Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Interview

Les trois fléaux féminins à dépasser pour sortir de l'invisibilité, rencontre avec Monique Grande

Monique Grande
Monique Grande accompagne les femmes depuis 2001 avec la sortie de son best-seller Féminitude (crédit photo : Sarah Galvan Photographe)
Sarah Galvan Photographe
Un oeil nouveau sur le monde Autre regard
Adèle Gireau
Par Adèle Gireau
le 21 janvier 2021

Depuis près de 20 ans, elle invite à l'exploration des mystères de notre être intérieur. Monique Grande, autrice sur le pouvoir du féminin, revient pour cette rentrée avec un tout nouvel ouvrage, Quand les femmes pensent le monde, paru aux éditions Librinova. Un hymne aux femmes inspirantes et agissantes et un regard éclairé sur les nouvelles impulsions auxquelles les femmes participent aux côtés des hommes. Rencontre.


Partenaire

Ecrivaine et accompagnatrice des femmes dans leur quête professionnelle et personnelle depuis de nombreuses années, Monique Grande sort, en ce début d'année 2021, un livre qui repense la place de la femme dans notre société. Les schémas classiques se bousculent et laissent place aux projets lumineux portés par le féminin. Rencontre avec Monique Grande à l'occasion de la sortie de Quand les femmes pensent le monde (ed. Librinova).

FemininBio : Ce livre a t-il été pensé avant la crise que nous connaissons ?

Monique Grande : Non, j’ai écrit ce livre en plein milieu de la crise. J’étais en voyage en Allemagne en septembre dernier et je suis arrivée à l’aéroport de Hanovre comme on débarque en plein désert. L’aéroport était vide et c’est surtout les brasseries qui m’ont le plus choquée car elles semblaient s’être figées sur place comme lors d’un cataclysme, avec des chaises en vrac, des menus du jour encore inscrits sur les ardoises…tout ça au milieu d’un silence presque sinistre. Une fois arrivée à l’hôtel, j’ai allumé le poste de télévision et j’ai écouté en boucle cette grande majorité d’hommes qui exposaient leurs savoirs et leurs avertissements. Je me suis allongée sur le lit tout en me disant : nous avons un sérieux problème sur cette planète! Aucune femme ne prend la parole ou si peu! Pourquoi? Où sont les femmes?

A quelle question souhaitiez-vous répondre en écrivant ce livre ?

J’ai voulu aborder la question de l’invisibilité des femmes. Ce sujet m’interpelle depuis que j’accompagne les femmes dans des cercles de paroles. J’ai entendu leur plainte, leur frustration et j’ai aussi identifié leur manque d’affirmation et leur manque de confiance en elle. Ce qui me saute le plus aux yeux encore aujourd’hui, c’est la manière dont elles se conforment.

L’invisibilité des femmes, le fait que la planète se prive d’une moitié de l’humanité dans les sphères décisionnelles est due pour moi à trois tendances fortes : le besoin de plaire, l’obéissance aux codes en vogue et l’attente de reconnaissance. Ce sont trois fléaux féminins bien cachés derrière l’émancipation à laquelle nous aspirons toutes. Chez les hommes aussi le modèle viril de l’homme fort pèse sur leurs épaules. Mais cela ne les rend pas invisibles aux yeux du monde, au contraire, toutes les sphères de la société leur sont ouvertes.

Un chapitre de votre livre s'intitule "Elles humanisent le monde". A quoi devons-nous cette humanité ? Cette empathie ?

Derrière les questions de genre se cachent de nombreux stéréotypes comme par exemple l’homme est fort et la femme est sensible. Ce qui peut devenir l’homme est dur, seule la femme est capable d’humanité. C’est une manière réductrice de regarder la question de la sensibilité, de l’empathie et de l’écoute. Hommes et femmes, nous possédons tous des sens nous permettant d’être réceptifs au monde extérieur et des cœurs capables de se laisser toucher. La société libérale, issue d’une pensée masculine conquérante, montre les limites d’une course au profit au détriment de l’humain. C’est là que se cache la blessure du féminin, la détérioration des écosystèmes, le fait de nier la nature qui nous entoure et de nous éloigner de notre propre nature sensible. Ce qui induit en nous tous, que nous soyons homme ou femme, un sentiment de séparation. Avec la crise sanitaire, ce sentiment semble avoir basculé dans la désolation.

La société contemporaine a séparé les métiers, les lieux d’expression, les lieux de décision en catégorisant ce qui prévaut pour les hommes et ce qui reste pour les femmes. Or les neuroscientifiques nous le disent haut et fort, à notre naissance, nos cerveaux d’homme et de femme sont identiques. C’est l’éducation qui conditionne et sclérose. Les idées toutes faites créent de la désunion. C’est tellement facile en tant qu’homme d’attribuer aux femmes la sensibilité alors que nous avons du mal à l’écouter en nous, c’est facile en tant que femme de dire aux hommes qu’ils prennent trop de place alors que nous tremblons à l’idée d’affirmer nos valeurs. Mais c’est dangereux, et pendant ce temps, le monde demeure orphelin du féminin.

Oui les femmes vivent l’expérience de la maternité, de la mise au monde, du maternage, du soin de l’enfant. Elles traversent aussi les douleurs, les apprentissages, les forces et les fragilités de leur corps de femme. Ceci valide effectivement le fait qu’elles puissent être plus facilement à l’écoute et plus facilement aptes à être attentives à l’autre.

Au début de votre livre, vous dites que certaines femmes "rêvent d'être admises dans le monde des hommes". Peut-on parler également de "monde des femmes" aujourd'hui ?

Je me méfie beaucoup de cette manière de regarder le monde séparé en deux, d’un côté le monde des hommes et de l’autre le monde des femmes, ou l’inverse d’ailleurs. Je vois deux tendances actuelles. Les cercles de paroles de femmes peuvent avoir tendance à tisser des paradis féminins, des instants bien-être qui au bout du compte ne favorisent guère l’émancipation des femmes en terme d’affirmation, d’estime et de créativité. Certains cercles d’hommes, par exemple dans les affaires, semblent perdurer. Ce sont souvent des cercles privés où certains privilèges se perpétuent. Ce serait bien d’inventer des cercles mixtes où les hommes et les femmes réfléchissent ensemble à comment recréer une société nouvelle. C’est cette l’alliance qu’il serait bon de développer. De nombreux collectifs prennent forme aujourd’hui et on peut se réjouir des voies de réflexion et d’action qu’ils initient.

Nous parlons souvent d'entreprenariat au féminin sur FemininBio. Pensez-vous que ce modèle puisse perdurer dans le temps ?

La particularité des cercles de paroles de femmes réside dans le fait d’opérer le sevrage du besoin de plaire, de se conformer et d’être reconnue. Ce sevrage ouvre la route de la liberté intérieure. C’est une sorte de désintoxication des rôles que nous endossons de manière tellement inconsciente. Cette désensibilisation implique que de se retrouver entre femmes et de revenir vers soi. Mais le stade d’après, la voie urgente, c’est le collectif et la co-création. Et pour nous les femmes, c’est le temps de l’engagement, le temps des responsabilités, de la conscience accrue du rôle que nous avons à jouer. Mais sans endosser notre armure de guerrière, sans devenir des amazones.

Les deux genres existent sur notre planète, le féminin et le masculin. Je doute que monde des femmes, seules et isolées, puissent apporter un quelconque changement. Nous voyons actuellement les limites d’une élite dirigeante, en majorité masculine, où le concept même de parité conduit à des impasses parce qu’il passe par des lois avant d’être intégré en soi. Les femmes n’ont pas intégré le concept de parité en elles, leurs limitations existent encore à l’intérieur même de leur psyché, elles parasitent leurs rêves et leurs projets. L’inclusion des femmes dans la société ne peut venir que des femmes elles-mêmes en réconciliant leur part masculine et leur force douce.

Donc oui pour le mixte, oui pour le co-engagement, oui pour le mariage des idées. J’aime l’image d’un podium où l’homme et la femme se tiendraient tous deux en majesté, sur des marches placées au même niveau, réconciliés d’abord avec eux-mêmes et avec les personnes de l’autre sexe. Cette image me fait penser à la fin de certains contes de fée où le roi et la reine trônent et œuvrent pour leur royaume. Ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants! Romantique utopie? Et pourquoi pas? Alors même que la société semble courir vers sa folie, rêver d’un monde réunifié est une pensée qui fait du bien. Il ne tient qu’à nous de l’incarner.

L'experte

Coach de femmes et Prescriptrice du Test de motivation Profil'INC à l’Institut de Neurocognitivisme, Monique Grande est aussi l’auteur du Best-seller Féminitude (Ed. Souffle d’Or) et de nombreux livres et jeux de développement personnel: Les Portes du Féminin (Ed. Le Courrier du Livre), J’ose être la femme que je suis (Ed. Leduc).

Avec ses 30 ans d’expérience de l’accompagnement des femmes et l’audace qui la caractérise, l’auteur montre les chemins à emprunter pour sortir d'une créativité trop conditionnée par la pensée masculine. Elle dévoile dans ses ouvrages et ses accompagnements un regard éclairé sur les nouvelles impulsions auxquelles les femmes participent aux côtés des hommes.

En savoir plus:

Son site : feminitude.fr

La boutique : boutique.feminitude.fr/

Son Facebook : Feminintude L'art-d'accompagner-les-Femmes

Le livre

Quand les femmes pensent le Monde - Monique Grande
(©Editions Librinova)

Quand les femmes pensent le monde (ed Librinova).

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire