Psycho

Faut-il avoir peur de s’ennuyer ?

Publié le 15 décembre 2017
Psychanalyste, et membre depuis 1994 de l’Association Vive les femmes (défense des femmes battues), il est psychanalyste spécialisé dans les crises d angoisse, de panique, d'agoraphobie et les dépressions.
Vous vous ennuyez ?
Vous vous ennuyez ?
© Yanalya/Freepik

S'ennuyer fait peur, et pourtant, c'est un excellent moment pour se retrouver avec soi-même... et construire de nouvelles choses. Un psychanalyste fait le point et vous propose des pistes pour faire des temps d'ennui une ressource.

De nos jours, nombreuses sont les personnes qui craignent de s’ennuyer. Cependant l’ennui fait partie intégrante de la vie, au même titre que la peur, la joie ou le désir. S'il fait peur, c'est que l'on considère que l’ennui serait une forme d’absence de tous désirs, de toutes envies : s’ennuyer symbolise pour beaucoup un échantillon de la mort terrestre.

La société de consommation actuelle n’invite pas à s’ennuyer pour une seule et bonne raison : l’ennui ne provoque pas de pulsions, par conséquent nous ne consommons pas. Être inactif, même pendant un temps très court, laisse supposer que nous sommes improductifs donc à contrecourant d’une société industrielle efficace et féconde.
L’hyper-connexion dans laquelle nous sommes plongés par les SMS, les mails, les jeux sur téléphone invitent à une activité qui ne s’arrête jamais. Faire face à une information s’exprimant à profusion via tous les médias existants permet de vous tenir éveillées comme si vous mélangiez thé/café/soda en même temps. Plus on vous incite à vous agiter, plus vous provoquez des mouvements et des déplacements qui vous poussent à redevenir des sujets de consommation  actifs.

Faites le bilan : vous avez peur de l’ennui ? Bonne nouvelle, ce phénomène naturel ne présente aucun risque pour vous, bien au contraire.

Il est simple de développer le défaut de vraisemblance relative au sentiment de peur : elle fut répartie au cours de l'histoire de l'espèce humaine, elle avait vocation à vous indiquer la venue d'un péril soudain et vous poussait à réagir de façon efficace devant cette présence. Ce qui constitue un danger à présent n’est pas ce qui inquiétait vos ancêtres. Concernant l'ennui, rappelez-vous qu’il s’agit d’une émotion qui possède une fonction psychologique : il existe d’un côté, un ennui créé par des objets non appropriés dans le contexte où vous les rencontrez, et de l’autre, un ennui sans objet.

A lire aussi : Angoisses, phobies : 21 jours pour ne plus avoir peur

Le scientifique Albert Einstein, auteur de la théorie de la relativité, s’est souvent ennuyé enfant, pour autant sa vie et son appétence pour la recherche lui ont permis de comprendre un grand nombre d’énigmes et de les expliquer. Pas de panique donc si vous vous ennuyez, il y a encore beaucoup de découvertes à faire, de sujets à aborder !

N’hésitez pas à comparer ce que vous croyez avoir réussi et ce que vous considérez comme un échec. Dans cet exercice, ne vous fiez pas à la réussite mais à l’effort que vous avez fourni. L’ennui vient du fait d’avoir trop attendu de vous même. Changez de mode de penser, les réussites ne se comptent pas au nombre de victoires, mais à l’effort déployé. Si vous prenez l’exemple d’un enfant qui fait ses premiers pas, vous ne pourriez pas imaginer que l’enfant puisse un jour devenir marathonien. A chaque progrès, sachez vous récompenser pour faire disparaître le sentiment de peur de l’échec.

Faites-vous un planning, quels que soient votre âge ou votre situation familiale ou professionnelle. Vous savez qu’il y a des moments de la journée ou de la semaine que vous n’aimez pas. Dès lors, servez-vous de ces moments d’ennuis pour sortir, revoir des ami(e)s que vous n’aviez pas eu le temps de revoir depuis longtemps ; si l’ennui est dû au dimanche, allez au cinéma vous faire une toile, vous pourrez alors raconter cette histoire d’amour magique que vous connaissez à présent. Si vous n’aimez pas trainasser, fuyez l’ennui et remplacez-le par des choses utiles et agréables. Si vous aimez jardiner ou tester des nouvelles recettes de cuisine, c’est le moment de vous y mettre et d’ouvrir votre laboratoire de pensées. Parfois, la peur de s’ennuyer n’est que la crainte d’un rendez-vous avec vous-même. La peur de s’ennuyer peut symboliser une confrontation avec sa propre vie et à sa propre réalité.

Ne fuyez plus ce rendez-vous, il est incontournable, allez-y pleine d’espoir car vous avez réussi tant de choses que vous considérez naturelles, alors que vous vous flagellez sur ce que vous pensez avoir raté ou mal fait.

Prenez une feuille blanche et votre plus beau stylo, dressez deux colonnes avec vos « échecs » et vos « réussites » et inscrivez tout, il n’y a pas de petites réussites. Rien n’est simple, souvenez-vous de vacances réussies. Alors qu’il y a tant de choix, d’hôtels, d’activités, vous avez trouvé la bonne destination, la meilleure compagnie aérienne ou la bonne voiture à louer… Avoir fait le bon cadeau à un proche ou à votre famille est aussi une réussite, n’omettez rien. Une fois les deux colonnes remplies, vous pouvez décider de corriger ce que vous considérez comme un échec et le faire lorsque l’ennui viendra à vous. Ainsi vous n’aurez plus peur de vous ennuyer. Votre cerveau associera les anciens moments où vous ressentiez de l’ennui à un moment à vous fait de création. Vous aurez ainsi l’impression d’avoir « réparé » quelque chose et votre cerveau l’enregistrera comme une victoire. Ce phénomène de peur va tout doucement disparaître pour laisser place à des moments positifs.

En faisant quelque chose de cet ennui qui vous fait peur, vous prenez la décision de vous aimer et de prendre soin de vous.

Rodolphe Oppenheimer est psychanalyste. Il est l’auteur de Peurs, angoisses, phobies, par ici la sortie !, paru aux éditions Marie B.

Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte