Santé

Comprendre qu'il n'y a pas qu'une façon d'équilibrer son alimentation

Publié le 26 février 2019
Diététicienne, psychonutritionniste (adepte du "je mange donc je suis" et "je suis ce que je mange"), coach en nutrition et maman.
"Libérez-vous du "bien-faire", donc de toutes les règles diététiques auxquelles vous devriez vous adapter"
"Libérez-vous du "bien-faire", donc de toutes les règles diététiques auxquelles vous devriez vous adapter"
© S O C I A L . C U T / Unsplash

Partout on nous assène qu'il faut manger équilibré. D'accord, mais ça veut dire quoi ? Posez la question autour de vous, et vous obtiendrez autant de définitions que de personnes interrogées ! Le scoop : il n'existe pas de vérité absolue concernant l'équilibre alimentaire, à chacune de trouver le sien. Pas simple ? Suivez-moi !

Cet article a été publié dans le magazine FemininBio #20 décembre 2018- janvier 2019

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

 

 

 

Une idée reçue bien incrustée dans l'inconscient collectif consiste à penser que pour bien faire il faudrait manger équilibré à chaque repas. Or, l'équilibre alimentaire se joue sur une semaine voire dix jours. Cette flexibilité, nous la devons à notre corps, qui est une belle machine capable de s'adapter aux aléas de la vie : occasions diverses et variées type invitations, vacances, déplacements professionnels, etc.

>> A lire sur FemininBio : Mincir zen, la bienveillance avant tout

En théorie, il est recommandé de manger des fruits tous les jours, surtout en période hivernale, afin de booster le système immunitaire et d'apporter les fibres, vitamines et minéraux dont le corps a besoin. En pratique, si un jour vous n'en mangez pas et que le lendemain vous en mangez 3 voire 4, tout va bien, votre corps s'adapte !

L'équilibre, c'est la variété

Voici une autre croyance bien ancrée. Grosse pression pour les accros aux pâtes ou les consommateurs d'un seul fruit ou légume qui culpabilisent, pensant ne jamais atteindre un jour le graal de l'alimentation équilibrée. Qu'ils se rassurent : leur stress alimentaire est plus néfaste pour leur santé que le fait d'avoir une palette alimentaire réduite !

Un équilibre menacé

Existe-t-il des aliments qui risquent de déséquilibrer votre alimentation ? Non, mille fois non ! Tous les aliments font partie d'une alimentation équilibrée. Ce n'est pas parce que vous vous êtes accordé un goûter plaisir avec quelques biscuits ou un morceau de fromage un jour que votre alimentation est déséquilibrée.

>> A lire sur FemininBio : Manger en pleine conscience, un plaisir pour les sens

La culpabilité, c'est la porte ouverte à l'excès qui, lui, est à l'origine du déséquilibre ! À partir du moment où la quantité est bien gérée et que vous vous faites 100 % plaisir, tout va bien ! Il convient également de tenir compte de la régularité de votre consommation d'aliments gras et sucrés : manger des frites une fois par semaine parce que vous en avez vraiment envie n'a pas le même impact sur votre corps que si vous en mangiez tous les jours...

Un équilibre à long terme

Pourquoi est-ce alors si difficile d'atteindre un "équilibre alimentaire" durable ? Parce que vous vous mettez trop la pression avec ce satané équilibre alimentaire ! Si votre définition est trop rigide, votre alimentation peut dévier vers le mode régime. Résultat : des contraintes et des efforts qui auront vite raison de votre motivation à bien manger sur la durée.

>> A lire sur FemininBio : Stop régimes : la vraie solution pour être bien dans ma peau

J'ai une bonne nouvelle pour vous : la voie de l'équilibre est un chemin doux, agréable, puisqu'il est censé vous mener au bien-être. Allez, prenez votre courage à deux mains et déposez les armes. Libérez-vous du "bien-faire", donc de toutes les règles diététiques auxquelles vous devriez vous adapter, et accueillez le "bien-être", basé sur l'écoute de vos besoins (faim, satiété), adaptés au moment présent.

Ce point a son importance : manger, c'est prendre du temps

C'est prendre soin de soi et de son corps. La pleine présence à votre assiette vous permettra de passer du mode "j'engloutis" au mode "je déguste", beaucoup plus efficace pour la bonne gestion des quantités. De plus, l'équilibre est en mouvement, tout comme votre corps, qui est unique. Ce qui est vrai pour les uns ne convient pas forcément aux autres.

Quel carburant choisir ?

Pas facile de faire son choix parmi toutes les recommandations nutritionnelles qui se contredisent bien souvent. Alors autant faire simple : basez-vous sur les besoins de votre corps. Donnée incontestable : il a par exemple besoin d'énergie pour vous maintenir en forme tout l'après-midi.

>> A lire sur FemininBio : Que doit-on manger au petit-déjeuner ?

Je vous propose donc une petite expérience (là c'est du pratique, du concret) : remplacez les légumes par une belle assiette de féculents ou céréales pour votre prochain déjeuner. Puis soyez attentive à vos sensations jusqu'au soir. La récompense : moins de fringales et de craquages en fin de journée et, surtout, plus de tonus et d'énergie jusqu'au dîner !

À l'écoute de votre faim...

La faim est un signal que votre corps vous envoie pour vous dire qu'il a besoin de carburant. Pour information, le coup de pompe de fin de matinée, c'est une hypoglycémie, donc une petite collation est la bienvenue. Un fruit et/ou une poignée d'amandes.

Pour ce qui est des quantités, c'est la faim qui guide vos besoins. D'où l'importance de vous poser ces questions ô combien simples et complexes à la fois avant de manger : "Comment je me sens ? Ai-je faim, très faim, pas très faim ?". Ainsi vous pourrez ajuster le contenu de votre assiette à votre niveau de faim.

... et de vos émotions

Autre facteur qui a son importance dans cette histoire : votre état émotionnel. La journée a été maussade : stress au travail, météo pluvieuse, léger mal de gorge, fatigue... vous avez surement besoin de vous réconforter. Dans ce cas-là, accordez-vous un aliment plaisir. Vous l'avez bien mérité et, surtout, zéro culpabilité, sans quoi vous risquez d'être dans l'excès (donc double peine).

Le mariage de la gourmandise et de l'équilibre

Oubliez la croyance limitante selon laquelle gourmandise et équilibre ne pourraient pas cohabiter harmonieusement. La base d'une alimentation équilibrée, c'est le plaisir. La frustration entraîne la compulsion, donc le déséquilibre.

>> A lire sur FemininBio : Pour une grossesse épanouie : mangez savoureux et équilibré !

Préparez-vous des plats plaisir à chaque repas et vous verrez que vous aurez moins envie de grignoter dans l'après-midi. Si votre réservoir plaisir n'est pas rempli à 100 %, vous craquerez sur des aliments plaisir plus tard pour compenser.

Être à l'écoute de son corps et de ses besoins

Manger est un moment essentiel et pose la question fondamentale du lien entre le corps et l'esprit. Être à l'écoute de son corps et de ses besoins (= besoins physiologiques) mais également de son plaisir (= besoins émotionnels) est une des principales clés ouvrant la porte à l'équilibre.

Débranchez le pilote automatique, cessez de chercher des solutions à l'extérieur et identifiez vos vrais besoins à chaque repas. Expérimentez et trouvez votre propre potion magique, qui vous guidera vers un bien-être alimentaire durable. Et que la force soit avec vous !

Découvrez le site de Florence, diététicienne à Toulouse.

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Bien-être au naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte