Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Cancer du sein

La comédienne Sarah Peb' se livre sur sa grossesse après avoir vaincu son cancer du sein

sarah pebereau
"Un an après la fin du gros du traitement, j'ai ressenti le besoin de partager mon histoire et de le faire avec mon humour car il m'a beaucoup aidée dans cette épreuve."
Sarah Pébereau
Sarah Pébereau
le 03 novembre 2019
A 30 ans, Sarah apprend qu'elle a un cancer du sein. Après plusieurs années de traitement, la jeune comédienne nous raconte dans son témoignage sa double victoire, celle d'avoir battu une maladie qui tue chaque année des milliers de femmes, et celle d'être tombée enceinte il y a quelques mois.
Partenaire

Je m'appelle Sarah Pébereau, Sarah Péb' pour la scène. Je suis comédienne, humoriste et auteure.

J'ai eu un cancer du sein à 30 ans. J'allais simplement chez ma gynéco pour renouveler mon ordonnance de pilule quand elle a découvert mon kyste. Je sais que l'on est nombreuses à s'être faite dépannée à la pharmacie pour une boite ou deux de pilule, si j'avais fait cela cette fois-ci, je ne serai peut-être pas là aujourd'hui. Alors s'il-vous-plaît les filles, allez régulièrement chez votre gynéco ! Je ne dis pas cela pour vous faire peur mais simplement pour que vous preniez soin de vous, et pour que mon histoire vous soit utile.

On m'a annoncée mon cancer du sein, stade II, la veille de Noël, en me proposant du lexomil dans la foulée ! J'ai subi une opération pour enlever la tumeur et des ganglions associés, 3 mois et demi de radiothérapie et 5 ans d'hormonothérapie sous tamoxifène - ça nous met en ménopause artificielle.

Un an après la fin du gros du traitement, j'ai ressenti le besoin de partager mon histoire et de le faire avec mon humour car il m'a beaucoup aidée dans cette épreuve et permet de parler de la maladie autrement. J'ai commencé par un livre Sarah 30 ans mon cancer même pas peur ! paru en octobre 2015 (Editions Michel de Maule) puis mon spectacle, un seul en scène, "K Surprise" que je joue depuis 2 ans et demi, mis en scène par Elise Mc Leod. Le "K" de "K Surprise " c'est la lettre qui désigne le cancer, on est nombreuses à l'appeler ainsi. Forcément à 30 ans c'est une surprise, donc il y a aussi le côté Kinder Surprise du traitement où on ne sait jamais à l'avance ce qui nous attend. En plus de l'humour, je partage aussi dans "K Surprise" les autres émotions ressenties, les moments de colère ou de vulnérabilité pour tout dire du combat, sans pathos et surtout avec espoir.

>> A lire sur FemininBio Cancer du sein : le combat de Géraldine Dormoy, auteure de "Un cancer pas si grave"

Je dis tout dans le spectacle : la communication parfois compliquée avec certains médecins, le fameux "détendez-vous" que le corps médical adresse dans les moments où à juste titre on ne l'est pas du tout, "détendue", les réactions maladroites : "oh ça va un cancer du sein c'est pas grave ça se soigne comme une grippe aujourd'hui !" , l'anti-douleur très strong que l'on me prescrit après l'opération en me disant de ne pas en abuser : "Doliprane 1000 ! et même 3 fois par jour !". Le soutien précieux de l'entourage, les copines, la famille, ma mère qui n'a jamais lâché ma main, les belles rencontres avec les soeurs de combat, celles qui connaissent la même épreuve - il y a une reconnaissance instantanée, beaucoup de bienveillance et de soutien entre nous, on se comprend si facilement. De très belles amitiés naissent, représentées par le personnage de Solange dans le spectacle, et je dis aussi tout de la vie qui continue en parallèle, avec la quête de l'amour en fil rouge. Le spectacle est une ode à la vie.

Avec le spectacle, comme cela était le cas avec le livre, mon souhait est de passer le relais, de témoigner pour, je le souhaite de tout coeur, en aider d'autres qui passent par la même chose, les malades en premier lieu mais aussi l'entourage qui ne sait pas toujours tout de notre combat.

>> A lire sur FemininBio Elle tatoue les seins des femmes atteintes de cancer : l'interview d'Alexia Cassar

Une des meilleures choses que j'ai faite à l'époque des traitements et que je recommanderai à toutes c'est de faire un prélèvement d'ovocytes avant la radiothérapie. Aucun médecin ne m'en avait parlée - je l'ai su grâce à une amie de ma soeur. Je la bénis doublement aujourd'hui. Vous arriverez peut-être à avoir des enfants naturellement après cette épreuve - de nombreuses femmes y sont arrivées - mais de savoir que l'on a cette solution aide à tenir pendant les 5 années de traitement hormonal ou on ne peut pas avoir d'enfants.

Il y a une citation que j'aime beaucoup qui dit que "sans pluie, il n'y a pas d'arc-en-ciel"- j'attends aujourd'hui mon arc-en-ciel. Un bébé miracle. Et je suis particulièrement heureuse de partager cette nouvelle. Avant la fin décembre et le début d'année étaient associés à mon K, cette année ce sera une naissance, comme je le dis dans le spectacle, la roue tourne, et je sais pleinement savourer ce bonheur à venir. Car la maladie apporte un nouveau regard sur la vie. On sait profiter d'aujourd'hui car on ne sait pas ce qui se passera demain. Alors, si mon histoire peut vous apporter quelque chose, ne lâchez pas vos rêves, faîtes ce qui vous rend heureux, privilégiez les personnes positives autour de vous et surtout :  profitez de la vie.

[video:https://www.youtube.com/watch?v=0ix9qj831oE autoplay:0]

Instagram : @sarahpeb
Facebook : Page Sarah Peb
Twitter : sarahpebereau
Site : sarahpebereau.com

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire