Enfant hyperactif

Comment aider votre enfant hyperactif par des solutions naturelles

Publié le 30 août 2017 - Mis à jour le 8 septembre 2017
Dermatologue, ancien Chef de Clinique en Endocrinologie-Nutrition, le docteur Paul Dupont est l'auteur de nombreux ouvrages en relation avec une approche scientifique et documentée de la Médecine Naturelle.
© Istock

Beaucoup de parents se retrouvent désemparés devant l'hyperactivité de leur progéniture. Il existe pourtant des solutions naturelles pour en atténuer les symptômes.

Il faut savoir tout d’abord que ce trouble est de plus en plus fréquent puisqu’il touche pratiquement 5 % des enfants. Il ne doit pas être confondu avec une simple tendance à la turbulence ou à l’agitation. Certains enfants sont également capricieux et cela n’a rien à voir avec l'hyperactivité.

Le syndrome d’hyperactivité est surtout caractérisé par un déficit de l’attention et de la concentration. Il n’y a d’ailleurs pas toujours d’agitation physique, notamment chez la fille.

Il associe trois symptômes :
Un déficit d’attention : l’enfant n’arrive pas fixer ce qu’on lui dit. Ce manque d’attention induit une difficulté d’apprentissage. Par exemple il a du mal à comprendre le sens des consignes et à les mémoriser. Et de ce fait il ne respecte pas les interdits.
Une tendance à l’impulsivité : marquée non seulement par de l’impatience, mais aussi par un comportement parfois incohérent, l’enfant réagit de manière brusque et imprévisible voire même agressive.
L’hyperactivité : elle n’est que la conséquence du manque d’attention décrit ci-dessus. L’enfant a du mal à rester au repos. Il bouge sans cesse, touche-à-tout, il ne peut pas correctement organiser ses activités et peine à s’engager dans un travail qui demande une attention soutenue : comme les devoirs scolaires, l’apprentissage, les travaux ménagers.

Quels sont les causes de l’hyperactivité :
Certains ont suspecté une possible intoxication par les métaux lourds, plomb et mercure, ou encore par le fluor. Car ce dernier, en entrant en compétition avec l’iode, pourrait perturber le fonctionnement des cellules cérébrales. On sait en effet que l’iode intervient dans l’idéation et le bon fonctionnement du cerveau. L’intoxication par l’aluminium a aussi été évoquée.

Parmi les autres polluants il y a les nanoparticules de diesel, le tabac, l’ensemble de la pollution urbaine. Ils provoquent une oxydation et diminuent  l’oxygénation et le fonctionnement du cerveau.

Enfin, il y a certainement des carences puisque, comme nous allons le voir ci-dessous, certains compléments alimentaires peuvent parfaitement résoudre le problème, notamment les vitamines B naturelles et certains acides aminés utilisés par le cerveau.

Ainsi, plutôt que d’avoir recours à des calmants, il vaut mieux dans un premier temps compenser les carences et apporter à l’organisme ce dont il a besoin pour lutter contre l’oxydation et pour oxygéner le cerveau.

Le soin naturel  le  plus efficace actuellement consiste en une supplémentation par des micro-algues vertes dont voici le protocole :
-Oemine Klamath 1000 , 1 à 3 gélules par jour selon l’âge. Cette algue se révèle immédiatement active chez les enfants hyperactifs. Avec une nette amélioration à la fois des troubles de l’attention et de la concentration. Elle apporte en effet au cerveau les précurseurs de la phényléthylamine, une molécule psychoactive qui favorise l’apaisement et la sensation de bien-être.

-Oemine Mémo, 2 gélules par jour. Il s’agit d’un apport de phospholipides marins riches en oméga-3 DHA. Ce sont les précurseurs des hormones du cerveau qui contribuent à la mémoire et à la concentration.

-Si l’on craint une accumulation cérébrale de mercure, de plomb ou d’aluminium, il est possible d’associer à cela la prise concomitante de Oemine Chlorella : cette autre micro-algue agit par le biais de phyto-chélateurs. Ces substances végétales captent les métaux lourds et favorisent leur élimination. Il est possible d’en faire des cures de un à trois comprimés par jour pendant 8 à 10 jours.

-Si l’enfant a tendance à être frileux, il se peut également qu’il manque d’iode. Et dans ce cas une supplémentation par deux gélules de OEMINE Iode se révèle utile en cures longues de trois mois.

- Enfin, pour calmer la nervosité et l’hyperactivité induite par le manque d’attention, on peut donner à l’enfant des gouttes d’AVENA HATM à la dose d’une goutte par kilo et par jour. Cette plante a deux intérêts : d’une part elle favorise l’oxygénation du cerveau ; cette action est immédiate mais ne persiste pas à l’arrêt de la prise. Parallèlement la plante a un effet directement calmant et apaisant du système nerveux.

Articles de la même rubrique
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !