage du cancer du sein. 

Il faut savoir que des cancers du sein peuvent être visibles à la mammographie et pas à l'échographie, d'autres sont invisibles à la mammographie et visibles à l'échographie, l'IRM mammaire conforte le diagnostic. 

Que pensez-vous de la façon dont est organisé le dépistage systématique ? 

Le dépistage systématique national tous les deux ans entre 50 et 74 ans est insuffisant. Un grand nombre de cancers du sein touche la femme avant 50 ans, les femmes sont touchées de plus en plus tôt, même avant 30 ans. 

  • 20% des femmes présentant un cancer du sein a moins de 50 ans
  • 25% des cancers du sein touchent la femme de plus de 75 ans

Si la mammographie est normale, il n'est pas pratiqué d'échographie complémentaire qui elle, est susceptible de mettre en évidence un cancer radio-transparent c'est à dire non visible à la mammographie. 

Il faut ajouter que les cancers du sein ne donnent pas tous des boules palpables et que la palpation faite par le gynécologue, le radiologue et (trop rarement) par le généraliste ne permet de détecter une boule qu'à partir de 1cm de diamètre. 

Un certain nombre de femmes ressortent rassurées du dépistage mammographique national alors qu'elles présentent un authentique cancer du sein. 

Il importe de souligner l'intérêt de la deuxième lecture qui augmente de 7 à 10% la détection de ce cancer. 

Parlez-nous votre expérience dans le dépistage du cancer du sein

Pour ma part, je démarre la mammographie systématique et échographie mammaire dès l'âge de 35 ans. Je n'ai jamais été confrontée au problème de sur-diagnostic dans le cadre de ma pratique (près de 30 ans d'exercice libéral). 

Je rappelle Les 7 recommandations en matière de dépistage du cancer du sein de l'association AU SEIN DES FEMMES 

1) Faire suivre la mammographie d`une échographie, même si la première est normale 

2) Faire une mammographie et une échographie tous les ans si antécédent proche (mère, soeur, fille). Faire une mammographie et une échographie tous les 2 ans en l`absence d`antécédent proche plus une échographie intermédiaire un an après 

3) Savoir que tous les cancers du sein ne donnent pas une boule 

4) Savoir que les cancers qui donnent une boule ne sont palpables qu`au-delà d`un certain volume 

5) Savoir que certains cancers du sein ne peuvent être dépistés que par la mammographie (par la présence de certains types de micro-calcifications) 

6) Savoir que certains cancers du sein ne peuvent pas être dépistés à la mammographie (cancers radio-transparents) et qu`ils ne sont visibles qu`à l`échographie 

7) Au moindre doute, faire une IRM mammaire

Le blog de Bérengère Arnal

L'association Au Sein des Femmes

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire