Expansion de conscience

Le chamanisme peut s'inviter dans notre vie de tous les jours

Publié le 24 août 2018
Alexandra Dechezelle est réflexologue de formation et animatrice en art-thérapie. Elle s'est formée au reiki, à la méditation, au yoga du son et à différentes pratiques chamaniques.
Le chamanisme, pour se connecter avec la nature
Le chamanisme, pour se connecter avec la nature
© Jordan Bauer/unsplash.com

Le chamanisme qui s'est décliné depuis la nuit des temps dans toutes les civilisations, connait un retour en force. Un désir de reconnecter l'humain, la conscience et l'invisible, et le tout qui nous entoure ? Alexandra Dechezelle et Laurence Malè auteures de "L'inspiration chamanique au quotidien" nous expliquent comment l'inviter dans nos vies.

La pratique du chamanisme peut toucher à l’indicible, à l’invisible car elle nous connecte au plus profond de notre être. Partant du postulat que nous ne faisons qu’un avec le tout et que nous sommes inter-reliés, le respect de tout être vivant est indispensable. Dès lors, le sacré se présente à nous sous plusieurs formes. Nul besoin d’être chaman, ni d’avoir une pratique aguerrie dans le domaine. Il suffit juste de laisser la porte ouverte à l’essence sacrée de toute chose.

Exprimer sa conscience au quotidien

Au jour le jour, cela peut se traduire en témoignant de notre appartenance au tout par un acte. Remercier par exemple pour ce que l’on a en se réveillant le matin, allumer une bougie en conscience, lors d’une marche méditative ou encore effectuer un Mandal’âme au bord de l’eau ou pied d’un arbre. Le Mandal’âme est un Mandala fait dans la nature, avec des éléments végétaux et minéraux, du "landart" si vous préférez, réalisé en conscience, de la cueillette à la confection. Tous ces petits gestes de gratitude peuvent symboliser notre lien à l’Univers.

Ce lien se manifeste également lorsque l’on demande une aide lors de passages difficiles de notre existence. Cela revient à attester que nous sommes la manifestation d’une intelligence de vie, mais aussi que nous ne sommes qu’une particule parmi tant d’autres. C’est faire appel aux forces qui nous entourent sur ce chemin, sans prendre tout pour acquis. Se rappeler d’où l’on vient est une urgence de l’être, un appel profond que nous oublions bien souvent.

Bien entendu, effectuer des voyages chamaniques, appeler nos animaux alliés ou guides pour trouver de l’aide sont des témoignages tout aussi forts, mais dans notre quotidien, nous n’avons pas toujours l’envie d’inviter ces pratiques, ou encore elles peuvent ne pas nous correspondre. Tandis que par de petits actes simples, nous pouvons nous connecter à tout instant à l’invisible, à l’âme du monde.

Se connecter au sacré 

Que nous l’appelions Dieu, flux de vie ou essence divine, cette urgence du cœur et de l’âme nous paraît essentielle dans un monde qui exige une constante adaptation, impose une vitesse qui ne nous convient pas forcément. Ralentir pour reprendre notre propre rythme, être à l’écoute de ce qui est dans le silence de notre intérieur, s’avère important pour s’inscrire dans ce flux de vie. Il ne s’agit pas de rester centrés sur nous mais de laisser la magie s’inviter dans notre quotidien.

La créativité peut être une belle porte d’écoute à ce silence, encore une fois, dans cet acte sacré qui tisse le lien à cet invisible. Que ce soit par le biais de la peinture, de la sculpture, du tricot, de la musique, de la danse, ou d’autres formes d’art, l’importance est cette reliance à l’indicible. Les derviches tourneurs ou les interprètes de chants grégoriens l’ont bien compris, ainsi que les peintres qui ont utilisé leur art pour magnifier le divin, tel Michel Ange avec le plafond de la chapelle Sixtine. L’art est notre lien à ce qui nous dépasse, nous transcende.

En ceci, le Mandal’âme est une approche simple, accessibles à tous puisqu’elle ne requiert aucun talent particulier. Effectué en pleine conscience, à la différence des exemples précédents qui sont de tradition chrétienne ou soufi, c’est du chamanisme qu’il s’inspire, car sa pratique nous met en lien avec tous les règnes et les éléments de la Terre-Mère. L’art et la créativité sont de beaux outils d’expression, mais surtout, tel une photographie, l’instantané d’un fragment de nos vies. L’artiste en chacun de nous équilibre le subtil lien entre la vie et la mort, entre la tristesse et la joie, et se connecte à l’invisible autour de nous. L’homme de demain pourra affirmer : Je crée donc je suis !

En conclusion, c’est avec la conviction profonde que tout a une âme que nous abordons la vie sous un angle plus large. Nous sommes tous reliés les uns aux autres et nos différences s’expriment dans la forme et les apparences tandis que le fond, l’essence, reste le même.  L’humain a sans doute un attribut supplémentaire par rapport aux autres espèces : la quête de sens. C’est en partie grâce à elle que nous créons, que nous élaborons des croyances et des rituels et aussi que nous tendons à plus d’harmonie et de complétude. Si l’élan de l’âme se fait sentir, il nous appartient de maintenir la santé spirituelle de notre être par des pratiques simples, celles que nous venons d’évoquer ou d’autres encore. Faire un avec le tout pour lui rendre hommage et trouver sa place dans l’immensité qui nous entoure. Unissons-nous au tout, le tout prendra soin de nous !

Pour en savoir plus, lisez le livre "l'inspiration Chamanique au quotidien" (18€) de Laurence Malè et Alexandra Dechezelle. Alexandra Dechezelle  et Laurence Malé sont également auteures du livre "Mandal'âmes: la créativité éphémère et sacrée" (éditions la source de vie) et . Autre livre d'Alexandra Dechezelle aux éditions la source de vie:  "Contes pour éveiller l'âme". 
Articles de la même rubrique
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !