Santé

Les routines saisonnières selon l'ayurvéda

Publié le 17 mars 2018
Nathalie Ferron
Nathalie Ferron est journaliste santé/bien-être pour de nombreux magazines. Passionnée par les médecines douces et la méditation, elle a déjà écrit Transformer sa vie par la méditation (Presses du Châtelet).

Fabien Correch
Fabien Correch, praticien français, dispense ses soins ayurvédiques en cabinet à Paris, Nancy et le sud-ouest depuis une quinzaine d’années. Il a reçu une formation approfondie en ayurvéda. Diplômé de l’institut Européen des Études Védiques, il est certifié praticien d’ayurvéda spécialisé en panchakarma et a suivi une formation au Nisarga-Gram Institut à Pune (Inde).
© Pixabay

Printemps, été, automne et hiver : retrouvez les routines saisonnières selon l'ayurvéda, (ritucharya).

Les effets naturels du climat influencent nos Doshas. Lorsque la météo présente une dominante Pitta, tout ce qui est « feu » en nous va être influencé par un excédent de Pitta. Nous aurons envie de manger cru, de nous mettre à l’ombre pour contrebalancer la chaleur. Au bord de la mer, par exemple, le vent souvent présent apporte un excédent de Vata. Nous serons donc amenés à lutter contre les effets d’un excédent de Vata.

>> Pour tout savoir sur l'Ayurvéda, découvrez notre hors-série spécial ayurvéda.

Au printemps
La hausse progressive des températures entraîne une accumulation de Kapha dans le corps, un besoin de manger davantage. Cette saison est une période pendant laquelle nous pouvons connaître plus facilement un déséquilibre Kapha. Nous serons plus sensibles aux rhumes, à des problèmes de sinus ou d’allergies. Ce n’est pas tant le phénomène allergique qui est en cause mais la liquéfaction du Kapha accumulée pendant l’hiver qui veut sortir. Le fait d’avoir un rhume, sans aggravation, est plutôt salvateur : cela fait sortir le mauvais Kapha.

L’arrivée du printemps ne se passe pas de façon tranchée à la fin de l’hiver, les variations de températures amènent tantôt une mobilité du Kapha vers les voies d’évacuation dans les périodes d’échauffement, tantôt le Kapha se fige par les effets de refroidissement des températures.

Au printemps, nous ferons donc plus facilement des gargarismes pour nettoyer la gorge avec des décoctions de clous de girofle qui ont des propriétés antiseptiques. Au niveau du régime alimentaire, il est souhaitable de supprimer les légumes trop lourds (citrouilles, légumes secs, haricots…) que nous sommes plus à même de consommer l’hiver. Nous miserons davantage sur les pousses (épinards, pissenlits… qui sont des antidotes à l’effet Kapha). Nous changerons doucement d’alimentation avec les fruits et légumes de saison.

En été 
Le soleil et la chaleur apportent un excédent de Pitta. Pour éviter ces excès dans le corps, surtout si l’on a des pathologies (peau facilement irritée, acidité dans le corps) nous serons attirés par ce qui est rafraîchissant (concombres, légumes, jus de fruits qui contrebalancent les effets de Pitta…). Nous éviterons ce qui augmente la chaleur dans le corps (piment, poivre, sel, clous de girofle, gingembre sec et autres épices). Pour amener un peu de fraîcheur, pensez à ajouter un peu de gingembre frais dans les jus de légumes ou de fruits. Parmi les aromates qui rafraîchissent, privilégiez la coriandre, le sempal et le basilic, soit sous forme de condiments, soit sous forme d’épices pour contrebalancer les effets de la chaleur. Évitez également les excitants qui échauffent comme le café et le thé car ces boissons ne feront qu’aggraver Pitta.

La saison estivale est une période de l’année où nous pouvons apporter un peu plus d’aliments de saveur sucrée à l’organisme afin qu’il puisse se régénérer facilement. La nature est d’ailleurs bien faite car nous consommons plus facilement les fruits pendant l’été. Les glaces ne sont pas conseillées car elles entraînent trop de contrastes thermiques au niveau des intestins. Manger une glace lorsqu’il fait trop chaud, c’est un peu comme sortir en petite tenue en plein hiver ! Les boissons trop froides et la nourriture glacée sont également à déconseiller. En cas de fragilité intestinale, cela peut entraîner des diarrhées. Pour se rafraîchir, boire frais est une solution mais le simple fait de se placer dans une pièce rafraîchissante apportera le même effet. Évitez aussi de boire trop chaud car cela ferait du tort aux intestins.

À l’automne
L’automne est une période pendant laquelle nous pouvons connaître encore des excédents de Pitta dans le corps. Les températures ont diminué mais le corps reste encore soumis à des effets Pitta. Les variations de température, les courants d’air amènent des contrariétés dans l’organisme. Progressivement, l’influence Vata augmente avec la baisse des températures. Cela peut apporter des effets de contradictions dans le corps. Irritations, sécheresse cutanée, démangeaisons et toux peuvent alors se manifester. Au niveau alimentaire, nous pouvons conserver une nourriture légère contenant un peu de sucre au début, pour passer doucement vers un refroidissement des températures. Ainsi, nous aurons ensuite davantage envie de manger des légumes et des céréales chaudes. Nous glisserons finalement vers l’hiver, saison Kapha par excellence. C’est le moment de faire travailler le foie avec des cures de raisin ou de radis noir. Pensez aussi à tonifier le corps avec des baies de Goji pour préparer l’organisme à la rigueur de l’hiver.

En hiver
L’hiver est une saison Kapha qui comprend des périodes Vata lorsque les températures sont trop basses et qu’il gèle… Nous lutterons contre cet aspect du froid en mangeant et en buvant chaud.

Nous avons besoin d’aliments caloriques et consistants pour lutter contre le froid. Attiré par le huileux et le gras, notre organisme a besoin de bonnes graisses en cette période. Avant de rentrer pleinement dans le froid sec et éviter le desséchement de la peau, les lèvres gercées et autres conséquences des températures basses sur l’organisme, il est conseillé de consommer plus de Ghee et d’aliments huileux pour éviter ces désagréments. Au niveau alimentaire, n’hésitez pas à consommer du gingembre sec pour donner un coup de chaud à l’organisme. En hiver, nous trouvons généralement des aliments plus lourds avec des saveurs douces (potiron, potimarron, citrouille…) qui conviennent bien à notre organisme.

Cet extrait est tiré du livre Le grand livre de l'ayurvéda santé-détox, de Nathalie Ferron et Fabien Correch, éditions Leducs.


18 euros.

Articles de la même rubrique
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte