Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Alimentation durable

Adopter le régime One Health, l'alimentation qui respecte le corps et la planète

Le régime One health, c'est une alimentation durable qui se soucie autant de l'Être humain que de la planète.
Josh Millgate / Unsplash
L'actualité qui fait du bien Nouvelles fraîches
Anne Dufour et Carole Garnier
Par Anne Dufour et Carole Garnier
le 23 février 2021

Adapter son régime alimentaire et ses habitudes de consommation et de production à la nature : c'est possible ! Le concept du régime One health s'intéresse à la santé comme un tout, son but : une seule Terre, une seule santé, "one world, one health".


Partenaire

Cet article est un extrait du livre Le régime One health, d'Anne Dufour et Carole Garnier, aux éditions Leduc. S Pratique, 2021.

La santé de l'Homme, de l'animal et de l'environnement sont intimement liées : adapter son régime à cet écosystème naturel est très sain pour son corps et pour la planète. Découvrez 10 conseils pour débuter votre régime One Health.

Quelles sont les 10 « bases » de l’alimentation One health ?

On peut résumer déjà 10 points cruciaux pour bien commencer (le régime One health, ndlr). Il y en aurait bien plus que cela, puisqu’il faut prendre en compte absolument tout : qualité de l’eau (d’arrosage, de boisson…), des semis, de l’élevage… Mais à notre échelle individuelle, et pour faire nos prochaines courses, que pouvons-nous faire, nous ?

• Base n°1 : se tourner vers une agriculture durable

C’est-à-dire «dont l’impact sur l’environnement est faible ET qui contribue à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, mais aussi à une vie saine pour les générations actuelles et futures» : respect des variétés, du climat, des saisons, des personnes qui travaillent dans la chaîne. Et s’appuyer sur les recommandations de la FAO (Organisation des Nation unies pour l’alimentation et l’agriculture), laquelle estime qu’une agriculture durable dépasse le cadre de la nutrition et de l’environnement, pour intégrer les dimensions économiques et socioculturelles.

>>A lire aussi sur FemininBio : Régime acido-basique : un atout pour l'immunité ?

Parmi ces recommandations :

  • un régime principalement végétal;
  • l’accent sur les aliments locaux et saisonniers;
  • la réduction du gaspillage alimentaire;
  • la consommation de poisson issu uniquement de stocks durables;
  • la réduction de la viande rouge et transformée;
  • la réduction des aliments hautement transformés;
  • la réduction des boissons sucrées.

• Base n°2 : s’habituer à acheter des produits biologiques

Ou au moins raisonnés, si vous n’êtes pas familier avec ces notions. La logique est simple : consommer des végétaux ayant nécessité moins de pesticides et de meilleures pratiques (récolte, stockage…), et des animaux ayant été davantage respectés.

• Base n°3 : préférer systématiquement le local et de saison

Non aux fraises en hiver ! Plus de pommes normandes et moins de mangues thaïlandaises ! La logique est ici multiple : écologique, économique, nutritionnelle, sensorielle, sociale…

• Base n°4 : si vous vous intéressez aux modes de production, mettre au-dessus de tout le respect du sol.

Le sol, c’est la base de toute vie, et cela signifie aussi bien respecter le phytobiome (l’équivalent de notre microbiome intestinal, mais pour la terre) que ne pas jeter n’importe quoi par terre en forêt, sur la plage… Au final, ce petit morceau de plastique «de rien du tout», cette cannette de soda, ne sont rien d’autre que des déchets polluants. Évidemment, la mer aussi doit bénéficier des mêmes attentions : c’est en quelque sorte le «sol liquide» dans lequel vivent les poissons.

• Base n°5 : appuyer davantage son alimentation sur le végétal

Donc, consommer plus de végétaux, moins d’animaux. Ne considérez plus les légumes comme un «accompagnement» sous forme de portion parfois microscopique à côté de la viande qu’ils sont censés sublimer. C’est le contraire : fondez vos apports alimentaires sur les légumes, légumineuses, céréales, fruits, noix, donc pensez d’abord à eux, puis ajoutez votre source protéique. Ça change tout ! Par exemple, ce soir, poêlée de courgettes avec un peu de curry et d’amandes effilées. Et avec ça ? Une tranche de jambon, une escalope de veau, 2 œufs, ou un mélange de riz et de haricots.

• Base n°6 : viande, jambon, charcuterie, œuf, fromage… consommer exclusivement des produits animaux de qualité

Cela implique le respect l’animal à chacune de ses grandes étapes de l’existence – naissance, croissance, interaction sociale avec ses semblables, conditions de vie, reproduction, fin de vie. Mais aussi utiliser moins d’antibiotiques dans les élevages (but : réduire le risque d’antibiorésistance), donc, forcément, de réduire la taille des élevages, etc. Même chose pour les poissons, crustacés, coquillages, tout aussi menacés par l’intervention humaine via la surpêche, certains élevages industriels aux pratiques infernales (saumon, tilapia, crevettes…), les modifications génétiques (huîtres triploïdes)…

• Base n°7 : manger des aliments bruts que vous cuisinez vous-même

C’est vraiment la base ! Pourquoi mettre dans son corps des additifs, des graisses étranges, des produits bizarres qui n’ont rien à voir avec des ingrédients comestibles ?

• Base n°8 : si vous avez des enfants, planifier les repas avec eux, les impliquer dans les courses, la préparation des plats

Leur expliquer l’intérêt des snackings sains comme des noix, des fruits séchés. Leur dire que l’on doit manger seulement quand on a faim, et pas quand on s’ennuie ou qu’on est triste, ou qu’on regarde un film (c’est valable pour vous aussi !). Tout cela évidemment de manière ludique et simple, adaptée à leur âge.

• Base n°9 : moins d’emballages plastiques, plus de vrac, de bocaux…

Observez votre poubelle au retour des courses. Si elle regorge de suremballages, languettes de plastique, fonds cartonnés et autres papier plastique/alu, il y a un problème. Pensez à l’aspect de votre Caddie quand vous rentrez des courses au marché : un simple emballage pour protéger fruits, légumes, fromage… Seuls les produits super-industriels ont besoin de cette débauche d’emballages, de mentions sur étiquettes qui paraissent clignoter, tel du maquillage outrancier, pour attirer le consommateur : couleurs criardes pour rivaliser de présence au milieu de tous les autres bonbons, plats préparés, sauces salade…

• Base n°10 : remplacer la cuisson violente et expéditive

(Cocotte Minute, micro-ondes…) par des méthodes simples et naturelles, respectueuses à la fois de l’environnement, des aliments, de votre ventre, de vos papilles et de votre santé.

Les autrices :

Anne Dufour, journaliste spécialisée en nutrition, est l’auteure de nombreux best-sellers sur la santé et la forme aux éditions Leduc.s, vendus à plus de 4 millions d'exemplaires. Diplômée de la Cooking Academy de Paris et présidente de l’Association Danièle Festy, elle est certifiée maître-praticien en aromathérapie traditionnelle, praticien en aromathérapie cosmétique et en aromacologie par la Fédération française d’aromathérapie. Retrouvez-la sur son blog : Bien dans ma cuisine ; son compte Instagram : anne.dufour

Carole Garnier, est journaliste à Vital Food et Dr. Good ! C’est Bon !, et auteure de nombreux livres de référence sur l’alimentation santé aux éditions Leduc.s, dont Ma bible des superaliments santé.

(©Éditions Leduc.s Pratique)

Le livre :

Cet article est un extrait du livre Le régime One health, d'Anne Dufour et Carole Garnier, aux éditions Leduc. S Pratique, 2021.

Partenaire

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire