Islande

Quelles activités faire pour déconnecter lors d'un voyage en Islande ?

Publié le 14 juillet 2019 - Mis à jour le 5 août 2019
1/7
© parys fotosearch Stock Photography

1 Se baigner dans les sources chaudes

Réalisable en toutes saisons c’est l’activité incontournable d’un séjour en Islande. L’intense activité géothermique du pays offre aux Islandais la possibilité de se relaxer, été comme hiver, dans de nombreuses sources naturelles ou bassins aménagés un peu partout dans le pays. Et en Islande, aller au heitur pottur – littéralement pot chaud- est une activité sociale importante.

Chaque piscine municipale a son petit bassin d’eau chaude dont la température oscille entre 38 et 41°C. Mais le must reste quand même de se baigner en pleine nature dans une rivière ou des bassins aménagés sommairement et qui sont parfois de simples trous d’eau perdus au milieu de nulle part. La phase de déshabillage sera plus ou moins difficile, en fonction des conditions climatiques du jour, mais quelle récompense une fois dans l’eau, de se délecter de la chaleur et de la vue panoramique sur le ciel et les montagnes environnantes! 

Les plus frileux, qui auraient besoin d’un vestiaire pour se changer, peuvent se diriger vers les piscines aménagées, payantes et toujours alimentées par ces eaux géothermales. Le Blue Lagoon, sur la péninsule de Reykjanes, avec ses eaux à l’incroyable couleur lait d’amande bleuté est l’une des plus célèbres mais il y en a d’autres… N’oubliez jamais que les Islandais sont très stricts concernant les règles d’hygiènes avant d’entrer dans ces havres de paix. Gare à ceux qui voudraient sauter l’étape de la douche obligatoire avant de se glisser avec délectation dans l’eau chaude!

© Guide to Iceland

2 Faire un trek ou de la randonnée

Quoi de mieux que le rythme lent de la marche pour s’immerger complètement dans les paysages grandioses d’Islande. De la simple balade de quelques heures aux treks de plusieurs jours, l’Islandedispose de nombreux sentiers balisés par des petits piquets en bois coiffés d’une marque colorée à leur extrémité. Les hauts lieux de la randonnée en Islande sont le Parc national de Skaftafell au pied du majestueux Vatnajökull, deuxième plus grand glacier d’Europe et les montagnes de rhyolite du Landmannalaugar.

Le trek le plus célèbre est celui du Laugavegur. Il relie Landmannalaugar à Thörsmork en 3 ou 4 étapes d’une longueur totale de 55 km. Sur ce trek, il est possible de dormir en tente ou en refuge et pour qui veut avoir un toit en dur sur la tête la réservation à l’avance est indispensable. En Islande il est également possible de s’initier à la marche sur glacier.  Pour vivre cette expérience inoubliable, crampons aux pieds, il est préférable de s’adresser à un guide. N’oubliez jamais qu’en Islande, le temps change vite et qu’il est nécessaire d’être équipé pour faire face à à peu près toutes les conditions climatiques possibles!

© Guide to Iceland

3 Observer les baleines

Les côtes de l’île abondent de différentes espèces de cétacés: baleines à bosse, petits roquals, orques, rorquals communs. L’un des meilleurs spot d’observation se situe au nord dans la baie d’Húsavík. Ici, l’été, en grimpant sur sur la petite montagne dominant la ville, l’Húsavikurfjall, on peut même voir les baleines aux jumelles. Le plus excitant reste de participer à une sortie en mer pour les observer de plus près.  De nombreuses compagnies proposent des sorties depuis le port. Les chances d’en observer dans cette baie sont tellement grandes que plusieurs compagnies n’hésitent pas à garantir une excursion gratuite le lendemain en cas d’échec!

Difficile d’évoquer le “whale watchting” en Islande sans évoquer la chasse…Les islandais ont repris la chasse au rorqual en 2006 malgré le moratoire international de 1986 qui l’interdit. Cependant les mentalités évoluent: alors que 65% de la population était favorable à la chasse à la baleine il y a 5 ans, ils ne sont plus que 34% des Islandais à être favorable à la poursuite de la chasse aujourd’hui.  Le voyageur éco-responsable quant à lui, se contentera de rapporter de jolies photos et évitera de goûter par curiosité au hvál (petit rorqual) qui est à la carte de certain restaurants de Reykjavik.

© Guide to Iceland

4 Faire une balade à cheval

Connu pour sa robustesse et sa capacité à résister aux rudes conditions climatiques du pays. Le cheval islandais – hestur– n’en demeure pas moins un animal attachant, toujours avide de caresses. Jadis utilisé pour se déplacer à travers le pays et les travaux des champs, il constitue aujourd’hui une activité de loisir très prisées par de nombreux Islandais On peut le croiser un peu partout dans le pays, le long des routes, été comme hiver. De petite taille, entre 1m30 et 1m45 au garrot, n’allez surtout pas le qualifier de poney! Les chevaux sont environ 80 000 dans le pays et ont été introduits sur l’île par les premiers colons Vikings au Xe siècle.

La sélection opérée par les éleveurs depuis plus de 1000 ans et l’isolement dont ce cheval a bénéficié (aucun autre cheval n’a le droit de poser un sabot sur le sol islandais et ce depuis 982!) ont permis de maintenir la race très pure. L’une des caractéristiques principales de ce cheval est qu’il possède une allure naturelle, appelée tölt, qui se situe entre le trot et le galop et qui est très confortable pour les débutants. Nul besoin donc d’être un cavalier émérite pour s’offrir une petite balade dans la campagne, vous pourrez y emprunter des chemins balisés par de grands cairns de pierres noires qui ont pour certains plusieurs siècles d’existence.

© Guide to Iceland

5 Observer les aurores boréales ou le soleil de minuit

Comme dans de nombreux pays proches du cercle polaire, en Islande, l’année est rythmée par deux grandes périodes: l’hiver et sa nuit polaire puis l’été et son soleil de minuit. Le 21 décembre à Reykjavik, il n’y a que 4h07 de jour contre 20h50 le premier juillet.  En hiver, les Islandais passent la majorité de leur temps à l‘intérieur. Ils sont au travail puis à la maison en famille. Mais cette période, quoique parfois difficile à vivre au quotidien pour les habitants et une aubaine pour les chasseursd’aurores boréales. Située entre 63 et 66° de latitude nord, l’Islande est un très bon spot d’observation pour ce phénomène aux dimensions mystiques.

C’est de septembre à avril qu’on le plus de chances d’en apercevoir. Deux conditions sont cependant essentielles: une nuit noire et unciel dégagé. A présent des agences se sont spécialisées dans l’observation des aurores. Les visiteurs estivaux pourront quant à eux faire l’expérience du soleil de minuit. En théorie, le soleil de minuit-c’est à dire quand l’astre ne descend jamais sous la ligne de l’horizon- n’est visible qu’au solstice d’été, le 21 juin et au delà du cercle polaire arctique situé à plus de 66° de latitude nord. Seule la petite île de Grimsey répond à ces conditions en Islande mais ce n’est pas mentir que de dire que le soleil ne disparaît jamais ou presque de mi-juin à fin juillet un peu partout sur l’île.

Certains voyageurs éprouveront peut-être d’ailleurs des difficultés à s’endormir, ce sera peut-être l’occasion d’aller à la rencontre des Islandais qui passent le plus clair de leur temps à l’extérieur en cette période. Il n’est pas rare en effet d’assister à un match de foot ou encore à un pique-nique improvisé à plus de 10 heures du soir en été.

© Guide to Iceland

6 Faire de la plongée dans le parc national de þingvellir

Les eaux de l’Atlantique Nord ne possèdent ni coraux, ni poissons multicolores et pourtant il est possible de vivre en Islande une expérience de plongée pour le moins unique au monde. Cela se passe en plein cœur du parc national þingvellir. Ici la rivière Silfra s’écoule entre les plaquestectoniques eurasienne et nord-américaine. Il est alors possible de faire du snorkeling au milieu de cette faille et donc de nager entre deux continents. L’eau de la rivière Silfra provient du glacier Langjökull situé environ 30 kilomètres au nord du parc, sur son parcours elle est filtrée pendant plus de 30 ans par les roches volcaniques poreuses.

Au moment de se jeter dans le lac de þingvallavatn, elle est alors d’une pureté exceptionnelle et la visibilité sous l’eau est de plus de 100 mètres. Il est alors possible de contempler les différentes formations géologiques crées par les nombreux tremblements de terres subis par cette zone. L’eau est à tout juste 3°C mais les combinaisons néoprènes sont fournies!

7 Je m'abonne à FemininBio !

Envie de grands espaces, de nouveauté, de fraîcheur, d'être dépaysée ? Laissez vous tenter par l'Islande. Voici quelques activités que vous pourrez pratiquer une fois sur place.

Située au beau milieu de l’Atlantique Nord, à cheval sur la dorsale océanique médio-atlantique, l’Islande est une île volcanique grande comme environ 1/5 de la surface de la France. Son territoire est recouvert principalement par des sables, des glaciers et des coulées de lave. Dans ce pays où le thermomètre ne dépasse que rarement les 14°C en été et qui vit au rythme d’en moyenne une éruption volcanique tous les cinq ans, la nature est omniprésente. L'Islande a beaucoup à offrir aux voyageurs amateurs de grands espaces et l’on peut y pratiquer de nombreuses activités. Que vous soyez, aventurier, sportif ou juste contemplatif, il y en a pour tous les goûts! Voici un petit top 6 des activités nature qu’il est possible de pratiquer sur l’île en presque toutes saisons.

1-  Se baigner dans les sources chaudes

Réalisable en toutes saisons c’est l’activité incontournable d’un séjour en Islande. L’intense activité géothermique du pays offre aux Islandais la possibilité de se relaxer, été comme hiver, dans de nombreuses sources naturelles ou bassins aménagés un peu partout dans le pays. Et en Islande, aller au heitur pottur – littéralement pot chaud- est une activité sociale importante.

Chaque piscine municipale a son petit bassin d’eau chaude dont la température oscille entre 38 et 41°C. Mais le must reste quand même de se baigner en pleine nature dans une rivière ou des bassins aménagés sommairement et qui sont parfois de simples trous d’eau perdus au milieu de nulle part. La phase de déshabillage sera plus ou moins difficile, en fonction des conditions climatiques du jour, mais quelle récompense une fois dans l’eau, de se délecter de la chaleur et de la vue panoramique sur le ciel et les montagnes environnantes! 

Les plus frileux, qui auraient besoin d’un vestiaire pour se changer, peuvent se diriger vers les piscines aménagées, payantes et toujours alimentées par ces eaux géothermales. Le Blue Lagoon, sur la péninsule de Reykjanes, avec ses eaux à l’incroyable couleur lait d’amande bleuté est l’une des plus célèbres mais il y en a d’autres… N’oubliez jamais que les Islandais sont très stricts concernant les règles d’hygiènes avant d’entrer dans ces havres de paix. Gare à ceux qui voudraient sauter l’étape de la douche obligatoire avant de se glisser avec délectation dans l’eau chaude!

2- Faire un trek ou de la randonnée

Quoi de mieux que le rythme lent de la marche pour s’immerger complètement dans les paysages grandioses d’Islande. De la simple balade de quelques heures aux treks de plusieurs jours, l’Islande dispose de nombreux sentiers balisés par des petits piquets en bois coiffés d’une marque colorée à leur extrémité. Les hauts lieux de la randonnée en Islande sont le Parc national de Skaftafell au pied du majestueux Vatnajökull, deuxième plus grand glacier d’Europe et les montagnes de rhyolite du Landmannalaugar.

Le trek le plus célèbre est celui du Laugavegur. Il relie Landmannalaugar à Thörsmork en 3 ou 4 étapes d’une longueur totale de 55 km. Sur ce trek, il est possible de dormir en tente ou en refuge et pour qui veut avoir un toit en dur sur la tête la réservation à l’avance est indispensable. En Islande il est également possible de s’initier à la marche sur glacier.  Pour vivre cette expérience inoubliable, crampons aux pieds, il est préférable de s’adresser à un guide. N’oubliez jamais qu’en Islande, le temps change vite et qu’il est nécessaire d’être équipé pour faire face à à peu près toutes les conditions climatiques possibles!

À lire sur FemininBio : Bucket list 2019 : 5 choses à faire en france cet été

3- Observer les baleines

Les côtes de l’île abondent de différentes espèces de cétacés: baleines à bosse, petits roquals, orques, rorquals communs. L’un des meilleurs spot d’observation se situe au nord dans la baie d’Húsavík. Ici, l’été, en grimpant sur sur la petite montagne dominant la ville, l’Húsavikurfjall, on peut même voir les baleines aux jumelles. Le plus excitant reste de participer à une sortie en mer pour les observer de plus près.  De nombreuses compagnies proposent des sorties depuis le port. Les chances d’en observer dans cette baie sont tellement grandes que plusieurs compagnies n’hésitent pas à garantir une excursion gratuite le lendemain en cas d’échec!

Difficile d’évoquer le “whale watchting” en Islande sans évoquer la chasse…Les islandais ont repris la chasse au rorqual en 2006 malgré le moratoire international de 1986 qui l’interdit. Cependant les mentalités évoluent: alors que 65% de la population était favorable à la chasse à la baleine il y a 5 ans, ils ne sont plus que 34% des Islandais à être favorable à la poursuite de la chasse aujourd’hui.  Le voyageur éco-responsable quant à lui, se contentera de rapporter de jolies photos et évitera de goûter par curiosité au hvál (petit rorqual) qui est à la carte de certain restaurants de Reykjavik.

4- Faire une balade à cheval

Connu pour sa robustesse et sa capacité à résister aux rudes conditions climatiques du pays. Le cheval islandais – hestur– n’en demeure pas moins un animal attachant, toujours avide de caresses. Jadis utilisé pour se déplacer à travers le pays et les travaux des champs, il constitue aujourd’hui une activité de loisir très prisées par de nombreux Islandais On peut le croiser un peu partout dans le pays, le long des routes, été comme hiver. De petite taille, entre 1m30 et 1m45 au garrot, n’allez surtout pas le qualifier de poney! Les chevaux sont environ 80 000 dans le pays et ont été introduits sur l’île par les premiers colons Vikings au Xe siècle.

La sélection opérée par les éleveurs depuis plus de 1000 ans et l’isolement dont ce cheval a bénéficié (aucun autre cheval n’a le droit de poser un sabot sur le sol islandais et ce depuis 982!) ont permis de maintenir la race très pure. L’une des caractéristiques principales de ce cheval est qu’il possède une allure naturelle, appelée tölt, qui se situe entre le trot et le galop et qui est très confortable pour les débutants. Nul besoin donc d’être un cavalier émérite pour s’offrir une petite balade dans la campagne, vous pourrez y emprunter des chemins balisés par de grands cairns de pierres noires qui ont pour certains plusieurs siècles d’existence.

5- Observer les aurores boréales ou le soleil de minuit

Comme dans de nombreux pays proches du cercle polaire, en Islande, l’année est rythmée par deux grandes périodes: l’hiver et sa nuit polaire puis l’été et son soleil de minuit. Le 21 décembre à Reykjavik, il n’y a que 4h07 de jour contre 20h50 le premier juillet.  En hiver, les Islandais passent la majorité de leur temps à l‘intérieur. Ils sont au travail puis à la maison en famille. Mais cette période, quoique parfois difficile à vivre au quotidien pour les habitants et une aubaine pour les chasseursd’aurores boréales. Située entre 63 et 66° de latitude nord, l’Islande est un très bon spot d’observation pour ce phénomène aux dimensions mystiques.

C’est de septembre à avril qu’on le plus de chances d’en apercevoir. Deux conditions sont cependant essentielles: une nuit noire et unciel dégagé. A présent des agences se sont spécialisées dans l’observation des aurores. Les visiteurs estivaux pourront quant à eux faire l’expérience du soleil de minuit. En théorie, le soleil de minuit-c’est à dire quand l’astre ne descend jamais sous la ligne de l’horizon- n’est visible qu’au solstice d’été, le 21 juin et au delà du cercle polaire arctique situé à plus de 66° de latitude nord. Seule la petite île de Grimsey répond à ces conditions en Islande mais ce n’est pas mentir que de dire que le soleil ne disparaît jamais ou presque de mi-juin à fin juillet un peu partout sur l’île.

Certains voyageurs éprouveront peut-être d’ailleurs des difficultés à s’endormir, ce sera peut-être l’occasion d’aller à la rencontre des Islandais qui passent le plus clair de leur temps à l’extérieur en cette période. Il n’est pas rare en effet d’assister à un match de foot ou encore à un pique-nique improvisé à plus de 10 heures du soir en été.

6- Faire de la plongée dans le parc national de þingvellir

Les eaux de l’Atlantique Nord ne possèdent ni coraux, ni poissons multicolores et pourtant il est possible de vivre en Islande une expérience de plongée pour le moins unique au monde. Cela se passe en plein cœur du parc national þingvellir. Ici la rivière Silfra s’écoule entre les plaquestectoniques eurasienne et nord-américaine. Il est alors possible de faire du snorkeling au milieu de cette faille et donc de nager entre deux continents. L’eau de la rivière Silfra provient du glacier Langjökull situé environ 30 kilomètres au nord du parc, sur son parcours elle est filtrée pendant plus de 30 ans par les roches volcaniques poreuses.

Au moment de se jeter dans le lac de þingvallavatn, elle est alors d’une pureté exceptionnelle et la visibilité sous l’eau est de plus de 100 mètres. Il est alors possible de contempler les différentes formations géologiques crées par les nombreux tremblements de terres subis par cette zone. L’eau est à tout juste 3°C mais les combinaisons néoprènes sont fournies!

À lire sur FemininBio : Plongée, vers un tourisme responsable et de plus en plus féminin

Alors, envie de tenter l’aventure ? Guide to Iceland, spécialiste de l’Islande, offre une large sélection d’activités et de visites en Islande à réaliser en toutes saisons !

 

 

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Tourisme vert
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte