Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Phytothérapie

Aloe vera, achillée, argile... Les plantes qui soignent nos maux d'estomac

Plantes contre les ballonnements
Soigner ses maux de ventre avec les plantes : c'est possible !
Olenka Sergienko / Pexels
Un oeil nouveau sur le monde Autre regard

Et si les ballonnements et autres troubles digestifs n'étaient qu'un mauvais souvenir ? Caroline Gayet phytothérapeute et Michel Pierre herboriste, nous dévoile les vertus de 5 plantes pour une bonne digestion et comment les consommer.


Partenaire

Cet article est un extrait du livre Soulagez enfin vos troubles digestifs, de Michel Pierre et Caroline Gayet, aux éditions Leduc.S, 2017.

1. Achillée : l'apaisant du tube digestif

Les sommités fleuries d’Achillée millefeuille, belles fleurs communes en Europe, aiment les terrains secs, sablonneux et en friche.

Bon à savoir : leurs actions antispasmodique et décongestionnante permettent de soulager des douleurs de règles : 2 à 3 tasses de décoction par jour, 5 jours avant la date présumée et les 2 premiers jours des règles.

Utile chaque fois qu’il faudra faciliter le travail du foie, la digestion, régénérant et cicatrisant tous les organes du système digestif, grâce aux sesquiterpènes, aux flavonoïdes et au peu d’essence aromatique qu’elle contient.

Antibactérienne et antifongique, elle ralentit la croissance des bactéries et des champignons grâce à son achilléine et à ses flavonoïdes.

Comment le consommer ?

Décoction : 1 cuillère à soupe de sommités fleuries pour 25cl d’eau froide, porter à ébullition, faire bouillir 2 minutes, retirer du feu, couvrir, laisser infuser 10minutes, puis filtrer. Boire 2 tasses par jour en prévention, et jusqu’à 4 tasses par jour en curatif, entre les repas.

Gélules dosées à 250mg : 2 par jour en prévention, et jusqu’à 6 par jour en curatif, au cours du repas.

Extrait hydroalcoolique : 30 gouttes dans un verre d’eau par jour en prévention, et jusqu’à 90 gouttes par jour en curatif, au cours du repas. B À prendre en cure de 3 semaines, faire une pause de 1semaine, puis reprendre si besoin.

Contre-indications : grossesse, allaitement, enfant de moins de 7 ans, allergie aux Astéracées.

2. Ail : l'antibactérien

La gousse d’Ail, à forte teneur notamment en allicine, fait partie des super-antiseptiques, à la fois utile contre les bactéries, les virus et les champignons. Elle sera indiquée chaque fois que la digestion semble poser problème avec suspicion d’intoxication alimentaire, quand l’hygiène et la fraîcheur des aliments sont mises en doute. Elle sera une alliée plus qu’utile dans la lutte contre les champignons microscopiques, tels que Candida albicans.

Comment le consommer ?

Gélules dosées à 250mg : 2 par jour en prévention, et jusqu’à 6 par jour en curatif, au cours du repas. À prendre en cure de 3 semaines, faire une pause de 1 semaine, puis reprendre si besoin.

Précautions d’emploi : l’ail étant un fluidifiant du sang, arrêter d’en prendre 3 jours avant une opération chirurgicale, et faire attention avec les médicaments anticoagulants, auxquels son effet s’ajoute.

3. Aloe vera (jus et gel): pour drainer et tapisser le tractus digestif

Cette jolie plante verte contient dans ses feuilles un gel clair fortement thérapeutique en usage interne comme externe, et dans ses racines un latex jaune irritant. En usage interne, on utilise les feuilles d’Aloe vera sous forme liquide, à boire en jus ou en gel. Généralement vendu en bouteille de 1litre, à conserver au frais après ouverture.

Comment le consommer ?

Le jus est indiqué lors de cures de remise en forme pour ses propriétés dépuratives, puisqu’il draine l’organisme et en élimine les toxines.

  • Boire 5 à 10cl de jus d’Aloe vera le matin à jeun et 5à 10cl avant le dîner, pendant environ 15 jours (finir le litre), faire une pause d’une semaine, puis reprendre si besoin.

Le gel, de par sa texture, tapisse les parois des conduits et organes par où il passe. Il cicatrise les plaies du tube digestif, depuis la bouche jusqu’à l’anus. Il soulage les ulcères de l’estomac et du duodénum, et les irritations de l’intestin.

  • Boire 5 à 10cl de gel d’Aloe vera le midi et 5à 10cl le soir, avant ou après le repas, pendant environ 15 jours (finir le litre), faire une pause d’une semaine, puis reprendre si besoin.

Le latex contenu dans ses racines, est un puissant laxatif, vite irritant et qu’on utilise sous forme de gélule à prendre sur du court terme, en usage ponctuel.

Gélules dosées à 300mg d’Aloe vera : 1 avant le déjeuner et 1 avant le dîner, en usage à la demande.

Précautions d’emploi : aucune

4. Argile : la bonne à tout faire

Cette poudre minérale est utilisée depuis la nuit des temps. De couleur verte, blanche, mais aussi jaune, rose ou rouge, on trouve aujourd’hui de l’Argile sous forme de poudre, de tube de pâte ou de bandes prêtes à l’emploi, de morceaux concassés, selon l’usage qu’on lui veut (masque, cataplasme…).

A lire sur FemininBio Ventre plat : 10 conseils simples pour éviter les ballonnements

Comment le consommer ?

En usage interne, l’eau d’Argile assainit l’organisme, le détoxine, normalise son équilibre acido-basique, le reminéralise, enraye les brûlures d’estomac et aide à la digestion. En général, on ne boit que l’eau d’Argile.

Préparation : 1cuillère à café rase en bois ou en plastique (pas de métal) d’Argile dans un verre d’eau, bien remuer et laisser reposer toute la nuit. Le matin à jeun, ne boire que l’eau qui surnage (sans remuer). L’Argile reste au fond du verre et on la jette. À prendre en cure de 3 semaines, faire une pause de 1 semaine, puis reprendre si besoin.

Il est aussi possible de boire l’eau argileuse.

Préparation : 1 cuillère à café rase d’Argile dans un verre d’eau, bien remuer, puis boire le tout en cas de diarrhée, afin de resserrer les tissus et de normaliser le transit intestinal. À faire après chaque selle non-moulée, sur la durée des troubles.

Contre-indications : la constipation chronique, avec risque d’occlusion intestinale.

Précautions d’emploi : éviter de prendre de l’Argile en même temps que des médicaments par voie orale, car elle empêche en partie leur action, et en différer la prise de 2 heures.

5. Artichaut : l’ami du foie

L’Artichaut, dont on utilise la feuille, dérive du cardon sauvage, plante du pourtour méditerranéen.

L’Artichaut est la plante du foie par excellence, agissant sur tous les troubles hépatobiliaires. Il stimule la production et l’évacuation de la bile de la vésicule biliaire vers l’intestin, grâce à son principal principe actif, de nature phénolique, la cynarine.

Cette action sur le foie permet de régulariser les taux sanguins de cholestérol, d’urée et d’acide urique, d’assurer une meilleure digestion des graisses alimentaires, et de lutter contre l’artériosclérose. Grâce à sa richesse en inuline, un glucide non digestible, l’Artichaut diminue l’absorption intestinale des sucres alimentaires. L’inuline étant aussi une fibre à effet prébiotique, l’Artichaut nourrit les bactéries probiotiques de la flore intestinale, améliorant ainsi la digestion, le transit intestinal et l’immunité. C’est une bonne plante anti-gueule de bois pour les fêtards et consommateurs d’alcool.

Comment le consommer ?

Décoction : 1 cuillère à soupe de feuilles coupées menues pour 25cl d’eau froide, porter à ébullition, faire bouillir 2 minutes, retirer du feu, couvrir, laisser infuser 10 minutes, puis filtrer. Boire 2 tasses par jour en prévention, et jusqu’à 4 tasses par jour en curatif, 5 minutes avant le repas.

Gélules dosées à 250mg : 2 par jour en prévention, et jusqu’à 6 par jour en curatif, en début de repas.

Extrait hydro-alcoolique : 30 gouttes dans un verre d’eau par jour en prévention, et jusqu’à 90 gouttes par jour en curatif, avant le repas. À prendre en cure de 3 semaines, faire une pause de 1 semaine, puis reprendre si besoin.

Contre-indications : grossesse, allaitement, lithiase biliaire.

Précautions d’emploi : de rares allergies étant possibles, faites-en un usage très léger les premières prises. Ne pas en boire trop (plus de 1 litre par jour), en raison de sa teneur en inuline qui pourrait provoquer ballonnements et/ou flatulences.

A lire sur FemininBio Ballonnements : la peau de mandarine pour soulager le ventre gonflé naturellement

Nos experts :

Caroline Gayet est diététicienne phytothérapeute en exercice libéral, elle a travaillé 10 ans à l’herboristerie du Palais Royal à Paris. Son site : caroline-gayet.com ; Sa chaîne YouTube : Caroline Gayet

Michel Pierre commence sa carrière comme préparateur en pharmacie, il fabrique des préparations magistrales très fréquemment utilisées à l’époque (sirop, pilules, crèmes, suppositoires, ovules, liniments, etc.). En 1970, il achète une des plus anciennes herboristeries de Paris. Ardent défenseur de l’herboristerie, Michel Pierre se bat pour que l’usage des plantes reste enraciné dans nos cultures.

(©Editions Leduc.s)

Le livre :

Soulagez enfin vos troubles digestifs, de Michel Pierre et Caroline Gayet, aux éditions Leduc.S, 2017.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire