Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Santé

Huiles essentielles, alimentation, acupuncture... Nos conseils naturels et efficaces contre le mal de mer

Claire Boubert
Par Claire Boubert
Publié le 19 juillet 2022

N'a pas le pied marin qui veut ! Nausées, vertiges, apathie, sensation de froid... Si vous êtes victimes de ces symptôme lors d’une balade en bateau, alors vous souffrez certainement du mal de mer. Les cas sont nombreux, et rassurez-vous, vous n’avez pas forcément besoin d’un traitement médicamenteux pour en venir à bout. FemininBio vous propose quelques solutions naturelles pour le combattre.


Partenaire

Les mouvements du bateau perturbent les informations transmises au centre de l'équilibre, situé dans l'oreille interne. Certains s'y habituent facilement. D'autres, en revanche, ont plus de difficultés à supporter la houle. Ce risque augmente par mauvais temps et diffère si la personne se trouve sur un paquebot ou sur un petite embarcation. Comme pour le mal des transports, ce sont les jeunes enfants qui sont les plus touchés, suivi des femmes et des personnes âgées.

Les symptômes du mal de mer

Les symptômes du mal de mer sont les mêmes que ceux du mal des transports en général. A savoir :

  • Un état nauséeux, associé à une légère somnolence et à une sensation d'inconfort dans la partie haute du ventre.
  • D'autres symptômes apparaissent dans un second temps, comme une pâleur, des sueurs froides, une hypersalivation des vomissements, des maux de têtes et de la fatigue.

Comment prévenir le mal de mer ?

Le mal de mer est dû à un conflit entre nos sens, à cause des mouvements contradictoires du corps et de la mer. Le cerveau n’arrive pas à traiter les informations transmises à l’oreille interne et aux yeux, d’où les sensations de vertige et les nausées.

  • Bien dormir avant le voyage et vous habiller en prévision de la traversée. Le manque de sommeil et l'excès de froid ou de chaud amplifient les symptômes ;
  • Manger léger avant d'embarquer, car il est préférable d'avoir l'estomac partiellement rempli en cas de vomissements et évitez l'alcool et le tabac qui pourraient aggraver les choses. Optez pour quelque chose qui porte bien comme une banane, une pomme, des biscuits secs... Remplir l’estomac limite les mouvements responsables des haut-le-cœur. Le sucre peut atténuer le malaise. ;
  • Rester calme car l'anxiété augmente le mal de mer. Prévoyez d'arriver en avance pour ne pas vous stresser. Une fois sur le bateau, relaxez-vous en respirant calmement et profondément ;
  • Prendre l'air sur le pont autant que possible ;
  • Regarder vers l’horizon. Si vous êtes sensible au mal de mer, ne lisez pas, ne jouez pas sur votre smartphone ou tablette et évitez de regarder les mouvements du bateau ou son sillage, pour maintenir un bon équilibre, l’idéal est de se poster debout, jambes bien écartées ;
  • Limiter la sensation de mouvement : trouvez vous une place confortable et maintenez votre tête.

A lire également : Mal des transports : comment faire bonne route avec ses enfants ?

Du pain trempé de lait avant l'embarcation

C'est un remède souvent indiqué lorsque la nausée est provoquée par des médicaments. Le lait tapisse les parois de l’estomac tandis que le pain absorbe les excès d’acidité. C’est également un excellent moyen de se remplir le ventre avant d’embarquer (tout comme la banane et les pommes vertes contre les aigreurs) et cela prévient et soulage le mal de mer.

Pour éviter d'avoir l'estomac vide avant d'embarquer, faites chauffer 20 cl de lait, sans le faire bouillir. Versez dans une assiette creuse. Emiettez une tranche de pain que vous aurez légèrement beurrée. Mangez doucement en prenant le temps de bien mâcher.

Le gingembre

Le gingembre est aussi efficace pour prévenir et arrêter les nausées et les vomissements que d’autres médicaments antiémétiques. Deux de ses composants, les gingérols et les shogaols, agissent sur la muqueuse de l’estomac pour réduire ses mouvements et calmer les haut-le-cœur. En favorisant la production d’enzymes digestives, il aide à neutraliser l’acidité gastrique. De plus, ses phénols apaisent l’estomac. Une tisane à base de tranches de gingembre frais additionnée d’un peu de miel peut être bue une trentaine de minutes avant d’embarquer en prévision du mal de mer.

L’huile essentielle de citron pour se détendre

L’huile essentielle de citron calme le système nerveux, qui gère les nausées, et elle diminue les mouvements de l’appareil digestif. En émulsifiant le contenu de l’estomac, elle augmente son volume et limite les contractions qui entraînent les haut-le-cœur et vomissements. L’huile essentielle de citron présente moins de contre-indications que celle de menthe poivrée, recommandée, elle aussi, contre le mal de mer. Autre avantage : son odeur agréable, qui n’écœure pas.

Verser 1 à 2 gouttes sur un mouchoir, à respirer dès que le besoin s’en fait sentir, ou déposer 1 goutte sur un sucre à sucer, à renouveler trois à quatre fois pendant le voyage. Attention, par voie orale, l’huile essentielle de citron est contre-indiquée chez la femme enceinte ou qui allaite et chez l’enfant de moins de moins de sept ans. Au-delà de cet âge, donner 1 à 2 gouttes par jour maximum.

L'huile essentielle de menthe poivrée

La menthe poivrée peut également avoir des effets calmants sur l’estomac. Vous pouvez en frotter deux gouttes sur votre poignet, ce geste permettra de faire deux choses : respirer son odeur ou en tamponner ensuite sur votre cou pour calmer l’envie de vomir.

Avec un doigt propre ou un coton-tige, vous pouvez aussi appliquer de l’alcool de menthe sur vos gencives en effectuant des gestes doux pour ne pas les irriter. Pensez également à emporter des pastilles à la menthe de préférence sans sucres.

Stimuler un point d’acupuncture

Le point d’acupuncture P6 empêche les reflux au niveau de l’estomac, calmant ainsi les nausées et les vomissements. Il est situé à trois travers (largeurs) de doigts (index, majeur et annulaire de la personne concernée) du pli du poignet vers le coude, entre les deux tendons de la face interne de l’avant-bras (côté paume de main).

  • Masser ce point en mouvements circulaires avec l’ongle et le bout du doigt pendant cinq minutes, en se calant sur la respiration et en appuyant sur l’expiration.
  • Recommencer régulièrement.

Il existe aussi dans le commerce des bracelets dotés d’une petite bille qui appuie sur ce point.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire