Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Les veilles en veilleuse


le 30 juin 2009

Partenaire

Selon l’Ademe, les veilles sont même devenues pour certains ménages le premier poste de consommation électrique de la maison (hors chauffage et cuisson). De son côté, le magazine 60 millions de consommateurs a calculé que les « box » Internet engloutissent entre 143 et 263 kWh par foyer et par an, soit une augmentation de 16 à 29 euros de la facture annuelle d’électricité. Face à ce constat, l’Union européenne envisage une réglementation pour limiter la puissance des appareils en veille à 1 Watt d’ici à 2012, ce qui permettra d’économiser 7 % de la consommation française totale.

Il est pourtant facile de contourner le problème des veilles en branchant les appareils concernés sur une même multiprise, dotée d’un interrupteur. On coupe ainsi les veilles de tous les appareils en même temps, en prenant garde d’éteindre au préalable chaque équipement avec son propre interrupteur pour éviter de l’endommager. Certains appareils peuvent désormais être éteints tout en conservant leur programmation et le réglage de l’horloge. On trouve aussi dans le commerce des coupe-veille comme Coxiwatt, qui peut être relié au téléviseur et à une prise multiple alimentant les appareils périphériques. On peut ainsi rallumer ou éteindre avec la télécommande du téléviseur tous les appareils qui y sont raccordés (49,90 € chez Nature & Découvertes).

Les chargeurs


Pensez à débrancher les chargeurs de téléphone portable ou de tout autre équipement électrique même s’ils ne sont pas reliés à un appareil, car ils consomment de l’électricité. Ne rechargez pas les batteries des téléphones et des ordinateurs portables au-delà de ce qui est nécessaire. Il existe des chargeurs solaires : le panneau exposé au soleil recharge une batterie qui alimente ensuite un ordinateur portable, lecteur DVD portable, un caméscope ou un GPS via la prise USB (499 €  chez Nature & Découvertes).

Voir aussi le site www.boutiquesolaire.com

Cet article est extrait du livre de Catherine Levesque, Ma maison écologique, paru en 2008 aux Editions Eyrolles.

Catherine Levesque

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire