Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Cancer

Cancer féminin : une assurance pour les coûts cachés, allez-vous souscrire ?

SOA, une assurance qui prend en charge les coûts d'un cancer féminin
Fotolia
Marjolaine Moulin
Marjolaine Moulin
le 10 juillet 2014
SOA est une assurance destinée aux femmes de 18 à 65 ans qui prend en charge les coûts cachés liés aux cancers féminins. Sonia Bellouti, qui a eu un cancer du sein, ne pense pas qu'elle y aurait souscrit si on lui avait proposé avant sa maladie.

Partenaire

Chaque année plus de 65.000 femmes sont touchées par un cancer féminin (cancer du sein, cancers gynécologiques). Les progrès de la médecine, les actions de préventions et la multiplication des associations sont bien réels, mais il reste encore des parties cachées, notamment le coût financier. 

Hormis les soins, la maladie engendre de nombreux coûts auxquels les femmes ne sont pas préparées comme l'acquisition de "compléments de mieux-être" (perruque, prothèses..), l'emploi d'une nounou pour les enfants et d'une aide ménagère ou encore les dépassements d'honoraires pratiqués par certains médecins. De plus, cette augmentation des coûts de la vie est souvent associée à un congé maladie réduisant le budget d'un ménage.

La cotisation varie en fonction de l'âge à la date d'adhésion et du capital désiré (entre 12 000 et 30 000 euros). Et, si cette assurance est proposée aux femmes de 18 à 65 ans, elle les couvre néanmoins jusqu’à leurs 80 ans. Quelle que soit la formule choisie, l'assurance comprend 1.000 euros de Chèques Emploi Service. 

Nous avons demandé à Sonia Bellouti, en rémission d'un cancer du sein, ses impressions sur ce nouveau service d'assurance. 

L'avis de Sonia Bellouti sur SOA : 
"Sur le principe je trouve cette initiative pertinente. Effectivement il y a un réel besoin de financer beaucoup de dépenses auxquelles l'on ne pense pas a priori quand une maladie est prise en charge à 100% par la sécu (Statut ALD)

Mais les perruques sont très mal remboursées par la sécu, idem pour les prothèses mammaires externes (pour remplacer le sein manquant en attendant la reconstruction), les interventions chirurgicales aussi. Dès lors que l'on veut choisir une bonne clinique, on peut se retrouver facilement avec 3000 à 4000€ de dépassement d'honoraires. Autant dire que tu as intérêt à avoir une très bonne mutuelle.

On pense à tort que dans ce type de maladie on a rien ou presque à débourser. C’est totalement faux.

La sécurité sociale rembourse chichement beaucoup d’actes "essentiels", en revanche dépense des sommes inestimables à cause de formalités et bureaucratie internes… mais là est un autre débat (sujet d’une future chronique probablement).

A côté de cela, il ya tous les soins et médecines alternatives qui coutent un bras (ex. : ma pharmacopée chinoise me coûte 100€ en moyenne par mois).

Là où je trouve que ça cloche, c’est que si une femme a déjà été atteinte par un cancer féminin, elle ne peut souscrire à cette assurance. Je comprends le principe de l’assurance, mais SOA refuse, sans conditions d’ancienneté.

J’estime et je ne suis pas la seule, qu’après un laps de temps donné, on a un droit à l’oubli et que si l’on a de nouveau un cancer, c’est un nouveau cancer sans forcément de lien avec le premier.

Honnêtement, je ne sais pas si j’aurais souscrit si on me l’avait proposé avant mon diagnostic. Je pensais, comme beaucoup de femmes que je n’avais aucune raison de m’inquiéter : pas d’antécédents familiaux ni de comportements à risque.

On pense à tort que ça n’arrive qu’aux autres, qu’à celles qui fument ou ne font pas de sport, ou qui mangent n’importe comment."

Retrouvez toutes les chronique de Sonia Bellouti sur FemininBio : Sein de corps et d'esprit 

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire