Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Spiritualité

Qu'est-ce que le concept des flammes jumelles et comment l'interpréter ?

L'importance de l'énergie sexuelle

" L’amour providentiel incarné dans une seule et unique personne est une perversion de la réalité initiatique du parcours et cela entretient beaucoup de situations toxiques. "

Juliano Ferreira/Pexels
Croyances Croyances
Iria Del
Par Iria Del
le 05 décembre 2021

Le concept des flammes jumelles peut sembler revêtir le visage d’une vaste farce instrumentalisant les diverses insécurités relationnelles des enthousiastes du " couple conscient ". C’est dotée d’un œil d’alchimiste que j’ai pu traduire ces expériences portant une immense charge émotionnelle.


Partenaire

FemininBio magazine #37

Cet article a été publié dans le magazine #37 novembre-décembre 2021
>> Pour retrouver la liste des points de vente c'est ici

À l’origine des flammes jumelles se trouve un phénomène alchimique, celui de l’œuf cosmique ou œuf philosophal. C’est l’androgyne primordial né à la fois mâle et femelle dans une réalité dimensionnelle bien différente de la nôtre. Cet œuf contenant les deux polarités de notre âme provient d’une dimension très éloignée de nous, humains incarnés, et prend racine bien en amont de la chute dans la matière.

Un concept alchimique

Cette descente dans les strates dimensionnelles pourrait se schématiser par un arbre aux branches se divisant vers le bas. Ainsi, cet œuf premier se divisa en deux polarités : le masculin et le féminin. Cette séparation originelle est contée dans diverses mythologies. Platon nous en donne l’écho grec dans Le Banquet. Zeus, roi de l’Olympe, inquiété par ces êtres androgynes, décida de les séparer en deux polarités à l’aide de son foudre, arme divine redoutable.

A lire aussi Manque de libido : 3 cristaux qui boostent le chakra sexuel

Cet épisode mythologique est à comprendre comme une séparation symbolique, les deux polarités ayant l’illusion d’être isolées et devant entamer une initiation individuelle. Cependant, la chute dans les différentes strates dimensionnelles vers la matière finit par se manifester à travers des phénomènes suffisamment concrets pour se voir, se vivre, se ressentir.

Si nous avons toutes et tous les deux polarités en nous à reconquérir, nous sommes bel et bien nés avec un sexe déterminé et développons une identité de genre et une sexualité qui nous est propre. Ainsi, cette séparation nous travaille et la recherche de l’autre comme agent de cette complétude peut sembler logique.

Un processus de séparation

Une évidence se fit jour pour moi sur mon parcours alchimique : l’autre, ou plus exactement l’union avec l’autre, n’est pas la destination de ce parcours. Les étapes vers la réunion sont un leurre, une régression sacrilège vis-à-vis d’un processus divinement ordonnancé de séparation et non de fusion. Si l’on nous avait voulus réunis, nous n’aurions pas été séparés. Toute union ne peut se faire qu’une fois une séparation achevée.

Plus brûlante encore, la question de la singularité, de la seule et unique personne faite pour soi. Notre " autre " est-il vraiment le seul ? Ce discours d’une seule et même personne incarnée portant toute notre solution se retrouve de façon parfois subliminale dans bien des discours accompagnant ce concept. Cela n’a aucun sens et fait fi de cette chute dimensionnelle, de cette division de l’essence première en branches. Notre " autre " est multiple. Il est incarné dans pléthore de corps.

Une initiation

La flamme jumelle n’est pas une personne, c’est une initiation, un programme qui peut s’activer (ou non) par effet miroir avec un être descendant d’un œuf commun. L’amour providentiel incarné dans une seule et unique personne est une perversion de la réalité initiatique du parcours et cela entretient beaucoup de situations toxiques, dans l’illusion que notre seule maison est un être humain bien défini avec toutes ses failles, tous ses conditionnements et tous ses travers. La chute dans la matière est extrêmement violente.

A lire aussi Couple : comment rétablir la communication avec l'autre ?

L’être humain n’est pas l’autre originel. Il n’est pas perfection éthérée qui n’aspire qu’à nous compléter et nous remplir. Il est un être humain avec une histoire propre, vivant une initiation personnelle. Son parcours, même s’il est en miroir avec le nôtre, est le sien.

Incarner la nouvelle flamme

Toute cette remise en perspective fait déposer toutes les attentes, les tensions, l’incomplétude, la frustration. Le but n’est pas l’union forcée, fiévreuse, fébrile mais l’achèvement de la séparation, l’individuation divine, indépendamment de la réalité physique.

Nous pouvons être en couple ou non, avec une flamme incarnée descendant de notre œuf originel ou non. La réunion physique n’est pas la destination et en aucun cas une obligation mais une voie possible vers l’autonomie. Une autonomie à récupérer par effet miroir avec l’autre sans jamais considérer que cet autre est le but. Il ne nous renvoie jamais qu’à notre reflet et à cet impératif d’acter la séparation voulue depuis le début.

La direction à prendre n’est donc pas celle de l’androgyne primordial mais l’incarnation d’un nouvel androgyne, en soi, se réappropriant ses polarités après avoir effectué tout un parcours. Cependant, nous ne sommes alors plus les mêmes. Comme la Terre tournant autour du Soleil, nous avons effectué une révolution et devenons alors l’androgyne révolutionnaire, un androgyne réalisé dans l’incarnation.

Retrouvez la cartomancie alchimique, rituelle et transformatrice créée par Iria Del. Réservable en ligne sur etsy.com/fr/shop/iriadelcartomancie.

Notre autrice

Iria Del est l’autrice d’Aphrodite : maîtresse de l’amour, aux éditions Danaé et de L’Oracle de la déesse sombre, aux éditions Arcana Sacra.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire