Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Ethylotests : ils contiennent un produit très toxique


le 03 juillet 2012

Partenaire

Chaque véhicule devant désormais être équipé de deux éthylotests comme le prévoit la loi, les automobilistes sont obligés de s’acheter l’appareil qui leur évitera une amende (11 euros) en cas de contrôle par les forces de l’ordre.

Selon son budget, l’automobiliste peut opter soit pour un éthylotest « classique » doté d’un ballon, soit d’un éthylotest électronique. Le premier étant relativement bon marché (1 à 2 euros l’unité) par rapport au second (minimum 20 euros jusqu'à plus de 100 euros), il apparaît comme évident qu’il sera le plus répandu.  Or il se trouve que l’éthylotest chimique contient du dichromate de potassium, un produit extrêmement toxique (ingéré il provoque la mort à partir d’une dose de 0,5g).

Le dichromate de potassium, de couleur orange, est donc très dangereux pour la santé. Il provoque des allergies cutanées sévères en cas de contact avec la peau. Il est cancérogène, et à ce titre par exemple, certains laboratoires qui l’utilisent essaient de trouver des substituts. Inhalé il a un impact sur les poumons. Ingéré il provoque de graves troubles du tube digestif, des brûlures, des spasmes et s’attaque aux reins et au foie. C’est même un poison mortel s’il est ingéré en quantité significative : à partir de 0,5g.  Le dichromate est aussi dangereux pour l’environnement : il est toxique pour les végétaux et les animaux.


Attention aux enfants !
Il convient donc de prendre quelques précautions avec les éthylotests. Notamment, ne pas les laisser à la portée des enfants. Une fois usagés il faut s’en débarrasser dans  une déchetterie et surtout pas dans une poubelle. Mais aucune filière de traitement n'existe à ce jour. Evidemment il ne faut pas le jeter dans la nature. Si jamais le tube est abîmé ou cassé (il est résistant et en plastique, mais on peut imaginer qu’un véhicule roule dessus ou autre accident…), laissant échapper le dichromate de potassium, il ne faut évidemment pas y toucher à main nue.

Le plus simple et le plus sécurisant est sans doute d’investir dans un éthylotest électronique qui ne contient pas de dichromate de potassium. C’est beaucoup plus cher mais d’une durée de vie quasi illimitée, alors qu’un éthylotest chimique doit être jeté au bout de deux ans. La Ligue contre la violence routière s’élève d'ailleurs contre l’utilisation des éthylotests chimiques dont elle dénonce la toxicité, la faible durée de vie et l'absence de filière de traitement des déchets.

PA Ruquier
Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire