Médecines douces

Une enquête révèle les thérapies naturelles les plus plébiscitées par les français

Publié le 8 octobre 2018 - Mis à jour le 15 octobre 2018
Les sondés se tournent vers les médecines douces pour un meilleur équilibre
Les sondés se tournent vers les médecines douces pour un meilleur équilibre
© Toa Heftiba / Unsplash

Acupuncture, homéopathie ou osthéopathie, les français sont nombreux à faire confiance aux médecines dites "douces" qui proposent une approche globale du corps. Une étude révèlent les approches préférées des inconditionnels de ces solutions holistiques.

Bonne nouvelle, les médecines douces sont sur le devant de la scène grâce au récent sondage* du site Thérapeutes.com. Les patients y expliquent leurs démarches et leurs préférences en termes de thérapies naturelles.

Panorama des médecines naturelles les plus plébiscitées

Dans le top 3 des thérapies douces on trouve l’osthéopathie, l’homéopathie et l’acupuncture. Considérées comme les plus efficaces par le panel de personnes interrogées, elles allient la manipulation corporelle aux vertus de principes actifs végétaux afin de soulager les douleurs. 
Les méthodes de traitement à base de plantes et de minéraux comme  l’aromathérapie, la naturopathie et la phytothérapie, ont presque autant de succès. La célèbre hypnose qui dialogue avec l’inconscient est plébiscitée par certains initiés, au côté de méthodes de relaxation telles que la réflexologie ou la sophrologie, et de sagesses venues d’ailleurs : l’ayurveda indien, le shiatsu japonais ou le qi gong chinois.
Enfin, si vous ne connaissez pas la discrète auriculothérapie, la réflexologie des oreilles, ou la chiropraxie, une forme d’homéopathie, c’est le moment de les découvrir à travers le témoignage de leurs adeptes.

Médecines douces pour effets probants 

Le terme « médecine douce »  évoque une thérapie lente, et une guérison lointaine. Mais ce qui est doux pour le corps n’en est pas moins actif lorsqu’il s’agit de remédier à ses failles et à ses instabilités. Dans la plupart des cas, une ou deux scéances suffisent à générer des effets positifs chez les malades interrogés, selon l'enquête menée par Therapeutes.com.  La majorité d’entre eux ne consultent donc que deux ou trois fois par an.

Considérer l’être dans sa globalité

Les sondés se tournent avant tout vers les médecines douces en quête d’un meilleur équilibre, en prévention de maladies ou pour atténuer des douleurs. Les thérapies naturelles soulagent aussi certains troubles psychologiques ou spirituels, comme l’anxiété ou le manque de confiance en soi. Gardiens de  l’harmonie entre le corps et l’énergie qui l’anime, les thérapeutes alternatifs s’aventurent sur des terrains non explorés par les médecins reconnus.

Au-delà de la médecine conventionnelle

67% des adeptes interrogés  ne sont pas satisfaits de la médecine dite "classique" par son approche symptomatique. En cause : les médicaments chimiques qui s’avérent nocifs lorsqu’ils sont prescrits à outrance, mais aussi le silence de la science face à une souffrance non-localisée lorsqu'elle touche l’être dans son ensemble.

Ces insuffisances du système de soin ne sont pas reconnues par le monde scientifique qui continue à marginaliser les médecines alternatives. Non remboursées par la sécurité sociale, les thérapies naturelles restent inaccessibles à beaucoup de patients potentiels, même si, pour la majorité des amateurs, le bénéfice de ces traitements reste plus élevé que le prix à payer.

Therapeutes.com a interrogé 1247 personnes, 83% de femmes, la plupart âgé(e)s de moins de 25 ans ou issu(e)s de la tranche d’âge des 55-65 ans, entre le 1er Juillet 2018 et le 30 Aout 2018.

Je m'abonne au bimestriel FemininBio magazine en version papier, ou en version pdf à partir de 15€ par an

 

Articles du thème Aromathérapie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte