Société

L'argent au féminin : osez l'abondance !

Publié le 16 novembre 2019
Christian Junod est auteur, conférencier et formateur sur la relation à l’argent en francophonie.Ill a écrit Enfin libre d'être soi-même (éd. Jouvence) et Ce que l'argent dit de vous (éd. Eyrolles). Son site : cjunodconseil.com
"L'argent est un formidable écran de projection, autrement dit, il n'est pas vu pour ce qu'il est mais pour ce que nous projetons dessus."
"L'argent est un formidable écran de projection, autrement dit, il n'est pas vu pour ce qu'il est mais pour ce que nous projetons dessus."
© © Cayley Nossiter/Unsplash

Salariée, indépendante, sans activité, la question de l'argent fait partie de notre quotidien, et il existe une manière très féminine de l'envisager, avec son lot d'héritages conscients ou inconscients. Comprendre d'où provient ce sentiment d'imposture ou de faute lié au fait de "gagner sa vie" peut vous aider à dépasser ce cap.

Cet article a été publié dans le magazine FemininBio #25 octobre-novembre 2019

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

 

 

Sujet tabou dans nos pays francophones, l'argent demande désormais à être mis en lumière car tant que nous le passons sous silence, ou le considérons comme quelque chose de malsain, nous aurons à le "payer" d’une manière ou une autre.

Il y a bien plus de points communs que de différences dans la relation à l’argent des femmes et des hommes. En effet, tout comme les hommes, de nombreuses femmes aiment économiser, avoir un pécule de côté, pour se rassurer ; elles sont aussi nombreuses à dépenser plus que de raison, à craquer quand il y a un peu d’argent à dépenser ou à utiliser la dépense pour compenser leur mal-être du moment.

Un blocage hérité de la lignée...

L’argent est un formidable écran de projection, autrement dit, il n’est pas vu pour ce qu’il est mais pour ce que nous projetons dessus ; quelques exemples : l’argent, c’est la sécurité, la liberté, le confort de vie, le pouvoir, une source de conflit, l’injustice, la cause des problèmes dans le monde, sale, etc. pour ne citer que les plus courants. Autrement dit, si vous projetez la sécurité sur l’argent, vous créez inconsciemment un lien de dépendance entre votre sécurité intérieure et le montant de vos économies.

>> A lire sur FemininBio Transgénérationnel : nos ancêtres influencent notre rapport à l'argent

Il y a une projection très féminine sur l’argent, c’est l’autonomie. Nous pouvons aisément imaginer d’où cela provient; si une fille est témoin d’une mère ou grand-mère dépendante financièrement d’un homme, ou qui doit quémander de l’argent pour les dépenses courantes ou pour se faire plaisir, il y a fort à parier qu’en tant que femme, elle se dira : "Je ne veux jamais ça".

Ainsi, être autonome financièrement deviendra une obsession, quitte à en payer le prix par de l’épuisement ou en restant dans un travail qui ne lui correspond plus, uniquement pour cette raison. Dans mes ateliers, je rencontre de (trop) nombreuses femmes victimes d’abus sexuel. Souvent ces actes répréhensibles ont comme terrible conséquence qu’elles se voient comme "sans valeur".

À partir de là, il leur sera compliqué de se donner de la valeur, soit en demandant un salaire correspondant à la valeur de leur contribution, soit en donnant une juste valeur à leurs activités, pour celles qui sont indépendantes.

... ou de l'inconscient collectif

Cette problématique existe aussi pour d’autres femmes qui n’ont pas vécu ce genre d’abus. Cela se manifeste par la difficulté à se mettre en avant et à être payée correctement. Beaucoup de femmes le manifestent en exprimant leurs difficultés à "se vendre". Quelle expression pour le moins ambiguë, non ? Si nous vendons quelque chose, cela ne nous appartient plus, alors qui a vraiment envie de "se vendre" ? Dans l’inconscient collectif, celles qui étaient visibles et demandaient de l’argent contre leurs services étaient des prostituées. C’est pour cela que la peur de trop en faire, de trop en demander, est inconsciemment en lien avec la peur de passer pour une prostituée ou autres termes peu sympathiques. Ainsi certaines femmes n’osent pas négocier et acceptent des contrats où elles ne se respectent pas pleinement.

>> A lire sur FemininBio Féminisme, source de bonheur selon Pauline Arrighi

À l’échelon de l’humanité, il est finalement assez récent que les femmes soient aussi nombreuses sur le marché du travail rémunéré. À une époque, sauf dans des situations particulières, elles avaient ce qui était nommé un revenu d’appoint pour le ménage. Ce n’est pas anodin, car cela ne valorisait pas pleinement et justement cette activité. De plus, de nombreuses femmes ont soit travaillé dans des entreprises familiales (sans être rémunérées pour d’obscures histoires d’impôts ou de charges sociales économisées), soit se sont lancées dans des activités "plaisir" (ouverture d’une boutique, artisanat, thérapie, etc.) où elles ne dégageaient presque pas voire aucun revenu personnel. Cela peut paraître de l’histoire ancienne et, pourtant, l’influence est encore visible aujourd’hui. De plus, les métiers dits "féminins"sont moins valorisés que de nombreux dits "masculins".

Casser la "loyauté" de nos héritages vis-à-vis de l'argent

C’est ainsi que je propose à de nombreuses participantes à mes ateliers de travailler la déloyauté à la lignée des femmes de leur généalogie ; déloyauté au fait de sacrifier pour les autres et de s’oublier au passage. En rappelant que la déloyauté n’est ni du "désamour", ni un manque de respect, mais bien une autorisation à faire autrement, à ouvrir une nouvelle voie pour elles et celles qui suivent. Processus puissant et libérateur s’il en est !

Aujourd’hui, plus que jamais, il est temps et très nécessaire que les femmes prennent pleinement leur place et osent affirmer leur valeur avec tranquillité et détermination. Cela demande de mettre en lumière les ombres qui les en empêchent. Ce sont ces parts inconscientes que nous rejetons et qui font peur, car vues comme négatives. Ainsi cela serait probablement douloureux d’être perçues ou jugées comme injustes, profiteuses, voleuses, illégitimes, etc.

Ainsi, pour reprendre l’exemple de l’injustice, de nombreuses femmes, pour ne pas passer pour injustes, fixeront des prix bas, feront facilement des rabais pour être accessibles à un maximum de clients (intention honorable, certes…), quitte à ne pas gagner assez d’argent pour vivre décemment, ou à en faire plus que ce qui est prévu, etc. Le piège est d’être prête à être injuste avec soi pour ne pas passer pour injuste aux yeux des autres.

Se libérer du regard de l'autre

Tant que le regard des autres sera prioritaire, les êtres humains seront prisonniers de cette peur et ne seront pas libres. Il serait bien erroné de croire que la majorité des hommes ont de la facilité à se mettre en avant et à vanter leur qualité. Par contre, ce qui peut les différencier des femmes (pour une partie d’entre eux), est une sorte de culot à affirmer des compétences, même si elles ne sont que partiellement acquises. Au contraire, les femmes ont des exigences élevées avec elles-mêmes et beaucoup devront se sentir parfaites ou presque pour prétendre posséder une compétence. La peur de passer pour illégitimes n’est pas loin…

J’invite chacune à s’autoriser à gagner de l’argent sans limite, non comme un but en soi, qui soulève probablement des questions éthiques,mais comme une conséquence d’une activité faite avec passion et ayant du sens pour le collectif.`

>> A lire sur FemininBio Critique et jugement de l'autre : changer pour s'aimer soi-même

Pourquoi cette invitation ? L’argent est un formidable bulletin de vote, bien plus puissant que le bulletin que vous déposez parfois dans une urne. En effet, chaque jour, en dépensant votre argent vous donnez une couleur à la société que vous avez envie de construire. Ainsi en achetant du bio, vous permettez à des producteurs d’en vivre et cela a d’autres impacts que des aliments produits avec des pesticides. Si vous achetez local ou des produits fabriqués par des entreprises dont vous partagez les valeurs, cela a des conséquences différentes que si vous achetez des produits provenant d’autres continents ou fabriqués par des entreprises dont les valeurs ne sont pas les vôtres.

Et si vous avez plus d’argent que nécessaire, les financements participatifs permettent de soutenir les porteurs de projets en recherche de fonds sous forme de prêts ou de dons. Voilà une autre merveilleuse manière d’influencer le monde de demain.

Notre expert

Christian Junod est auteur, conférencier et formateur sur la relation à l’argent en francophonie. Il a écrit Enfin libre d'être soi-même (éd. Jouvence) et Ce que l'argent dit de vous (éd. Eyrolles). Son site : cjunodconseil.com

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !